$15 FLAT RATE SHIPPING ON ANY ORDER AT ALL TIMES! // TARIF FORFAITAIRE DE LIVRAISON DE $15 SUR TOUTES LES COMMANDES EN TOUT TEMPS !

Alex Henry Foster’s New Vinyl Design and Release Details // Tous les détails sur le visuel et la sortie du nouveau vinyle d'Alex Henry Foster

Voir plus bas pour la version francophone

Hey,

I hope you’re doing well! These kinds of letters are my favorite to send...! It’s quite hard to find good news online these days and age, so I hope this letter accomplishes just this since it’s through this spirit of heart and mind that Alex and the entire band are gathered and spend long days, evenings, and part of the night sometimes, trying to dig out our deepest thoughts and feelings regarding what’s going on around the world and how we can contribute. 

As I shared with you a few days ago, Alex is inviting us all to his home in Virginia for the first time since he moved there, in order for us to share a unique moment all together around music, hope, peace, and community next Saturday, April 23! As you may remember, the live stream was originally planned on April 16, but we have sadly been forced to postpone it by a week because one of the crew member that was supposed to travel over the weekend tested positive for COVID.

We’ll present some new material that this current worldwide madness inspired us to create, and one of these new songs, All the Violence in the World, will be recorded on vinyl. For you, as you are a member of The Club,  the vinyl will be available on Wednesday, April 20, for a 48h exclusive window! All the profits from these items will be sent to this very brave and inspiring Ukraine organization called Music Saves UA, to which Alex and I are very close.

This unique and homemade vinyl will be available starting Wednesday, April 20 at 10am Eastern Time for you, and will remain exclusively available within The Club for 48 hours! That’s one of the amazing perks of being a member!  

Following those 48 hours, the vinyl will be available for the non-members as well (if there are any left), starting Friday, April 22 at 10am Eastern Time. We printed only 150 of those little treasures, so I’m inviting you to be quick, since from what I remember from last year, they were going away quite quickly! 


Thank you so much for sharing this journey with us! Can’t wait to see you next Saturday, April 23, at 5pm ET! 

Looking forward to hearing from you! Stay safe and hopeful...! 

Your Host and Friend,
Jeff 


A WORD FROM ALEX

I Will Conquer Darkness and Make It Shine


Being united for human rights for all and every individual’s dignity
does not only make a real difference in someone’s life, 
it is also a way to stand against all forms of tyranny, 
whatever it may be and wherever it may take place.


I must have written and rewritten this text about a hundred times now… It’s always difficult for me to address human rights issues without being either too deeply involved emotionally or angrily reactionary. Having friends all over that beautifully welcoming and generously inviting region makes the horrors presently happening in Ukraine even more soul-wrecking for me. Like most of the people watching this unbearably perfidious human tragedy unfold, I just can’t fathom the violence and hatred of this barbaric invasion. As much as I am completely revolted by Putin’s tyranny over Ukrainian citizens, I’m also filled with a profound sense of compassion towards the general Russian population who is not only kept in total ignorance of the crimes being perpetrated on its neighbor, but who is the invisible victim of an implacably oppressive and immensely despotic regime. The images, like the powerless revulsion they carry, might be too heavy to look at, but they are the abomination and infamy of a world we have ignored for so long — for too long. And now, we are disgustingly reminded of how fragile our “live and let live” type of freedom truly is. We may be complaining about the escalating gas price and the rocketing inflation we have to “endure”… But civilians, hospitals, shelters, Red Cross offices, are being turned into fighters and soldiers trapped in an oppressive system of corruption and greed, killed in all but dignified ways, if there ever was one to begin with.

