$15 FLAT RATE SHIPPING ON ANY ORDER AT ALL TIMES! // TARIF FORFAITAIRE DE LIVRAISON DE $15 SUR TOUTES LES COMMANDES EN TOUT TEMPS !

Like a Snowflake, Uniquely Magnificent and Grievingly Impermanent - So Real! / Tel un flocon de neige unique, magnifique et terriblement éphémère - Tellement vrai !

Voir plus bas pour la version francophone

I hope you are doing well!!! I’m very happy to announce that these are the lucky ones who have seen their names picked by Alex earlier today during a Facebook live session, amongst all the people who wanted a chance to get themselves one of the last copies of the limited and collector edition of the lathe cut vinyl “Snowflakes in July”. Congratulations to you all! It's just unbelievable to realize this is already the end of this wonderful journey.

There could not have been a better way to end this amazing collector vinyl series than to be all together as we did this morning...! I wanted to thank you for joining us on what is way more than a single voyage... It is something we all gave life to before redefining and cultivating its essence that is above and beyond everything we are, as one.

For Alex and me, it’s always about finding ways to gather, share, and create memorable and meaningful moments, and music is the perfect bridge that leads to that common ground! And this year's theme “As Long as the Heart”, couldn't be more appropriate to this absolutely strange and confusing year that is 2020.

So I wanted to thank you for your participation in that unique vinyl lottery and for making The Club a very special and familial place to be a part of. It means a lot to us all.

THE VERY END OF THIS CHAPTER

Watching the video of the live performance of “Snowflakes in July” that we did for the Upper Room Studio Sessions on July 26, I can’t help but feel the shivers cover my arms every time I hear Alex scream from the deepest part of his soul “We all want to feel alive!!!” That very simple sentence, coming from him, with so much honesty and emotional depth, still resonates within me to such a degree that it has become more than just a special souvenir. I realize the transformative implication involved in this profound and sincere statement, in this confession made in a total abandonment... It had a transcending effect that can’t stand in the way of one's determination to be free from your own limitations.

It was very beautiful and inspiring for us to hear Alex scream something like that. It was particularly moving to realize that we all spontaneously embraced the liberating power of this unrehearsed and improvised moment in our own ways, personally but also collectively. It also took the form of a commemoration of our own journey with Alex, from the night his father died in his arms to the renaissance of our relationships. Screaming with Alex was also a way for us to express our thankfulness for having another chance at being with him, a gift of forgiveness that allowed us all to be closer than ever before, together as there are about twelve days left before finally switching to 2021...! That’s the transformative implication of being on both ends of love: You learn to receive it in the same way you are determined to give yourself away.

I know I keep referring to a conversation that Alex and I had, but when you come very close to losing your best friend, like it happened to me, you learn to value the simplest moments of life, because you never know when it can be taken away from you. There’s some very significant exchange that helps you see the value of the present moment, and seeing Alex scream that day got me right back to the interview I did with him following the initial release of his album Windows in the Sky back in November of 2018. He kept saying that he didn’t want to have any promotional campaign, no pre-sale, no video, no interview except this one, nothing too commercial. He just didn’t want to turn his record into the usual circus he felt trapped in with every new release from Your Favorite Enemies, which last album had been released 3 years before Alex's first solo record. He said, "Let’s do a private type of pre-release event" - a moment I previously talked to you about through the “Shadows of our Evening Tides” lathe cut vinyl edition. But he didn’t want to do anything else. He barely agreed to have an in-house interview in our church-studio during which we broadcasted his entire album via lyric videos and accepted to answer a few questions after… That’s it.

Those two events were supposed to be the only things we would do. Alex was very categoric. This album would be a family affair kind of thing. It was designed to be intimate. So much that when it became a top-3 Billboard chart upon its release, Alex left for Virginia with his two dogs and systematically refused to do interviews. I had never seen him as distressed as when he had to face the impact of his album, especially after he had done everything to avoid it.

