SPECIAL PROMOTION! $1 SHIPPING UNTIL NOVEMBER 28! // PROMOTION SPÉCIALE ! LIVRAISON À 1$ JUSQU'AU 28 NOVEMBRE !

🌴 An open conversation with Alex in Tangier - part 1 // 🌴 Une conversation ouverte avec Alex à Tanger - Première partie

Voir plus bas pour la version francophone

Hey,

I hope you’re doing great as we’re already kicking the month of October...! I just realized that I often share specific times, hours of the day and precise dates with you in those letters…! I don’t know why this is important for me to mention this, maybe it’s the result of my very strange relationship with time, of which I’m always trying to be free from in a way… And as you guessed it, it hasn’t been much of a success so far.! :) 

I’m already back in Tangier with Alex for a few days for this special project I slowly started to share with you. It is now evolving quite well, and I truly can’t wait to share more with you! Leaving Montreal to spend a week in Hamburg then come back for one day before heading to Tangier was a little exhausting for us, to say the least, but Tangier’s fresh October sea breeze quickly got us into the city’s unique vibe and charms! I love this city so much...! It always feels like home here no matter the time of the year we step foot in it and it’s always a huge privilege to share parts of my life with this place and its inhabitants who I always end up missing at some point…! 

A few weeks ago, as we were in Tangier, I had a rare opportunity to sit down by the pool at La Maison de Tanger with my best friend and brother Alex in order to ask him a few questions about this amazing city, his first passage back in 2016, what brought him here and what’s his relationship with this city is like now six years later…! 

So, as we’re back here for a few days, I thought the moment was right for me to share half of our conversation with you today..! 

Enjoy the Q&A!

 

Could you please walk us through how this idea of visiting Tangier, of all places, took place in your heart and mind? 

It was right after I had completed Your Favorite Enemies’ album “Tokyo Sessions” with Ben and Sef. The trip was supposed to take 2 or 3 weeks, but it became something like a 3-month journey, a creative voyage that was challenging for me, as I was still struggling with the profound stigmata left by a former band collaborator that basically destroyed every ounce of self-confidence I had after having to endure almost 10 years of constant bullying from this guy. Once I finally had the courage to part ways with him, rewriting “Between Illness and Migration” (that eventually became Tokyo Sessions) became a way not only to regain confidence in my instinctive ability to give life to what I was artistically envisioning but to also rebuild myself back as an individual… “Tokyo Sessions” became the album I had foreseen “Between Illness and Migration” to be in the first place and it was also a great accomplishment for me as I was the sole producer of the record, something that would guide me through, years later, into new personal projects.

But before my solo season would ever be a slight,  if not minuscule, idea, I had decided that it was time for Your Favorite Enemies to explore new sonorities, which was especially capital for me to find as I had completely lost interest in anything that was of the pre-Tokyo Sessions era. To do so, I believed that we needed to experience new adventures, to expose ourselves to the unknown, that I had to let other cultures provoke a bewilderment deep within me, something I hadn’t felt anywhere but in Japan at that point. It wasn’t much about being blasé but about stretching what I now realize was the inevitable end of a cycle, which usually takes place after setting oneself free from years of abuse and self-doubt. I needed something I wasn’t able to define at that point in time.

And for whatever reason, maybe it was the fact that I grew up alongside members of a Moroccan community and their singular African/Arabic richness, but I instinctively invited a few members of the band and 2 of our team members to make a 3-week trip all over Morocco with me. It started in Tangier, the city that inspired me that trip, as it was the reminiscence of so many books I read about the influence that city had on the likes of Ginsberg, Kerouac, and Burroughs from the Beat Generation who either visited or lived in Tangier, but also painters Francis Bacon, Matisse, Delacroix, writers Paul Bowles, Mark Twain, Jean Genet, Tennessee Williams, and so many others personal favorites that don’t come to mind right now… It was as if the soul of the city always had a natural, yet latent, form of attraction on me. And I knew, somehow, I had something awaiting me, something transcending logic, rationality or senses… 

Little did I know that my brief initial passage would literally change my life and that of so many others afterward…    
 

What was your first reaction when you first set foot there? 