I’m always wondering if there is something that I can do, or more precisely what can I do that wouldn’t be too insignificant before that raging beast. I’ve been a pretty vocal human rights activist in the past, standing on every front line. Until I realized that I was becoming a bitter product of that all-against-everything lifestyle. While I am in no way judgmental towards others, I just ended up realizing that my positions, if noble on the surface, were more about trying to give some counterpoise to the inner war I was facing — or probably trying to avoid — by dressing it up in some weekender moralism. If that self-admission made me ashamed and disgusted, it was also incredibly liberating: I was able to look into the reasons I had to scream or whisper, and addressed some of the pain I was covering up within the context of a clamoring crowd. The noises I thought needed to be covered slowly emerged as the sounds I had to listen to. And from that instant, I started to muse about offering an honest contribution to whatever moved me, disturbed me, or lifted me up. I started paying attention to the elements creating reactive violence deep within me and whatever could be at the root of that fury emerging in my heart. The emotions are still blurry sometimes, stuck with the urging and righteous sentiment to stand against tyranny and the urge to roar my own powerlessness subtly arising in those moments of great turbulence… That’s why I now take a step back, no matter how passive or insensitive this might be perceived by others. I’ve lost myself spiraling in enough self-afflicted storms in the past to know, or at least to be aware, when it’s time to add my contributive shine to a blaze more significant than my vacillating perspective… So here I am, late… But is it ever too late to offer a gesture designed through the honesty of your condition and motivation? I like to believe that it is never too late for anyone to humbly kneel with someone else, to blessedly rise up as a congregation of one. I believe this is the most priceless gift of all; to commune with others, as you are, as they might be…

Therefore, that’s why I decided to send a handwritten postcard to everyone I had the current postal address. As simple as it is, I wanted to wish a fulfilling springtime to everyone I had the privilege to do so. I had — well, I still have since I’m not done yet — a multitude of cards on my writing desk, from old friends I haven’t talked to in a very long time to new ones I have the joy to share with on a more regular basis. Jeff and the rest of the band thought I was crazy to embark on such a colossal enterprise. But for once I was able to acknowledge I was also doing it for me, to ground myself in something not only tangible but heartfelt and real. I have had a very challenging year so far (my health has been a major concern, I’ve cut ties with people who were detrimentally abusive and viciously callous with me for so long that I couldn’t say if it has ever been any different), and wishing others what I was depriving myself of helped me accept what I had lost faith in seeing one day restored or couldn’t comprehend. That led to open wounds healing somehow… Those thousands of cards became a sort of uplifting mantra, name after name, every single one reminding me of you how fortunate I am, but also of how easy it is to forget blessings, to become bitter, ungrateful, to feel like you are the sole one suffering as much as you do, when the reality is far brighter than you would like to admit. It’s easier to self-isolate, to be your own source of paralysis, so you don’t have to foresee any inner transformation, just the bystander of your own misery, of your own cathartic design. Until a card, a simple card, reveals its hopeful and empowering promises, from the owner of the print shop wondering what this crazy amount of cards is for to my small-town post office clerk being joyfully amazed to send mail in all those different countries for the very first time in her almost 30 years of service, all the way to you. I am hoping it will be as uplifting for you to receive those cards as it is profoundly emancipative for me to send them.

A simple gesture, sometimes, is all it takes. That’s what you keep on reminding me through your messages, comments, handwritten letters, emails, and social engagement… Those generous offerings humanize our connections, and I’m truly thankful for you all. Sometimes, maybe a little more often in my case, we tend to hesitate, to ponder, to wonder… “Should I present myself just as I am? Should I express my incomprehension, my insecurities towards what I can’t fully grasp? Is it really prudent to expose my fear of rejection? My fright of not being enough for someone else’s perspective, whatever the reasons might be? Is distance, as painful as it could be, the safest refuge there is after we’ve been hurt or deceived so many times?” Those are as valid a question as the life baggage we all carry… But sometimes, the authentic gift of self we witness from afar becomes enough of a spark to make a step towards that glowing luminescence, to take a chance, another one, and another one. Again, and again. A gesture. A simple gesture. A word. A single word. Maybe it won’t change the world as we hope it would, but it changes us nonetheless. Even if we can’t feel it or don’t want to, it does. I strongly believe it does.

