SPECIAL PROMOTION! $1 SHIPPING UNTIL NOVEMBER 28! // PROMOTION SPÉCIALE ! LIVRAISON À 1$ JUSQU'AU 28 NOVEMBRE !

An open conversation with Alex in Tangier - part 2 // Une conversation ouverte avec Alex à Tanger - Deuxième partie

Voir plus bas pour la version francophone

Hey,

I hope you’re doing well! I’m now back in Montreal after spending two weeks abroad in Europe and Africa, which makes me feel a little off-balance in time and space, but it’s good to be back right in time to witness the beautiful colors taking place in our northern hemisphere! Summertime is truly gone now, as it’s literally raining yellow and red leaves all around us…!

It’s Friday morning and I’m listening to a Philip Glass playlist, mixing each and every possible project he did over his entire musical career! I've been listening to his music since Alex bought me a book about him, titled Words Without Music, which I just started reading! I have to get my heart and mind back into creative mode, as we’re on the verge of heading back down to Virginia to join Alex to get started on what will be his next musical journey! I love those moments where we’re all getting ready to gather around music, art, lyrics, noises, screams, whispers, and all this unknown coming to life right before our very own eyes as we simply abandon ourselves to a journey of its own. I truly can’t wait to get started and share some glimpses of what’s happening with you!

I really hope you enjoyed last week’s open conversation I shared with you! That afternoon by the pool in Tangier has been more impactful than we thought it was in the first place, and it brought amazing conversations again between Alex and I as we were traveling back home from Morocco. 

It’s been such a crazy trip back home as we had to take a train from Tangier to Casablanca, embark on a 1:30 am flight to Frankfurt, then rush on another flight to Brussels where we literally had to run across every possible terminal at Brussels Airport and almost missed our connection to Montreal…! They were calling our names over the airport PA, and someone from Air Canada was looking for us with a cardboard with our names on it! We then landed at 1 pm local time, which means it’s been kind of a long day!!!! What an adventure! So yes, plenty of time for Alex and I to talk more in between running sessions! :)

So, today, I have the privilege to share the second part of our pool conversation, which was around this year’s theme; Brighter As We Rise Up Again! Hope you enjoy it!

How did the theme come to your mind this year? 

Every year, I have the privilege to take time apart to reflect on the year that just ended and to envision what may be ahead. It’s a moment of profound contemplative musing, an intimate rendezvous with myself, where I can let my spirit roam free from my usual limiting ambitions and ambivalent decisions. That’s when I usually see the images from which I collect the words… It’s a sort of personal mantra that grows way beyond me and its emotional birthplace as soon as it is shared with others. Some words aren’t meant to be kept to oneself and that’s how I welcome them every year.
 

Why brighter? Can things always get brighter? Or brighter circumstances? 

We tend to define life with absolutes; it’s what we so often find our peace of mind from. It’s what we try to model our existential purposes on. But for me, I don’t really see things that way… Light proves the existence of darkness as much as darkness proves the existence of light, therefore, there’s no need to fear the absence of absolutes nor is it necessary to flee its paradoxes. That’s what makes life an evolving flow of lights and colors; there’s no end to it, only new perspectives and discoveries. That’s what it means to rise up again; to let yourself be transformed by the motion of these unfolded pieces of the unknown, standing just a little closer to the light every time, and everything – including yourself – becomes brighter to your own eyes, more distinctively exposed to others as well, offering yourself and those around an emancipative opportunity to be known and to know others in return.


Do you set yourself some life journey goals or do you simply dwell into the now, always open-minded to seek new horizons and what they have for you? 