We did the live video interviews in both English and in French. Since the album is already beyond the 60-minute mark, I decided to split the songs for each interview, as obviously, we couldn’t talk about all eight twice following the live listening sessions. I was so nervous! Interviewing Alex is such an interesting thing... Not only was I aware of how fragile he was at the time, but I’m also his best friend and partner in crime since 2002, so let's say it brought a fascinating reality to those conversations, especially as we both knew once someone said “Ok everyone, we’ll be live soon, so get ready! Jeff, you need to look at this camera for the intro, Alex, don’t bother with the technicals, we got your back brother” there’s no way back because this is live, and our conversation could go in any direction, where emotions of all kinds can very easily be part of the show, as we both like to bring the conversation to a certain depth…

We all knew what our faithful friends and fans wanted to know, as they’d been sending plenty of messages, of love and support, wishing not for Alex to feel secure, but also hoping he would bring that new music on the road, something Alex told me he didn’t feel strong enough to do. There were questions I knew the answers to, others Alex didn’t want to answer... It was very intense on the set, and I knew Alex wanted the interview to be real and legit, not some sugarcoated talk. We even had a technical back up plan if Alex wanted to stop the interview at any moment or if it was becoming too emotional to keep going. We didn’t want to turn the whole thing into a freak show and had to protect him and respect the people who would join us for something we all knew would be unique…

Alex was very quiet, which is never a good sign. He usually makes sure to talk and encourage every member of the production team before any event he is part of, but this time, he was waiting on his chair, with his 2 dogs, silently drinking coffee. I honestly wondered if we should proceed with an interview following the listening session. Maybe it was better to let the music do the talking considering just how delicate it all appeared to me. It wasn’t heavy or anything like that, it was poignant. So I asked Alex if he was still cool with the concept. He was calm and said that he was.

I also knew that he had to go through it all. The dilemma wasn’t if he had to, but if now was the proper time. Even if this was everything but easy and smooth, I figured that if we could only have 2 or 3 questions asked, it would be great. But they would have to be the right questions. I couldn’t go halfway through. I struggled to the very last second before going live. I was overly prepared, so I could deal with any situation. I told myself, "ok, let’s play it cool. Don't go too deep… but how can I talk about Windows in the Sky without talking about his father, his grief and desperation?" Knowing Alex, it would have been a total lack of respect for me to stay shallow, and I honestly didn’t know the whole spectrum of emotions involved in every word and sound… I had to do it, and it was live… NOW!

I didn’t realize how fast it had gone by until I saw the show producer show me there were 2 minutes left before the end. I remember telling myself “Oh, it went well, no need to worry for the French one, then!” We took a little break as the production team set the cameras for the French interview. Everyone present was very impressed by how solid Alex had been in the circumstances. We talked about real stuff and the interview seemed spot on. Alex told me he was ok, and that he thought it all went really well. I took a brief instant to go over the questions for the French edition, which is usually more fun to do as it is our first language. The “ice” had been broken, which removed a ton of stress on everybody. I was particularly happy that we could share pretty much everything about what led to the writing and recording of Windows in the Sky, which I wouldn't bet at all only an hour prior to the show.

I started to go over the French version of the interview with Alex, told him a few things I’d love for us to dive in, to make it a little different from the English version and avoid any unnecessary repetition of something that was already done and amazing. No need to duplicate, we just have to live it as it comes. Since we hadn't talked about the song Snowflakes in July during the previous interview, I would really like to know more about it, from the idea behind the name, the lyrics, the storyline, and different layers that make that song very particular… I maybe should have avoided telling Alex that, but I didn’t…

"5 - 4 - 3…" This is our Q. We are live again, but this time, speaking French. Everything's going quite smoothly, as I expected, even though we’re diving into something quite deeper and more personal as we talk about a different angle to what led to the creation of Windows in the Sky, why he left for Tangier, the reasons underneath his brokenness, how he found the force and the will to write those words down…

Alex was obviously exhausted both emotionally and physically, but it was almost over. We talked about different songs, and everything is right, honest, no filter, no pretension, no fabrication. And since I knew how precious it was for everyone watching to see and hear Alex speak as he was doing, it was fundamental for me to keep it simple but real, so that everyone could understand what happened with Your Favorite Enemies, why a solo album, what happened during those three years, and so on… It’s at that moment that I hesitate between closing this interview now or asking one last question about Snowflakes in July...