That’s why I decided to invite you all in my studio for an up-close and personal type of intimate gathering. Along with the members of The Long Shadows, I am getting prepared for the tour and getting disposed to the invisible nature defining the streaming words and sounds floating all over, only to be felt through pure abandonment. It’s always challenging for me to make that distressing first step, to take that leap of faith, but I can’t wait to discover what there is to be unfolded and experienced with you all… Consequently, I’m intending to share some of our writing sessions, music excerpts, demo snippets, parts of lyrics, and interviews more regularly before embarking on the “Not All Wonders Have Been Lost” summer tour. Make sure to regularly visit my Facebook and Instagram pages or to join the SFCC The Club if you want Jeff to guide you through a more in-depth experience (details here).

In the same committed spirit as my beloved heart brother Volker’s recent humanitarian actions in Ukraine, I’ll have the privilege to team up with my dear friends from the Music Saves UA organization. For this very meaningful occasion, I’ll be performing new and never-released material, and direct-to-vinyl lathe-cut collector editions and other art forms will be crafted, with all sales proceeds donated to Music Saves UA and their humanitarian help and relief efforts towards the Ukrainian people’s most urgent needs. We’ll broadcast that unique live stream session on several social media platforms simultaneously on April 23rd, at 5pm (ET). More details will be announced in the coming days.

Until we share some more, may you be safe and at peace, my precious friends. And if you want to receive a postcard, but never ordered on my online store (where I’ve been able to get people’s postal addresses), please, don’t hesitate to write me a private message with your address. It would be a wonderful privilege for me to send you one of my cards.

Much love,
Alex

PS: Feel free to send me a card or a letter as well. It’s always a cheerful surprise for me to discover your correspondence in my otherwise filled-with-vinyls-packages mailbox.

Alex Henry Foster
P.O. Box 1022
Covington, Virginia
24426
USA

 

 

VERSION FRANCOPHONE

Salut,
 
J'espère que tu vas bien ! C'est le genre de message que j'adore envoyer...! C'est assez difficile de trouver de bonnes nouvelles en ligne de nos jours, alors j'espère que ce message accomplira ne serait-ce que cela, puisque c'est à travers cet état de cœur et d'esprit qu'Alex et tout le groupe sont réunis et passent de longues journées, des soirées et une partie de la nuit parfois, à essayer de plonger dans nos pensées et nos sentiments les plus profonds concernant ce qui se passe dans le monde et comment nous pouvons y contribuer.

Comme je l'ai partagé avec toi il y a quelques jours, Alex nous a tous invité chez lui en Virginie pour la première fois depuis qu'il y a emménagé, afin que nous puissions partager un moment unique tous ensemble autour de la musique, de l'espoir, de la paix et de la communauté, le samedi 23 avril prochain ! Comme vous vous en souvenez peut-être, la diffusion en direct était initialement prévue le 16 avril, mais nous avons malheureusement été contraints de la reporter d'une semaine car l'un des membres de l'équipe qui devait voyager ce week-end a été testé positif au COVID.

Nous présenterons de la nouvelle musique que cette folie mondiale actuelle nous a inspiré à créer, et l'une de ces nouvelles chansons, "All the Violence in the World", sera enregistrée sur vinyle. Pour toi, puisque tu es membre du Club, le vinyle sera disponible mercredi le 20 avril pendant une période exclusive de 48h ! Tous les bénéfices de ces items seront versés à l'organisation ukrainienne très courageuse et inspirante appelée Music Saves UA, dont Alex et moi sommes très proches.

Ce vinyle unique et conçu de façon artisanale sera disponible à partir du mercredi 20 avril à 10h, heure du Québec, et restera exclusivement disponible au sein du Club pendant 48 heures ! C'est l'un des avantages incroyables d'être membre !