It’s difficult to explain, as some of the most genuine and purest of all sensations cannot or don’t have to be understood. They are designed to be welcomed, embraced and felt… But if I try and share an image of what my first reaction in Tangier was… Let’s say that if my initial visit to Tokyo offered me an extraordinary personal homecoming bloom deep down within me, my first passage in Tangier offered me a profound belonging-like form of peace. They could be seen as two distinctive types of vibrations, but for me, they both are fabulously connected in their unique form of spiritual “home” nature, in a way. It’s paradoxical to realize that I found peace in two places of organized chaos…  


Why go back there specifically right after coming back from this trip all over Morocco? 

The trip, while it was nice, didn’t provide the collective spark I was looking for creatively. I felt more disconnected with the others than I had ever felt before. It was difficult for me to admit just how lost and empty I was and just how isolated and disrupted I felt from the others. There wasn’t any kind of animosity, no fight, or anything I could blame or that could stand as a far-fetched explanation regarding the bleakest state of heart and soul I was left with after those 3 weeks… It was a low point in my life. I was frustrated, bitter and felt trapped in circumstances I wasn’t able to recognize myself in. Somehow, I knew that I had to go… But where? And how long? It was totally uncanny of me, as being in the band, being in the community I helped build, and constantly being in motion towards the future were the only things I lived from my early 20s. I was paralyzed by questions and the absence of answers. Irresolution has always been a frightening place to be for me… And I was right in the middle of it.

I think I first told you about taking some time on my own a few weeks or a couple of months after we got back from our Moroccan trip. I initially wanted to spend some time in Barcelona, a place that I particularly love and that has a whole lot of wonderful memories attached to it. It was supposed to be 2 weeks or something like that. So I bought plane tickets, rented a loft and figured out all the other details associated with me leaving the community… but it just wasn't right for whatever reason. I knew I had yet to mourn my father’s death, and it was hard to fathom being able to anonymously sit on a terrace to do so when I have so many friends in the city, therefore so many distractions I could use to cope-out from my despair. A 2-week party wasn’t what I needed. Even though the prospect of just hanging around and forgetting the absurdity of my sorrowful emotions for a while was pretty tempting, it was a ridiculous idea, to be honest. It would have been to keep on denying my hopeless dejection and I was still conscious enough to know about it. Admitting to myself that Barcelona wasn’t what I truly needed felt like going backwards. The anguish had become quite heavy to deal with at this point… 

I came very close to leaving for Istanbul, as I just wanted to disappear in an unfamiliar place where I didn’t know anybody and where I couldn’t be recognized by anyone. I was about to have my plane tickets changed… I had found an amazing apartment in the artsy neighborhood of Cihangir, just a few blocks south of the Taksim Square. It felt like the perfect space for me to land, as it is a well-known place for writers, poets, musicians and painters. I figured I would fit right in, or at least find my long-gone inspiration maybe…   

Until, for whatever reasons, I went on the Facebook page of this hotel in Tangier’s kasbah, where we had stopped for a drink and a late-night dinner on our last day in the city. Scrolling through the page, I saw a post the hotel had done, featuring us on the rooftop terrace while we were talking with one of the owners, a moment that had been a very human-driven conversation. And just like that, without thinking, I just said, “Ok, that’s where I need to go. Not only Tangier, but at that very specific hotel…”

That decision, taken in an instant of pure instinctive abandon, that flash of resolution would end up the most important step forward of my adult life. I have goosebumps just thinking of it… Whoa…!


Is this what you mean when you say: “Sometimes, the unexpected emergence of new vibrant sensations reveals some pieces of tomorrow’s foreseeing images, made of fragments of memories, of faded fractions of long-gone shivering emotions, all reflecting flashes of untainted words, of emancipated sounds awaiting to be, from which I can discern the shadowing motion of life’s rebirth as we slowly awaken from brokenhearted hopelessness…”

Yes, in many different ways, it is… 


How did this specifically materialize itself? 