Well... I opted for option B and asked about “Snowflakes in July”, only to see in Alex’s eyes just how off guard he felt. I tried to maneuver around in order to wrap the whole thing up, but it was too late, Alex was now crying. I was thinking, “Why have you pushed?! It was great until that point!” I hate to see my best friend cry, but here we were, LIVE! I can see him seek some air as he fights to keep his composure, to get back on his feet, while I’m still looking for something to divert the attention and “save” the situation from becoming a collapsing disaster. But it was a little too late and we had to go through it.

As I was completely freaking out inside, Alex managed to find just enough strength to say, very calmly, in an almost inaudible whisper, “I don't want to talk about that song at this point. It’s too personal and I’m not ready yet… Maybe later.” And then he started to lightly laugh! There was an incredible humility in that moment. That very precise instant remained with me for a long time, as I’ve always waited for him to be ready to open up about it. He never did… but I was still hoping that the time would come at some point.

This day finally came following the live performance we did for the Upper Room Studio Live Sessions, which happened at almost the same place where I asked him that question two years before! So here I am again, July 26, 2020, right after a very poignant and emotional live performance of Snowflakes in July with the whole band, asking if he would like to do a short exclusive interview for The Club members. He was calm… I mean, we had just played for about an hour followed by an interview on the set, so I didn’t want to look like I wanted the press for more when he already had been so generous… but I wanted to know something:

“What led you to scream this amazing and inspiring sentence at the end of the song Snowflakes in July? “We all want to feel alive!” It had never been rehearsed or even mentioned that such a thing could happen before it was screamed all of a sudden. Can you share what happened?”

“It’s difficult to comprehend the most profound nature of the heart... The human essence is so fluid that it makes it almost impossible to understand the emotions we are experiencing. We are the products of moments, of flashes and glimpses, part paradoxes and contradictions, part decisions and denial, let go and resilience, as much as we are filled with our own measure of illusions and make-believe, truths of our own and dream-like fantasies we tend to hide in…”

“Human feelings are as complex as they are stunning and repulsive at times. Some like to remain bystanders of their own lives, while others like to dictate other people’s existence. We all try to figure out a balance in it, and since music is so intrinsically spiritual and intimate yet collectively lived and communally embodied, that’s why it’s the most fascinating form of expression for me. It’s like a snowflake, uniquely magnificent and grievingly impermanent…” So real!

We didn’t talk much about it afterward, but maybe we will on another occasion… Especially that I know that his transformation, along with our own, is only beginning….

LIVE VIDEO SERIES - NOVEMBER 2018

I would like to wish you all an amazing time during those Holidays as we’re finally reaching the end of 2020! May your hearts be filled with love, joy, peace, and especially hope! I truly can’t wait to unveil what we have to share with you in 2021, it will be nothing less than extraordinary!

I will be posting some pictures of our time, the band together, at Alex’s place in Virginia, where we’ll gladly raise our glasses to what matters the most to us; life and its communal power!

Thanks again for this amazing year we had the magnificent blessing to share with you. The crazy circumstances in which it took place do not diminish its wonderful nature in any way. On the contrary, our special connection helped us all go through that confusing and distressing time!

See you very soon my dear friends!

Be safe!

Your Host and Friend,
Jeff

-------------------------------------

VERSION FRANCOPHONE

J'espère que tu vas bien ! Je suis très heureux d'annoncer que les noms ci-dessous sont les chanceux qui ont été tirés au sort par Alex plus tôt aujourd'hui lors d'une session en direct sur Facebook, parmi toutes les personnes qui voulaient avoir la chance de se procurer l'un des derniers exemplaires de l'édition limitée et collector du vinyle lathe cut de "Snowflakes in July". Félicitations à tous ! C'est tout simplement incroyable de réaliser que c'est déjà la fin de ce merveilleux voyage.

Il n'y avait pas de meilleure façon de terminer cette incroyable série de vinyles de collection que d'être tous ensemble comme ce matin...! Je tenais à vous remercier encore une fois de nous avoir rejoints dans ce qui est bien plus qu’un simple voyage, mais qui est quelque chose auquel nous avons tous donné vie, avant de raffiner et de cultiver son essence qui est au-dessus et au-delà de tout ce que nous sommes, ensemble.