Après ces 48 heures, le vinyle sera également disponible pour les non-membres (s'il en reste), à partir du vendredi 22 avril à 10h, heure du Québec. Nous n'avons fait que 150 exemplaires de ces petits trésors, alors je t'invite à faire vite car si je me réfère à l'année dernière, ils partaient assez vite !


Merci beaucoup de vivre ce voyage avec nous ! Je suis impatient de te retrouver le samedi 23 avril prochain, à 17h, heure du Québec !

J'ai hâte d'avoir de tes nouvelles ! Prends soin de toi et garde espoir !

Ton hôte et ami,
Jeff 

UN MOT D'ALEX

Je vais conquérir les ténèbres et les faire briller


Être unis pour les droits humains pour tous et la dignité de chacun ne fait pas seulement une réelle différence dans la vie de quelqu'un, c'est aussi une façon de s'opposer à toute forme de tyrannie, quelle qu'elle soit et où qu'elle ait lieu.

J'ai dû écrire et réécrire ce texte une centaine de fois… Il m'est toujours difficile d'aborder les questions des droits de l'homme sans être soit trop profondément impliqué émotionnellement, soit furieusement réactionnaire. Avoir des amis partout dans cette région magnifiquement accueillante et généreusement invitante rend les horreurs qui se produisent actuellement en Ukraine encore plus désolantes pour moi. Comme la plupart des gens qui regardent se dérouler cette tragédie humaine insupportablement perfide, je ne peux tout simplement pas imaginer la violence et la haine de cette invasion barbare. Autant je suis complètement révolté par la tyrannie de Poutine sur les citoyens ukrainiens, autant je suis rempli d'un profond sentiment de compassion envers l'ensemble de la population russe qui est non seulement tenue dans l'ignorance totale des crimes perpétrés contre son voisin, mais qui est la victime invisible d'un régime implacablement oppressif et immensément despotique. Les images, comme la répulsion impuissante qu'elles véhiculent, sont peut-être trop lourdes à regarder, mais elles sont l'abomination et l'infamie d'un monde que nous avons ignoré pendant si longtemps - trop longtemps. Et maintenant, on nous rappelle de façon horrible à quel point notre liberté basée sur "vivre et laisser vivre" est vraiment fragile. Nous nous plaignons peut-être de l'escalade du prix de l'essence et de la montée en flèche de l'inflation que nous devons "endurer"... Mais les civils, les hôpitaux, les abris, les bureaux de la Croix-Rouge sont transformés en combattants et en soldats piégés dans un système oppressif de corruption et de cupidité, tués dans tout sauf des manières dignes, s'il y en a jamais eu une pour commencer.

Je me demande toujours s'il y a quelque chose que je peux faire, ou plus précisément ce que je peux faire qui ne serait pas trop futile devant cette bête déchaînée. J'ai été un militant assez virulent des droits de l'homme dans le passé, me tenant sur toutes les lignes de front. Jusqu'à ce que je réalise que je devenais un produit amer de ce style de vie tout contre tout. Bien que je ne sois en aucun cas critique envers les autres, j'ai fini par réaliser que mes positions, si nobles en surface, consistaient davantage à essayer de donner un contrepoids à la guerre intérieure à laquelle je faisais face - ou que j'essayais probablement d'éviter - en l'habillant dans un certain moralisme facile. Si cet aveu m'a rendu honteux et dégoûté, ce fut aussi incroyablement libérateur : J'ai pu examiner les raisons pour lesquelles j'avais besoin de crier ou de chuchoter, et j'ai abordé une partie de la douleur que je dissimulais dans le contexte d'une foule qui acclamait. Les bruits que je pensais devoir couvrir ont lentement émergé comme les sons que je devais écouter. Et à partir de cet instant, j'ai commencé à songer à offrir une contribution honnête à tout ce qui m'émouvait, me dérangeait ou m'interpellait. J'ai commencé à prêter attention aux éléments créant une violence réactive au plus profond de moi et à tout ce qui pouvait être à l'origine de cette fureur qui émergeait dans mon cœur. Les émotions sont parfois encore floues, coincées avec le sentiment urgent et juste de s'opposer à la tyrannie et l'envie de rugir ma propre impuissance surgissant subtilement dans ces moments de grande turbulence… C'est pourquoi je prends maintenant du recul, aussi passif ou insensible puisse cela être perçu par les autres. Je me suis perdu en spirale dans suffisamment de tempêtes auto-affligées dans le passé pour savoir, ou du moins en avoir conscience, quand il est temps d'ajouter mon éclat contributif à un incendie plus important que ma perspective vacillante… Alors me voilà, en retard… Mais n'est-il jamais trop tard pour offrir un geste conçu à travers l'honnêteté de votre condition et de votre motivation ? J'aime à croire qu'il n'est jamais trop tard pour que quelqu'un s'agenouille humblement avec quelqu'un d'autre, pour se lever avec bénédiction en tant que congrégation unie. Je crois que c'est le cadeau le plus inestimable de tous; communier avec les autres, tels que vous êtes, tels qu'ils pourraient être…