In letting go. The first 2 weeks – oh yes, I forgot to mention that I had decided to stay 2 months a few days before leaving Montreal – were filled with a lot of self-endured emotional violence. It was like having a heart and soul detoxification… I almost came back to Montreal only a few days into the trip. With so many years depriving myself from any potential healing, there were a whole lot of things waiting to burst from within, a lot to admit to myself as well… I honestly didn’t know who I was anymore. If there is such a thing as being the product of your environment, I was the perfect example of a person hiding his deepest sufferings through a constant involvement caring for others’ wounds, all that while I was the one being in urgent need of “medical” attention. I was a highly functional burned-out and severely depressed individual, a total mess of himself, yet someone being able to masterly maintain its house of cards up for everyone to admire. My facade was impeccable, but would I had let someone in, I think it would have been scary to look at just how desperate and suicidal I was. So I wrote, wrote, wrote, wrote and kept on writing, from early morning to late night. It became my therapy somehow, as well as the lyrical foundation that would be known as “Windows in the Sky” years later… 


Did you realize it while you were in Tangier? 

I don’t think you can truly have a clear vision of the lights shining through the cracks of your collapsing self-built fortress when you have spent most of your life living with your eyes open in the dark. Otherwise, you would have covered the cracks and would have fled from the lights. It’s scary to be blind, but it’s frightening to see, especially when you are that deeply broken inside and kept hiding in an abject form of profound denial. Tangier – or should I say the people who welcomed me and ultimately healed me – never forced its blazing incandescence on me; it just came as a delicate wind comforting my spirit with gentle kindness… That’s how it went.

 

Thank you so much for taking the time to read this through! Always so delighted to share parts of who we are and this journey we’re on with you! I’ll share the other part with you shortly! 

Please, let me know if you have some more questions for Alex, as I’d be delighted to share those with him of course!!! 

Take good care in the meantime! 

Your Friend and Host, 
Jeff 

-------------------------------------

VERSION FRANCOPHONE

Salut,

J'espère que tu vas bien alors que le mois d'octobre commence...! Je viens de réaliser que je partage souvent avec toi des moments précis, des heures de la journée et des dates précises dans ces lettres…! Je ne sais pas pourquoi c'est important pour moi de le mentionner, c'est peut-être le résultat de mon rapport au temps très étrange, dont j'essaie toujours de m'affranchir d'une certaine manière… Et comme tu l'as deviné, ça n'a pas été un grand succès jusqu'à présent ! :)

Je suis déjà de retour à Tanger avec Alex pour quelques jours pour ce projet spécial que j'ai un peu commencé à partager avec toi. Il avance maintenant assez bien, et j'ai vraiment hâte de t'en dire plus ! Partir de Montréal pour passer une semaine à Hambourg puis revenir une journée avant de nous rendre à Tanger a été un peu épuisant pour nous, c'est le moins qu'on puisse dire, mais la fraîche brise marine d'octobre de Tanger nous a rapidement fait entrer dans l'ambiance et les charmes uniques de la ville ! J'aime tellement cette ville...! On s'y sent toujours comme à la maison, peu importe la période de l'année où on y met les pieds et c'est toujours un immense privilège de partager des pans de ma vie avec cet endroit et ses habitants qui finit toujours par me manquer à un certain point…!

Il y a quelques semaines, alors que nous étions à Tanger, j'ai eu l'occasion rare de m'asseoir au bord de la piscine de La Maison de Tanger avec mon meilleur ami et frère Alex, afin de lui poser quelques questions sur cette ville étonnante, son premier passage en 2016, qu'est-ce qui l'a amené ici et quelle est sa relation avec cette ville aujourd'hui six ans plus tard…!

Alors, comme nous sommes de retour ici depuis quelques jours, j'ai pensé que le moment était venu pour moi de partager la moitié de notre conversation avec toi aujourd'hui.

Bon Q&A à toi !