Pour Alex et moi, il s'agit toujours de trouver des moyens de simplement rassembler, partager et créer des moments mémorables et significatifs autour de nous et la musique est un pont parfait menant à ce terrain commun ! Et le thème de cette année “As Long as the Heart...” (Tant que le coeur...) ne peut pas être plus approprié à cette année 2020 absolument étrange et déroutante.

Encore une fois, je voulais te remercier non seulement pour ta participation à cette loterie spéciale vinyle vraiment unique, mais aussi pour avoir fait de tout le Club un "endroit" très spécial et familial auquel prendre part. Cela signifie beaucoup pour nous tous.

LA TOUTE FIN DE CE CHAPITRE

En regardant la vidéo de la prestation live que nous avons faite de "Snowflakes in July", dans le cadre des sessions Upper Room Studio le 26 juillet dernier, je ne peux m'empêcher de sentir les frissons parcourir mon corps à chaque fois que j'entends Alex hurler du plus profond de son âme : "Nous voulons tous nous sentir en vie !!!!!!" Cette phrase très simple venant de lui, avec tant d'honnêteté et de profondeur émotionnelle résonne encore en moi à un tel degré qu'elle est devenue plus qu'un simple souvenir... Je réalise l'implication de transformation qui se trouve dans une déclaration si profonde et sincère, dans une telle confession faite d'un abandon total. Cela a un effet transcendant qui ne peut pas t'empêcher de te libérer de tes propres limites.

C'était très beau et inspirant pour nous d'entendre Alex crier une telle chose... C'était particulièrement émouvant de se rendre compte que nous avons tous spontanément embrassé le pouvoir libérateur de ce moment non répété et totalement improvisé chacun à notre façon, nous libérant à tant de niveaux, personnellement mais aussi collectivement. Cela a également pris la forme d'une commémoration de notre propre voyage avec Alex, de la nuit où son père est mort dans ses bras, jusqu'à notre renaissance relationnelle. Crier avec Alex était aussi une façon pour nous d'exprimer notre reconnaissance d'avoir une autre chance d'être avec lui, un don de pardon qui nous permet à tous d'être plus proches que jamais auparavant... Ensemble alors que nous sommes environ à douze jours de passer enfin à 2021 ! C'est l'implication transformatrice d'être aux deux extrémités de l'amour. Tu apprends à le recevoir de la manière dont tu es déterminé à te donner.

Je sais que je n'ai pas arrêté de faire référence à la conversation qu'Alex et moi avons eue, mais quand tu es proche de perdre ton meilleur ami comme cela m'est arrivé, tu apprends à valoriser chaque instant le plus simple de la vie, parce que tu ne sais jamais quand il pourrait t'être enlevé... Mais il y a un échange très significatif qui t'aide à voir la valeur du moment présent... Et voir Alex crier ce jour-là m'a ramené à l'interview que j'ai faite avec lui après la sortie initiale de son album "Windows in the Sky" en novembre 2018, quand il ne cessait de réaffirmer qu'il ne voulait pas avoir de campagne promotionnelle, pas de pré-vente, pas de vidéo, pas d'interview sauf celle-là, rien de commercial. Il ne voulait tout simplement pas faire de son disque le cirque habituel dans lequel il se sentait piégé avec chaque nouvelle sortie de Your Favorite Enemies, dont le dernier album était déjà sorti 3 ans avant le premier album solo d'Alex. Il a dit : "Faisons un genre d'événement privé avant la sortie", un moment que j'ai déjà partagé avec vous lors de la sortie du vinyle lathe cut collector de "Shadows of Our Evening Tides", mais il ne voulait rien faire d'autre. Il a tout juste accepté d'avoir une interview filmée dans notre église-studio, lors de laquelle nous avons diffusé l'intégralité de son album via des "lyric videos", et il a accepté de répondre à quelques questions après... C'est tout.

Ces deux événements étaient censés être la seule chose que nous ferions. Alex était très catégorique à ce sujet. Cela resterait un peu une affaire de famille... C'était conçu pour être quelque chose d'intime, à tel point que quand son album est devenu 3ème dans les palmarès Billboard à sa sortie, Alex est parti en Virginie avec ses 2 chiens et a systématiquement refusé de faire des interviews. Je ne l'ai jamais vu aussi angoissé que quand il a dû affronter l'impact incroyable de son album, surtout qu'il avait tout fait pour éviter tout cela.