It’s funny, a moment just came to mind when a pastor told me, after listening to my diatribe regarding human rights and whatnot: “Alex, you are an activist and activists never find peace but in finding a new battle to lose themselves in.” That phrase, whatever it was designed to mean at that very instant, kept echoing in my head for quite a while… Not that it was traumatic or anything. It stood as a matter of reflection, to the “why” I turned my initial caring compassion into a scream of revendication and to the “how” I could transform my ever-engaging “anger” towards injustice into a sustainable love to be communed. Even if it might sound completely off from an answer to your question, I tend to remind myself of the fundamental difference between having ambitions and following a vision. My nature is deeply ambitious… It’s not about dominance but about pressing on and pressing through. That’s how I’ve been raised or nurtured if you’d like. Following a vision implies trust, patience, and amazement. Ambition stands far in the distance. A vision is cultivated in the evolving “now”. That’s why I can say that I do have goals for this journey of life that is mine, but they aren’t filled with something elusive and illusory; they are in a constant fulfilling motion reshaping themselves a little more each day. This is what I mean by “instinctive” and “ongoing”. There’s no finish line, no ultimate reward at the conclusion of the race. The treasures are made of “now” and the “now” has the purpose of being communed…


An everlasting dawn… Why dawn? Why not an everlasting sunset? 

For me, dawn means new possibilities. No matter what happened the night before, no matter how desperate you are, hopeless, faithless, there’s always a new realm of wonders awaiting to be embraced with every light coming from afar, way before offering their dazzle to every new day. We can make a rebirth out of it all… 


I shared about our friends’ 15-years-in-Tangier party. What was your reaction when you stepped in there? 

I felt incredibly grateful that I had been welcomed, sheltered and healed by the most caring and compassionate people I have ever encountered – or blessed enough to discern – in my life. I was humbled by so many lives that have been touched, moved, inspired, transformed by those two men who believed that it wasn’t through revendications and reforms that you can have an impact in other people lives, but by offering the best version of yourself every single day, acknowledging the fact that most of that love so generously given would never – if ever so rarely – come back their way. Being someone who cares about others, it was greatly evocative for me. It helped me keep my motivation in check and accept that some of those to whom I had given the most of what was necessary to me, devoting the best of my days while sacrificing my own dreams willingly are usually the ones that would break my heart by becoming the most despicable individuals the second I would even only consider think about myself again. As painful as human nature could be, this is something I learned seeing my two friends give themselves to many, while never compromising who they are as persons and what they are as an entity as well. Looking at all the pictures, 15 years of lives being ignited, it was one of the most beautiful displays of pure love I have ever seen in my life (and not only because I ended up being on quite a few pictures featured all over the walls!)


What would you like your 15 years party to be like? 

Honest and soulful, real and communal, filled with laughter and magnificent tears of gratefulness.  


Is it necessary for you to feel completely lost – you or your emotions – before you find yourself again? To be broken before you can be reborn? Is it part of your creative process?

The creation for me is about the degree of willingness I am ready to put in in order to have an honest view towards my inner self and the greater world surrounding me. Allowing myself to be lost means that any potential creation blooming out of a moment, a reflection, or a contemplation won’t have anything to do with me trying to control it all, without my pre-conceptual views serving to cover my fear of failures, forcing my insecurities to it. As much as you let yourself envision ideas or be completely prepared for the invisible to reveal itself beyond what you can’t see, brokenness is not a process. It’s a state of being that, once acknowledged without shame, allows your heart to expand the frame of your mind and soul – therefore the origins from which life and art will be transmitted into words, sounds, colors and lights. Still following…? 


What’s the role of “lights” in your life, and how is it important to you?  

It’s the foundation of it all. Even its absence has a significant part to play in my existence. Maybe we’ll have more time to develop about it next time…! 


You seem to be well established now in Tangier. Do you have a specific vision for the future there?

I’m blessed to be part of an inspiring community of people with whom I’m friends. It changes the whole emotional climate of my life, and it feeds my vision to have a space where life, art, humanity, and collaborations can be shared and communed in a completely free and disfranchised manner. That type of vision takes time as it’s something that blooms from its community rather than something that you can buy and sell afterwards. This is what makes it the purest form of collective entity there is… at least to me. 


You worked with another artist for the design of the SFCC this year. What was your first reaction seeing it? People described it as steampunk or Tim Burton-esque. Is it something you like being associated with?