C'est pourquoi j'ai décidé d'envoyer une carte postale manuscrite à tous ceux dont j'avais l'adresse postale actuelle. Aussi simple que cela puisse paraître, je voulais souhaiter un printemps épanouissant à tous ceux à qui j'ai eu le privilège de le faire. J'avais - enfin, j'en ai encore puisque je n'ai pas encore fini - une multitude de cartes sur mon bureau, de vieux amis avec qui je n'ai pas parlé depuis très longtemps à des nouveaux avec qui j'ai la joie de partager sur une base plus régulière. Jeff et le reste du groupe pensaient que j'étais fou de me lancer dans une entreprise aussi colossale. Mais pour une fois, j'ai pu reconnaître que je le faisais aussi pour moi, pour m'ancrer dans quelque chose non seulement de tangible mais aussi de sincère et de réel. J'ai eu une année très difficile jusqu'à présent (ma santé a été une préoccupation majeure, j'ai coupé les ponts avec des personnes qui ont été abusives de manière préjudiciable et vicieusement insensibles avec moi pendant si longtemps que je ne pourrais pas dire si cela a jamais été différent), et souhaiter aux autres ce dont je me privais m'a aidé à accepter ce que j'avais perdu la foi de voir un jour restauré ou que je ne pouvais pas comprendre. Cela a conduit à la cicatrisation de blessures ouvertes d'une certaine façon… Ces milliers de cartes sont devenues une sorte de mantra édifiant, nom après nom, chacune me rappelant à quel point j'ai de la chance, mais aussi à quel point il est facile d'oublier les bénédictions, de devenir amer, ingrat, d'avoir l'impression d'être le seul à souffrir autant, alors que la réalité est bien plus brillante que vous ne voudriez l'admettre. Il est plus facile de s'isoler, d'être sa propre source de paralysie, de sorte que vous n'avez pas à envisager de transformation intérieure, de rester le spectateur de votre propre misère, de votre propre conception cathartique. Jusqu'à ce qu'une carte, une simple carte, révèle ses promesses pleines d'espoir et de puissance, du propriétaire de l'imprimerie se demandant à quoi sert cette quantité folle de cartes à mon commis de bureau de poste de petite ville étant joyeusement étonné d'envoyer du courrier dans tous ces différents pays pour la toute première fois en près de 30 ans de service, jusqu'à vous. J'espère que ce sera aussi édifiant pour vous de recevoir ces cartes qu'il fut profondément émancipateur pour moi de les envoyer.