Nous avons fait les interviews vidéo en direct en anglais et en français, et comme l'album dure plus de 60 minutes, j'ai décidé de diviser les chansons pour les deux interviews, car évidemment, nous ne pouvions pas parler des huit deux fois après les séances d'écoute en direct. J'étais tellement nerveux... Interviewer Alex est un concept tellement intéressant, non seulement j'étais totalement conscient de sa fragilité à l'époque, mais je suis aussi son meilleur ami et partenaire dans vraiment tous les domaines depuis 2002, alors disons que cela a amené une réalité fascinante à ces conversations, d'autant plus que nous le savions tous les deux, une fois que quelqu'un dit : "Ok tout le monde, nous serons bientôt en direct, alors préparez-vous... Jeff tu dois regarder cette caméra pour l'intro, Alex ne te soucie d'aucun détail technique, nous nous occupons de tout", et quand tu es en direct, tu sais qu'il n'y a pas de retour en arrière, et notre conversation peut aller dans toutes les directions possibles, où les émotions de toutes sortes peuvent très facilement faire partie du moment, comme nous aimons tous les deux amener la conversation à une certaine profondeur.

Nous savions tous ce que nos fidèles amis et fans voulaient savoir, car ils avaient tous envoyé beaucoup de messages, d'amour et de soutien, ne souhaitant pas seulement qu'Alex se sente en sécurité, mais espérant également qu'il apporterait cette nouvelle musique sur la route... Question à laquelle Alex m'avait déjà répondu qu'il ne se sentait pas assez fort pour le faire. Donc il y avait des questions dont je connaissais les réponses, et d'autres auxquelles Alex ne voulait pas encore répondre. C'était très intense sur le plateau, et je savais qu'Alex voulait que l'interview soit authentique et légitime... pas un type d'événement où nous embellirions les choses. Nous avions même un plan de secours si Alex voulait arrêter l'interview à tout moment ou s'il devenait trop émotif pour continuer. Nous ne voulions pas transformer le tout en un freak show... Nous devions le protéger et respecter les gens qui se joindraient à nous pour quelque chose que nous savions tous serait incroyablement unique.

Alex était très calme, ce qui n'est jamais bon signe. Habituellement, il s'assure toujours de parler et d'encourager tous les membres de l'équipe de la production avant tout événement auquel il participe... Mais cette fois, il attendait sur sa chaise, avec ses 2 chiens, buvant du café en silence. Honnêtement, je me suis demandé si nous devions procéder à une interview après la séance d'écoute. Peut-être qu'il valait mieux laisser la musique parler vu à quel point tout cela m'apparaissait délicat. Ce n'était pas lourd ou quelque chose du genre, mais c'était poignant, alors j'ai demandé à Alex s'il était toujours d'accord avec l'idée et le concept dans son ensemble. Il était calme et a dit qu'il l'était.

Je savais aussi qu'il devait traverser tout ça. Le dilemme n'était pas s'il le devait, mais si le moment était venu de le faire. J'étais à l'arrière et je le regardais, et même si c'était tout sauf facile et en douceur, j'ai pensé que si nous pouvions avoir seulement 2 ou 3 questions posées, ce serait génial et ce serait tout. Mais il faudrait que ce soit les bonnes questions. Je ne pouvais pas faire les choses à moitié. J'ai combattu jusqu'à la dernière seconde avant d'être en direct. J'étais préparé plus que nécessaire, pour pouvoir faire face à toutes les situations. Je me suis dit : "Ok, reste cool... Ne va pas trop loin..." Mais comment parler de "Windows in the Sky" sans parler de son père, de son deuil et de son désespoir... Et connaissant Alex, cela aurait été un manque total de respect envers lui de rester superficiel, et honnêtement, je ne connaissais pas tout le spectre des émotions impliquées dans chaque mot et son... Je devais le faire... et le direct commençait… MAINTENANT !