I had the immense privilege to work with Joe Mruk from Red Buffalo Illustration again this year, our fourth collaboration to date. Joe being the fantastic creator that he is, I try to interfere as little as possible with his own vision, which this time involved a little more of back and forth. It isn’t that I wanted to depart from what we already did together, but I was trying to express the wonderful relational dance that is our connection, to expose the different elements related to our correspondences, and to reflect on the welcoming nature of our communion. There are quite a lot of images and layers of symbolism within Joe’s heartfelt piece of art and what I like, with any of the collaborations I have the blessing to be part of, is to keep on discovering new meanings and different elements to the entity we gave life to through a joint effort. The rest for me remains the uplifting joy that comes with the exploration of self through another person’s embodied vision. It’s always about what we see with our eyes closed, or should I say, it’s about what our heart is disposed to see …
Thank you so much for reading this entire conversation between Alex and myself.  These moments are always so precious to me, and even more now that I can share those with you! 

 

Thank you so much for reading this entire conversation between Alex and myself.  These moments are always so precious to me, and even more now that I can share those with you!

 

IMPORTANT
REGARDING THE TOUR PHOTO BOOK 

As previously shared with you, we are currently working on a post-tour photo book. We already received many pictures and testimonies of all kinds  and I am grateful to everyone who decided to immortalize this very first headlining tour for Alex! 

If you want to be part of the book, make sure to send me your contribution on Saturday, October 15 at the latest. You simply have to reply to this email! 

As Alex shared in his newsletter: “I can’t promise that I will be able to add everything in the printed version of the book, but as I already mentioned, no one will be left out and everything you will send me will radiate in one form or another. I’m already thankful for everything you will be sending my way as it’s what this communion between you and me is all about.” 

I wish you an amazing week! 
Until next Tuesday! 
Take really good care!!! 

Your Friend and Host, 
Jeff

-------------------------------------

VERSION FRANCOPHONE

Salut,

J'espère que tu vas bien ! Je suis maintenant de retour à Montréal après avoir passé deux semaines à l'étranger en Europe et en Afrique, ce qui me fait un peu perdre l'équilibre dans le temps et dans l'espace, mais je suis content d'être de retour juste à temps pour assister aux belles couleurs qui s'étendent à perte de vue dans notre hémisphère nord ! L'été est vraiment fini maintenant, car il pleut littéralement des feuilles jaunes et rouges tout autour de nous...!

 

Nous sommes vendredi matin et j'écoute une playlist de Philip Glass, mélangeant tous les projets qu'il a réalisés tout au long de sa carrière musicale ! J'écoute sa musique depuis qu'Alex m'a acheté un livre sur lui, intitulé Words Without Music, que je viens de commencer à lire ! Je dois remettre mon cœur et mon esprit en mode créatif, car nous sommes sur le point de retourner en Virginie pour rejoindre Alex et commencer ce qui sera son prochain voyage musical ! J'aime ces moments où nous nous préparons tous à nous rassembler autour de la musique, de l'art, des paroles, des bruits, des cris, des chuchotements et de tout cet inconnu qui prend vie sous nos propres yeux alors que nous nous abandonnons simplement à un voyage qui lui est propre. J'ai vraiment hâte de commencer et de partager quelques aperçus de ce qui se passe avec toi !

J'espère que tu as aimé la conversation ouverte de la semaine dernière que j'ai partagée avec toi ! Cet après-midi au bord de la piscine à Tanger a eu plus d'impact que nous ne le pensions au départ, et cela a de nouveau suscité des conversations incroyables entre Alex et moi alors que nous rentrions du Maroc.