Peux-tu nous expliquer comment cette idée de visiter Tanger, de tous les endroits, a pris place dans ton cœur et ton esprit ?

C'était juste après avoir terminé l'album "Tokyo Sessions" de Your Favorite Enemies avec Ben et Sef. Le voyage était censé durer 2 ou 3 semaines, mais c'est devenu quelque chose comme un voyage de 3 mois, un voyage créatif qui était un défi pour moi, car je luttais toujours contre les profonds stigmates laissés par un ancien collaborateur du groupe qui a pratiquement détruit chaque once de confiance en moi que j'avais après avoir enduré près de 10 ans d'intimidation constante de sa part. Une fois que j'ai enfin eu le courage de me séparer de lui, réécrire "Between Illness and Migration" (qui est finalement devenu Tokyo Sessions) est devenu non seulement un moyen de reprendre confiance en ma capacité instinctive à donner vie à ce que j'envisageais artistiquement, mais aussi à me reconstruire en tant qu'individu… "Tokyo Sessions" est devenu l'album que j'avais prévu que "Between Illness and Migration" soit en premier lieu et ce fut aussi un grand accomplissement pour moi car j'étais le seul producteur de l'album, quelque chose qui allait me guider, des années plus tard, vers de nouveaux projets personnels.

Mais avant que ma saison solo ne soit une idée lointaine, sinon minuscule, j'avais décidé qu'il était temps pour Your Favorite Enemies d'explorer de nouvelles sonorités, ce qui était particulièrement capital pour moi car j'avais complètement perdu tout intérêt pour tout ce qui était de l'ère pré-Tokyo Sessions. Pour ce faire, je croyais qu'il fallait vivre de nouvelles aventures, s'exposer à l'inconnu, qu'il fallait laisser les autres cultures provoquer un étourdissement au plus profond de moi, quelque chose que je n'avais ressenti qu'au Japon à ce moment-là. Il ne s'agissait pas vraiment d'être blasé, mais d'étirer ce que je réalise maintenant être la fin inévitable d'un cycle, qui a généralement lieu après s'être libéré d'années d'abus et de doute de soi. J'avais besoin de quelque chose que je n'étais pas capable de définir à ce moment-là.

Et pour une raison quelconque, peut-être le fait que j'ai grandi aux côtés des membres d'une communauté marocaine et de leur richesse africaine/arabe si singulière, j'ai instinctivement invité quelques membres du groupe et 2 membres de notre équipe à faire un voyage de 3 semaines partout au Maroc avec moi. Tout a commencé à Tanger, la ville qui m'a inspiré ce voyage, symbolisant la réminiscence de tant de livres que j'ai lus sur l'influence que cette ville a eue sur Ginsberg, Kerouac et Burroughs de la Beat Generation qui ont visité ou vécu dans Tanger, mais aussi les peintres Francis Bacon, Matisse, Delacroix, les écrivains Paul Bowles, Mark Twain, Jean Genet, Tennessee Williams, et tant d'autres favoris personnels qui ne me viennent pas à l'esprit en ce moment… C'était comme si l'âme de la ville avait toujours eu une forme d'attirance naturelle, mais latente, sur moi. Et je savais que, d'une manière ou d'une autre, j'avais quelque chose qui m'attendait, quelque chose qui transcendait la logique, la rationalité ou les sens…

Je ne savais pas que mon bref passage initial allait littéralement changer ma vie et celle de tant d'autres par la suite…
 

Quelle a été ta première réaction quand tu as mis les pieds là-bas la toute première fois ?

C'est difficile à expliquer, car certaines des sensations les plus authentiques et les plus pures ne peuvent pas ou ne doivent pas être comprises. Elles sont conçues pour être accueillies, embrassées et ressenties… Mais si j'essaie de partager une image de ce qu'a été ma première réaction à Tanger… Disons que si ma première visite à Tokyo m'a offert un extraordinaire sentiment d'être à la maison au plus profond de moi, mon premier passage à Tanger m'a offert une profonde forme de paix dans le fait d'appartenir à ce lieu. C'est un peu comme deux types distincts de vibrations, mais pour moi, ils sont tous les deux fabuleusement connectés dans leur forme unique de nature spirituelle de la "maison", d'une certaine manière. C’est paradoxal de réaliser que j’ai trouvé la paix dans deux lieux de chaos organisé…


Pourquoi y être retourné juste après être revenu de ce voyage partout au Maroc ?