Un simple geste, parfois, suffit. C'est ce que vous continuez à me rappeler à travers vos messages, commentaires, lettres manuscrites, e-mails et engagement social… Ces généreux dons humanisent nos relations, et je vous en suis vraiment reconnaissant. Parfois, peut-être un peu plus souvent dans mon cas, on a tendance à hésiter, à réfléchir, à se demander… "Dois-je me montrer tel que je suis ? Dois-je exprimer mon incompréhension, mes insécurités vis-à-vis de ce que je n'arrive pas à saisir complètement ? Est-il vraiment prudent d'exposer ma peur du rejet ? Ma peur de ne pas être à la hauteur du point de vue de quelqu'un d'autre, quelles qu'en soient les raisons ? La distance, aussi douloureuse soit-elle, est-elle le refuge le plus sûr après avoir été blessé ou trompé tant de fois ? C'est une question aussi valable que le bagage de vie que nous portons tous… Mais parfois, le don authentique de soi dont nous sommes témoins de loin devient une étincelle suffisante pour faire un pas vers cette luminescence rougeoyante, pour prendre une chance, une autre, et une autre. Encore et encore. Un geste. Un simple geste. Un mot. Un seul mot. Peut-être que cela ne changera pas le monde comme nous l'espérons, mais cela nous change néanmoins. Même si nous ne pouvons pas le sentir ou ne le voulons pas, c'est le cas. Je le crois fermement.

C'est pourquoi j'ai décidé de tous vous inviter dans mon studio pour une rencontre intime et personnelle. Avec les membres de The Long Shadows, je me prépare pour la tournée et je me prépare à la nature invisible définissant les mots et les sons qui flottent partout, pour ne se faire sentir qu'à travers un pur abandon. C'est toujours un défi pour moi de faire ce premier pas pénible à prime abord, de faire cet acte de foi, mais j'ai hâte de découvrir ce qu'il y a à dévoiler et à vivre avec vous tous... Par conséquent, j'ai l'intention de partager certaines de nos sessions d'écriture, des extraits de musique, des extraits de démo, des parties de paroles et des interviews plus régulièrement avant d'embarquer dans la tournée estivale "Not All Wonders Have Been Lost". Assurez-vous de visiter régulièrement mes pages Facebook et Instagram ou de rejoindre le Club SFCC si vous souhaitez que Jeff vous guide à travers une expérience plus en profondeur (tous les détails ici).

Dans le même esprit engagé que les récentes actions humanitaires de mon cher frère de cœur Volker en Ukraine, j'aurai le privilège de faire équipe avec mes chers amis de l'organisation Music Saves UA. Pour cette occasion très significative, je vais jouer de la nouvelle musique inédite et sortir une édition lathe cut "direct-to-vinyl" (enregistrement direct sur vinyle), ainsi que d'autres formes d'art qui seront créées à cette occasion, dont tous les bénéfices des ventes seront reversés à Music Saves UA pour contribuer aux secours humanitaires qu’ils mettent en place pour venir en aide et répondre aux besoins les plus urgents des Ukrainiens. Nous diffuserons cette session unique en direct sur plusieurs plateformes de médias sociaux simultanément le 23 avril à 17h, heure du Québec. Plus de détails seront annoncés dans les prochains jours.

Jusqu'à ce que nous en partagions davantage, puissiez-vous être en sécurité et en paix, mes précieux amis. Et si vous souhaitez recevoir une carte postale, mais que vous n'avez jamais commandé sur ma boutique en ligne (où j'ai pu récupérer les adresses postales des gens), n'hésitez pas à m'écrire un message privé avec votre adresse. Ce serait un merveilleux privilège pour moi de vous envoyer une de mes cartes.

Avec tout mon amour,
Alex

PS : N'hésitez pas à m'envoyer également une carte ou une lettre. C'est toujours une agréable surprise pour moi de découvrir votre correspondance dans ma boîte aux lettres autrement remplie de paquets de vinyles.

Alex Henry Foster
P.O. Box 1022
Covington, Virginia
24426
USA
Older Post / Blog plus ancien
Newer Post / Blog plus récent
Close (esc) Fermer

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Search / Recherchez

Shopping Cart / Vos Achats

Your cart is currently empty. / Votre panier est vide.
Shop now / Magasinez