Notre voyage de retour fut vraiment fou. Nous avons dû prendre un train de Tanger à Casablanca, embarquer pour un vol à 1h30 du matin vers Francfort, puis nous précipiter sur un autre vol pour Bruxelles, où nous avons littéralement dû traverser tous les terminaux possibles de l'aéroport, et nous avons failli rater notre correspondance vers Montréal…! Ils appelaient nos noms dans les hauts-parleurs de l'aéroport, et quelqu'un d'Air Canada nous cherchait avec un carton avec nos noms dessus ! Nous avons ensuite atterri à 13 heures, heure locale, ce qui signifie que la journée a été longue !!!! Quelle aventure ! Alors oui, beaucoup de temps pour Alex et moi pour parler davantage entre les sessions de course ! :)

Alors, aujourd'hui, j'ai le privilège de partager la deuxième partie de notre conversation autour de la piscine, qui tournait autour du thème de cette année; Brighter As We Rise Up Again ! Bonne lecture !

Comment t'est venu à l'esprit le thème de cette année ?

Chaque année, j'ai le privilège de prendre du temps à part pour réfléchir à l'année qui vient de se terminer et pour penser à la suite. C'est un moment de réflexion contemplative profonde, un rendez-vous intime avec moi-même, où je peux laisser mon esprit vagabonder librement de mes ambitions limitantes habituelles et de mes décisions ambivalentes. C'est à ce moment-là que je vois habituellement les images dont je recueille les mots… C'est une sorte de mantra personnel qui grandit bien au-delà de moi et son berceau émotionnel dès qu'il est partagé avec les autres. Certains mots ne sont pas destinés à être gardés pour soi et c'est ainsi que je les accueille chaque année.
 

Pourquoi "brighter" (plus brillant) ? Est-ce que tout peut toujours devenir plus brillant ? Ou des circonstances plus brillantes ?

Nous avons tendance à définir la vie avec des absolus; c'est à partir de là que nous trouvons si souvent notre tranquillité d'esprit. C'est ce sur quoi nous essayons de modéliser nos objectifs existentiels. Mais pour moi, je ne vois pas vraiment les choses de cette façon… La lumière prouve l'existence des ténèbres autant que les ténèbres prouvent l'existence de la lumière, donc, il n'y a pas lieu de craindre l'absence d'absolu ni de fuir ses paradoxes. C'est ce qui fait de la vie un flot croissant de lumières et de couleurs; il n'y a pas de fin, seulement de nouvelles perspectives et découvertes. C'est ce que signifie "to rise up again" (se relever); se laisser transformer par le mouvement de ces fragments de l'inconnu, se tenir un peu plus près de la lumière à chaque fois, et tout - y compris soi-même - devient plus lumineux à vos propres yeux, plus distinctement exposé aux autres aussi, vous offrant ainsi qu'à ceux autour une opportunité émancipatrice d'être connu et de connaître les autres en retour.


Est-ce que tu te fixes des objectifs de parcours de vie ou plonges-tu tout simplement dans le moment présent, toujours ouvert à l'exploration de nouveaux horizons et ce qu'ils ont pour toi ?

C'est drôle, un moment me vient à l'instant à l'esprit, quand un pasteur m'a dit, après avoir écouté ma diatribe sur les droits de l'homme et ainsi de suite : "Alex, tu es un militant et les militants ne trouvent jamais la paix qu'en trouvant une nouvelle bataille dans laquelle se perdre." Cette phrase, quelle que soit sa signification à cet instant précis, a continué à résonner dans ma tête pendant un bon moment… Pas que ce soit traumatisant ou quoi que ce soit. Il s'agissait d'un sujet de réflexion sur le "pourquoi" j'ai transformé ma compassion initiale en un cri de revendication et sur le "comment" j'ai pu transformer ma "colère" toujours engagée envers l'injustice en un amour durable à partager. Même si cela peut sembler complètement hors sujet par rapport à ta question, j'ai tendance à me rappeler la différence fondamentale entre avoir des ambitions et suivre une vision. Ma nature est profondément ambitieuse… Il ne s'agit pas de domination mais de foncer et d'aller jusqu'au bout. C'est ainsi que j'ai été élevé ou nourri si tu préfères. Suivre une vision implique confiance, patience et émerveillement. L'ambition est loin de tout ça. Une vision est cultivée dans le "maintenant" en évolution. C'est pourquoi je peux dire que j'ai des objectifs pour ce voyage de vie qui est le mien, mais ils ne sont pas remplis de quelque chose d'insaisissable et d'illusoire; ils sont dans un mouvement épanouissant constant, se remodelant un peu plus chaque jour. C'est ce que j'entends par "instinctif" et "continu". Il n'y a pas de ligne d'arrivée, pas de récompense ultime à la fin de la course. Les trésors sont faits de "maintenant" et le "maintenant" a pour but d’être communié…


Une aube éternelle... Pourquoi l'aube ? Pourquoi pas un coucher de soleil éternel ?