Je n'avais pas réalisé à quelle vitesse cela avait été jusqu'à ce que j'entende le producteur de l'émission qui me montrait qu'il ne restait que 2 minutes avant la fin... Je me souviens m'être dit : "Oh, ça s'est bien passé, pas besoin de s'inquiéter"... Nous avons entendu : "Ok, c'était super ! Prenons une petite pause et nous allons préparer les caméras pour l'édition en français." Toutes les personnes présentes sur le plateau ont été très impressionnées par la solidité d'Alex dans les circonstances. Nous avons parlé de choses authentiques et l'interview semblait parfaite. Alex m'a assuré qu'il allait bien, que tout s'était très bien passé pour lui. J'ai pris un bref instant pour passer en revue les questions de l'édition française, ce qui est généralement plus cool à faire car c'est notre langue maternelle. La "glace" avait été brisée, ce qui avait diminué le niveau de stress pour tout le monde. J'étais particulièrement heureux que nous ayons pu partager à peu près tout ce qui avait conduit à l'écriture et à l'enregistrement de "Windows in the Sky", chose dont je n'étais absolument pas certain une heure avant l'émission.

Ravi de cette bonne atmosphère, j'ai commencé à revoir la version française de l'interview avec Alex. Je lui ai dit les grandes lignes de ce que j'aimerais aborder, pour la rendre un peu différente de la version anglaise et éviter toute répétition inutile de quelque chose que nous venions de faire et qui était déjà incroyable. Pas besoin de dupliquer, il suffisait de le vivre comme ça venait. Je lui ai dit : "Puisque nous n'avons pas parlé de la chanson "Snowflakes in July" lors de l'interview précédente, j'aimerais vraiment en savoir plus sur elle, de l'idée derrière le titre, les paroles, le scénario et les différentes couches qui rendent cette chanson très particulière…" J'aurais peut-être dû éviter de dire à Alex que je voulais aller dans cette direction... Mais je ne l'ai pas fait… pour des raisons que j'ignore...

5 - 4 - 3… C'est parti. NOUS SOMMES EN DIRECT à nouveau mais cette fois, en français, alors allons-y... Tout se passait assez bien, comme je m'y attendais, même si nous plongions dans quelque chose d'assez plus profond et de plus personnel alors que nous parlions d'un angle différent de ce qui avait conduit à la création de "Windows in the Sky", pourquoi il était parti à Tanger, les raisons derrière le fait qu'il était brisé, comment il avait trouvé la force et la volonté d'écrire ces textes…

Alex était visiblement épuisé à la fois émotionnellement et physiquement mais c'était presque fini... Nous avons parlé de chansons différentes, et tout allait bien, c'était honnête, sans filtre, sans prétention et invention... Et comme je savais à quel point c'était précieux pour tout le monde de voir et d'entendre Alex parler comme il le faisait, c'était fondamental pour moi de garder les choses simples mais vraies, pour que tout le monde puisse comprendre ce qui s'était passé avec Your Favorite Enemies, pourquoi un album solo, ce qui s'était passé pendant ces trois ans et ainsi de suite. C'est à ce moment-là que je me suis mis à hésiter quant à la façon de conclure cette interview. Est-ce que je devais m'arrêter là ou alors, devais-je poser une dernière question à propos de "Snowflakes in July" comme les gens me demandaient de le faire ?

Eh bien... J'ai opté pour l'option B ! Et j'ai posé une question à propos de  "Snowflakes in July", seulement pour voir dans les yeux d'Alex à quel point il se sentait pris au dépourvu. J'ai essayé de manœuvrer pour boucler le tout, mais c'était trop tard, Alex pleurait maintenant... Je me suis dit : "POURQUOI ES-TU ALLÉ TROP LOIN, C'ÉTAIT PARFAIT JUSQU'À PRÉSENT”... Je déteste voir mon meilleur ami pleurer, et c'est ce qui se passait... EN DIRECT... Je pouvais le voir essayer de reprendre son souffle, car il se battait clairement pour garder son sang-froid, pour retomber sur ses pieds, alors que je cherchais quelque chose pour essayer de détourner l'attention et tenter de "sauver" la situation d'un désastre complet. Mais il était un peu trop tard. Nous devions maintenant passer par là !