Le voyage, même s'il était agréable, n'a pas fourni l'étincelle collective que je recherchais sur le plan créatif. Je me sentais plus déconnecté des autres que je ne l'avais jamais ressenti auparavant. C'était difficile pour moi d'admettre à quel point j'étais perdu et vide et à quel point je me sentais isolé et dérangé par les autres. Il n'y avait aucune sorte d'animosité, aucune bagarre, ou quoi que ce soit que je puisse blâmer ou qui puisse être une explication tirée par les cheveux concernant l'état de cœur et d'âme le plus sombre qui m'habitait après ces 3 semaines… C'était un point assez bas dans ma vie. J'étais frustré, amer et je me sentais piégé dans des circonstances dans lesquelles je ne pouvais pas me reconnaître. D'une certaine manière, je savais que je devais partir… Mais où ? Et combien de temps ? C'était totalement étrange de ma part, car être dans le groupe, être dans la communauté que j'ai aidé à construire et être constamment en mouvement vers l'avenir étaient les seules choses que je connaissais depuis le début de mes 20 ans. J'étais paralysé par les questions et l'absence de réponses. L'irrésolution a toujours été un endroit effrayant pour moi… Et j'étais en plein milieu de ça.

Je pense que je vous ai d'abord parlé de prendre du temps pour moi quelques semaines ou quelques mois après notre retour de notre voyage au Maroc. Au départ, je voulais passer du temps à Barcelone, un endroit que j'affectionne particulièrement et qui a beaucoup de merveilleux souvenirs qui s'y rattachent. C'était censé être 2 semaines ou quelque chose comme ça. J'ai acheté des billets d'avion, loué un loft et géré tous les autres détails associés à mon départ de la communauté… mais ce n'était juste pas correct pour peu importe quelle raison. Je savais que je n'avais pas encore traversé le deuil de mon père, et il était difficile d'imaginer pouvoir m'asseoir anonymement sur une terrasse alors que j'ai tant d'amis dans la ville, donc tant de distractions que je pourrais utiliser pour faire face à mon désespoir. Une fête de 2 semaines n'était pas ce dont j'avais besoin. Même si la perspective de juste traîner et d'oublier l'absurdité de mes émotions douloureuses pendant un moment était assez tentante, c'était une idée ridicule, pour être honnête. Cela aurait été de continuer à nier mon abattement désespéré et j'étais encore assez conscient pour le savoir. Admettre que Barcelone n'était pas ce dont j'avais vraiment besoin, c'était comme revenir en arrière. L’angoisse était devenue assez lourde à gérer à ce stade…

J'ai failli partir pour Istanbul, car je voulais juste disparaître dans un endroit inconnu où je ne connaissais personne et où personne ne pouvait me reconnaître. J'étais sur le point de faire changer mes billets d'avion… J'avais trouvé un superbe appartement dans le quartier artistique de Cihangir, à quelques rues au sud de la place Taksim. Ça me semblait être l'endroit idéal pour moi, car il est bien connu des écrivains, des poètes, des musiciens et des peintres. Je me suis dit que je m'intégrerais parfaitement, ou du moins que je trouverais peut-être mon inspiration perdue depuis longtemps…

Jusqu'à ce que, pour une raison quelconque, je me rende sur la page Facebook de cet hôtel de la kasbah de Tanger, où nous nous étions arrêtés pour boire un verre et dîner tard le soir lors de notre dernière journée dans la ville. En parcourant la page, j'ai vu une publication que l'hôtel avait publié, nous montrant sur le toit-terrasse pendant que nous parlions avec l'un des propriétaires, un moment qui avait été une conversation très humaine. Et juste comme ça, sans réfléchir, j'ai juste dit : "Ok, c'est là que je dois aller. Pas seulement à Tanger, mais dans cet hôtel spécifiquement…"

Cette décision, prise dans un instant de pur abandon instinctif, cet éclair de résolution allait constituer le pas en avant le plus important de ma vie d'adulte. J'en ai la chair de poule rien que d'y penser… Ouah…!