Pour moi, l'aube est synonyme de nouvelles possibilités. Peu importe ce qui s'est passé le soir précédent, peu importe ton désespoir, ton manque de foi, il y a toujours un nouveau monde de merveilles qui t'attend afin que tu l'embrasses avec chaque lumière venant de loin, bien avant d'offrir leur éblouissement à chaque nouvelle journée. Nous pouvons faire une renaissance de tout ça...


J'ai parlé de la fête de nos amis pour célébrer leurs 15 années à Tanger. Quelle fut ta réaction quand tu es arrivé là-bas ?

Je me suis senti incroyablement reconnaissant d'avoir été accueilli, hébergé et guéri par les personnes les plus attentionnées et les plus compatissantes que j'aie jamais rencontrées - ou assez béni pour le comprendre - dans ma vie. J'ai été touché par tant de vies qui ont été touchées, émues, inspirées, transformées par ces deux hommes qui croyaient que ce n'était pas par des revendications et des réformes qu'on pouvait avoir un impact sur la vie des autres, mais en offrant la meilleure version de nous-mêmes chaque jour, reconnaissant le fait que la majeure partie de cet amour si généreusement donné ne reviendrait jamais - ou que très rarement - sur leur chemin. Être quelqu'un qui se soucie des autres, c'était très évocateur pour moi. Cela m'a aidé à revoir ma motivation et à accepter que certains de ceux à qui j'avais donné le maximum de ce qui m'était nécessaire, consacrant le meilleur de mes journées tout en sacrifiant volontairement mes propres rêves, sont généralement ceux qui me briseraient le cœur en devenant les individus les plus méprisables à la seconde où j'envisagerais, ne serait-ce qu'un peu, de penser à moi. Aussi douloureuse que puisse être la nature humaine, c'est quelque chose que j'ai appris en voyant mes deux amis se donner à plusieurs, sans jamais compromettre qui ils sont en tant que personnes et ce qu'ils sont en tant qu'entité. En regardant toutes les photos, 15 ans de vies enflammées, c'était l'une des plus belles démonstrations d'amour pur que j'aie jamais vues de ma vie (et pas seulement parce que je me trouvais être sur pas mal de photos partout sur les murs !)


À quoi aimerais-tu que ta fête de 15 ans ressemble ?

Honnête et profonde, vraie et rassembleuse, remplie de rires et de larmes magnifiques de gratitude.


Est-ce que c'est nécessaire pour toi de te sentir complètement perdu - toi ou tes émotions - avant de pouvoir te retrouver ? D'être brisé avant de pouvoir renaître ? Est-ce que ça fait partie de ton processus créatif ?

La création pour moi se trouve dans le degré de volonté que je suis prêt à mettre pour avoir une vision honnête de moi-même et du monde qui m'entoure. Me permettre d'être perdu signifie que toute création potentielle naissant à partir d'un moment, d'une réflexion ou d'une contemplation n'aura rien à voir avec moi essayant de tout contrôler, sans que mes pré-conceptions ne servent à couvrir ma peur des échecs, y forçant mes insécurités. Tant que tu te laisses penser à des idées ou être complètement prêt devant l'invisible se révélant à toi au-delà de ce que tu peux voir, le fait d'être brisé n'est pas un processus. C'est un état d'être qui, une fois reconnu sans honte, permet à ton cœur d'élargir le cadre de ton esprit et de ton âme - donc les origines à partir desquelles la vie et l'art seront transmis en mots, sons, couleurs et lumières. Tu suis toujours…?