Alors que je paniquais complètement intérieurement, Alex a réussi à trouver juste assez de force pour répondre très calmement, dans un murmure presque inaudible : "Je ne veux pas parler de cette chanson à ce stade... Elle est trop personnelle et je ne suis pas prêt encore... Peut-être plus tard..." Puis il a souri légèrement. Il y avait une humilité incroyable en ce moment si pur. Cet instant très précis est resté longtemps dans ma mémoire, car j'ai toujours attendu qu'il soit prêt à en parler, et il ne l'a jamais fait. Mais j'espérais toujours qu'un tel moment viendrait à un moment donné...!

Ce jour est finalement arrivé après le concert que nous avons fait dans le cadre des sessions live du Upper Room Studio, qui ont eu lieu à peu près au même endroit où je lui ai posé cette question deux ans auparavant ! Me voici donc à nouveau, le 26 juillet 2020, juste après une prestation live très poignante et émouvante de "Snowflakes in July" avec tout le groupe, lui demandant s'il aimerait faire une courte interview exclusive pour les membres du Club... Il était calme... Je veux dire, nous venions de faire un concert d'une heure, suivi d'une interview sur le plateau, donc je ne voulais pas avoir l'air de vouloir plus de presse alors qu'il avait déjà été si généreux, mais je voulais savoir quelque chose :

“Qu'est-ce qui t'a amené à crier cette phrase étonnante et inspirante à la fin de la chanson "Snowflakes in July" ? Tu as crié : "We All Want To Feel Alive!" (Nous voulons tous nous sentir en vie !) Cela n'a jamais été prévu ni même mentionné avant. Peux-tu partager ce qui s'est passé ?”

“C'est difficile de comprendre la nature la plus profonde du cœur... L’essence humaine est si fluide qu’il est presque impossible de comprendre les émotions que nous vivons. Nous sommes le produit de moments, d'éclairs et d'aperçus, de paradoxes et de contradictions, de décisions et de déni, de lâcher prise et de résilience, autant que nous sommes remplis de nos propres mesures d'illusions et d'imagination, de vérités qui nous sont propres et de rêves, semblables à des fantasmes, dans lesquels nous avons tendance à nous cacher…”

Suivi par : “Les sentiments humains sont aussi complexes qu'ils sont parfois absolument stupéfiants et répugnants. Certains aiment rester les spectateurs de leur propre vie tandis que d’autres aiment dicter l’existence d’autrui. Nous essayons tous de trouver un équilibre dans tout cela, et comme la musique est si intrinsèquement spirituelle et intime, mais vécue et incarnée collectivement, c’est pourquoi c’est la forme d’expression la plus fascinante pour moi. C’est comme un flocon de neige, d’une beauté unique et terriblement éphémère…” C'est tellement vrai !

Nous n'en avons pas vraiment parlé par la suite, peut-être que nous le ferons à une autre occasion. D’autant plus que je sais que sa transformation, ainsi que la nôtre, ne fait que commencer...

SÉRIE D'ENTREVUES EN DIRECT - NOVEMBRE 2018

Je voudrais te souhaiter de très joyeuses fêtes de fin d'année, alors que nous arrivons enfin à la fin de 2020 ! Que ton cœur soit rempli d'amour, de joie, de paix et surtout d'espoir ! J'ai vraiment hâte de te dévoiler ce que nous avons à partager avec toi en 2021, ce ne sera rien de moins qu'extraordinaire !

Je publierai quelques photos de nos célébrations avec le groupe ici, chez Alex, en Virginie, où nous lèverons volontiers nos verres à ce qui compte le plus pour nous; la vie et sa puissance qui nous réunit !

Merci encore pour cette année incroyable que nous avons eu la magnifique bénédiction de partager avec toi. Les folles circonstances dans lesquelles tout s'est passé ne diminuent en rien sa nature merveilleuse. Au contraire, notre connexion spéciale nous a tous aidé à traverser cette période déroutante et pénible tous ensemble ! À très bientôt !!!

Prends soin de toi !!!!

Ton hôte et ami,
Jeff

Older Post / Blog plus ancien
Newer Post / Blog plus récent
Close (esc) Fermer

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Search / Recherchez

Shopping Cart / Vos Achats

Your cart is currently empty. / Votre panier est vide.
Shop now / Magasinez