Est-ce que c'est ce que tu veux dire quand tu dis : "Parfois, l’émergence inattendue de nouvelles sensations vibrantes révèle quelques fragments des images de demain, faites de bribes de souvenirs, de fractions fanées d’émotions transies disparues depuis longtemps, toutes reflétant des éclats de paroles insondées, de sons émancipés en attente d’exister, dont je peux discerner le mouvement sous-jacent de la renaissance de la vie alors que nous nous réveillons lentement du désespoir d’un cœur brisé..."

Oui, de plein d'autres façons, c'est bien ça...


Comment cela s'est matérialisé ?

En lâchant prise. Les 2 premières semaines – ah oui, j'ai oublié de mentionner que j'avais décidé de rester 2 mois quelques jours avant de quitter Montréal – ont été remplies de beaucoup de violence émotionnelle auto-infligée. C'était comme avoir une désintoxication du cœur et de l'âme… J'ai failli revenir à Montréal quelques jours seulement après le début du voyage. Avec tant d'années à me priver de toute guérison potentielle, il y avait beaucoup de choses qui attendaient d'éclater de l'intérieur, beaucoup de choses à admettre aussi… Honnêtement, je ne savais plus qui j'étais. S'il existe une chose telle qu'être le produit de votre environnement, j'étais l'exemple parfait d'une personne cachant ses souffrances les plus profondes par une implication constante à soigner les blessures des autres, tout cela alors que j'étais celui qui avait un besoin urgent d'assistance "médicale". J'étais un individu très fonctionnel, épuisé et gravement dépressif, l'ombre de moi-même, mais quelqu'un capable de maintenir magistralement son château de cartes pour que tout le monde puisse l'admirer. Ma façade était impeccable, mais si j'avais laissé quelqu'un entrer, je pense que cela aurait été effrayant de voir à quel point j'étais désespéré et suicidaire. Alors j'ai écrit, écrit, écrit, écrit et continué à écrire, du petit matin jusqu'à tard le soir. C'est devenu ma thérapie en quelque sorte, ainsi que la base lyrique qui serait connue sous le nom de "Windows in the Sky" des années plus tard...


L'as-tu réalisé lorsque tu étais à Tanger ?

Je ne pense pas que tu peux vraiment avoir une vision claire des lumières qui brillent à travers les fissures d'une forteresse auto-construite qui s'effondre lorsque tu as passé la majeure partie de ta vie à vivre les yeux ouverts dans le noir. Sinon, tu aurais couvert les fissures et tu aurais fui les lumières. C'est effrayant d'être aveugle, mais c'est effrayant de voir, surtout quand tu es si profondément brisé à l'intérieur et que tu te caches dans une forme abjecte de déni profond. Tanger - ou devrais-je dire les gens qui m'ont accueilli et m'ont finalement guéri - n'a jamais forcé son incandescence flamboyante sur moi; c'est juste venu comme un vent délicat réconfortant mon esprit avec une douce gentillesse… C'est comme ça que ça s'est passé.

 

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de lire tout ça ! C'est toujours un bonheur de partager des parties de qui nous sommes et ce voyage qui est le nôtre avec toi ! Je partagerai la deuxième partie avec toi très bientôt !

N'hésite pas à me dire si tu as plus de questions pour Alex, ça me fera plaisir de lui partager bien sûr !!!

Prends soin de toi !

Ton ami et hĂ´te,
Jeff

Older Post / Blog plus ancien
Newer Post / Blog plus récent
Close (esc) Fermer

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Search / Recherchez

Shopping Cart / Vos Achats

Your cart is currently empty. / Votre panier est vide.
Shop now / Magasinez