Quel est le rôle de la "lumière" dans ta vie, et en quoi est-ce important pour toi ?

C'est la fondation de tout. Même son absence a un rôle significatif à jouer dans mon existence. Peut-être que nous aurons plus le temps de développer ça la prochaine fois...!


Tu sembles être bien établi maintenant à Tanger. Est-ce que tu as une vision spécifique pour le futur là-bas ?

J'ai la chance de faire partie d'une communauté inspirante de personnes avec qui je suis ami. Cela change tout le climat émotionnel de ma vie et nourrit ma vision d'avoir un espace où la vie, l'art, l'humanité et les collaborations peuvent être partagés et communiés de manière totalement libre et non formatée. Ce type de vision prend du temps car c'est quelque chose qui fleurit de sa communauté plutôt que quelque chose que vous pouvez acheter et vendre par la suite. C'est ce qui en fait la forme d'entité collective la plus pure qui soit… du moins pour moi.


Tu as travaillé avec un autre artiste pour le design du SFCC cette année. Quelle a été ta première réaction en le voyant ? Les gens l'ont décrit comme steampunk ou Tim Burton-esque. Est-ce quelque chose auquel tu aimes être associé ?

J'ai eu l'immense privilège de travailler cette année encore avec Joe Mruk de Red Buffalo Illustration, notre quatrième collaboration à ce jour. Joe étant le créateur fantastique qu'il est, j'essaie d'interférer le moins possible avec sa propre vision, qui cette fois a impliqué un peu plus de suivis de mon côté et du sien. Ce n'est pas que je voulais m'éloigner de ce que nous avions déjà fait ensemble, mais j'essayais d'exprimer la merveilleuse danse relationnelle qu'est notre connexion, d'exposer les différents éléments liés à nos échanges, et de réfléchir sur la nature ouverte de notre communion. Il y a beaucoup d'images et de couches de symbolisme dans l'œuvre d'art de Joe et ce que j'aime, avec toutes les collaborations dont j'ai la bénédiction de faire partie, c'est de continuer à découvrir de nouvelles significations et différents éléments de l'entité à laquelle nous donnons vie grâce à un effort commun. Le reste pour moi reste la joie édifiante qui accompagne l'exploration de soi à travers la vision incarnée d'une autre personne. Il s'agit toujours de ce que nous voyons les yeux fermés, ou devrais-je dire, de ce que notre cœur est disposé à voir...

 

Merci beaucoup d'avoir lu toute cette conversation entre Alex et moi. Ces moments sont toujours tellement précieux pour moi, et encore plus maintenant que je peux les partager avec vous tous.

 

IMPORTANT
CONCERNANT LE LIVRE PHOTO DE LA TOURNÉE

Comme je l'ai partagé précédemment avec toi, nous sommes en train de travailler sur un livre photo post-tournée. Nous avons déjà reçu beaucoup de photos et de témoignages et je suis vraiment reconnaissant envers tous ceux qui ont décidé d'immortaliser cette toute première tournée d'Alex en tête d'affiche !

Si tu veux faire partie du livre, tu dois m'envoyer ta contribution le samedi 15 octobre au plus tard. Tu peux le faire en répondant simplement à ce message !

Comme Alex l'a dit dans sa newsletter : "Je ne peux pas promettre que je pourrai tout ajouter dans la version imprimée du livre, mais comme je l'ai déjà mentionné, personne ne sera laissé de côté et tout ce que vous m'enverrez rayonnera sous une forme ou une autre. Je suis déjà reconnaissant pour tout ce que vous m'enverrez car c'est ce que représente cette communion entre vous et moi."

Je te souhaite une magnifique semaine !
À mardi prochain !
Prends bien soin de toi !!!

Ton ami et hôte,
Jeff

Older Post / Blog plus ancien
Newer Post / Blog plus récent
Close (esc) Fermer

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Search / Recherchez

Shopping Cart / Vos Achats

Your cart is currently empty. / Votre panier est vide.
Shop now / Magasinez