$15 FLAT RATE SHIPPING ON ANY ORDER AT ALL TIMES! // TARIF FORFAITAIRE DE LIVRAISON DE $15 SUR TOUTES LES COMMANDES EN TOUT TEMPS !

Exclusive - Alex's Complete Canadian Musician Column! // Exclusif - L’article complet d’Alex dans le magazine Canadian Musician !

Voir plus bas pour la version francophone

Hey,

I hope you’re doing great! I’m currently sitting on a plane on my way to New York City this morning! Alex and Isabel drove me to the airport at around 4:30 am, and here I am, listening to Mogwai's The Revenants soundtrack, alone in my three-seat row, headed to one of my favorite cities in the world; New York City! It’s 11 am now. 

What I like about New York is its unique vibe and strong spirit, which both inspire me a lot! I’m not into its tourist attractions at all, or its money-driven vibe sometimes, but really interested in its people! There are no other cities on the globe where you will feel like you’re traveling the world as much as you do in New York! Everyone you encounter has a unique story, background, dreams and opinions about everything, and has something interesting and unique to tell you. I really am driven by this amazing vibe and state of mind. Is it because I don’t live there? Maybe! 

This week will be all about a music festival I’ve been invited to, called The New Colossus. I haven’t stepped foot in the city since May last year for Alex to be interviewed by Lee Ranaldo from Sonic Youth. I’m truly looking forward to this trip, as I have a feeling this will change things forever for us! As I shared with you in my last letter, I spent the entire week with Alex, Ben, and Miss Isabel working very hard on our next musical project around Lou Reed’s song The Power of the Heart! I’ll be able to come up with more details in the upcoming weeks regarding this amazing and very soulful project, especially under the actual circumstances! 

For now, as promised a few weeks back, I wanted to send you the entire letter Alex wrote for his Canadian Musician Magazine column which will come out next week. Scroll down to find it! It was important for me to share it with you before everyone else. It’s been a hard year thus far, especially for Alex, which also explains why I came down to Virginia last week! 

But this past week has been very good for our hearts and minds… We took very long walks in the forest, listened to amazing vinyls, talked a lot about the importance of enjoying every step of every project we give life to, and this, from start to finish — otherwise, what’s the point?! We decided it was better to do a little less but to dive into those projects as deep as we can possibly go! But you know we won’t really respect this self-imposed unwritten rule! Ha! I wrote this with a smile, as I like this paradoxical side of us…! 

Here’s a great hint for you: Alex and I worked on a calendar, and the live performances and the lathe-cut vinyls are coming back in April! You read that well! :) 

Thanks to you all for your amazing response and support! Enjoy Alex’s writing and see you all again very soon! 

Your Host and Friend,
Jeff 

 

Mentally Exhausted?!
Impossible. I’m Too Busy To Be Tired.


I was about to write about going back on the road from an artist-entrepreneur perspective when I read the moving and humbling page Catherine Harrison from Over The Bridge wrote in the latest Canadian Musician edition. That, along with the generous interview from The Strumbellas' lead singer Simon Ward and Isaac Wood stepping back from one of my favorite new bands, Black Country, New Road for mental health issues, inspired me to use my column in the magazine to share about my own recent emotional fumble. This is a view from within...     

It’s quite incredible to realize that it’s already been 2 years since everyone’s lives have been profoundly impacted by the still ongoing pandemic. It’s unreal on so many levels. I was coming back from a European tour when it all began… I thought it would be a 2-week kind of thing. I didn’t pay too much attention to any of it at first, nor was I too inclined to invest any of my newfound energy in something that felt so elusive from afar. I was starting my solo journey after what I would later realize was the result of an undiagnosed depression following my father’s passing, which led me to take a break from my 10-year tenure as Your Favorite Enemies’ lead figure. My album Windows in the Sky was collecting positive reviews all over the world, I had 2 years of tours aligned, was set to play at the Tokyo Olympics… I was finally turning what felt like a never-ending corner in my life. It felt good for several reasons. Then 2 weeks turned into months, months led to a first tour postponement, then a second, and so on… but I kept on going. DIY style. I did a series of live streams before it was even a thing and managed to keep the circus going. I was not only benefitting from being locked down with my band and crew for weeks as we got back from tour, but everyone was staying at my studio, which allowed me to keep the high-speed motion I was on. All that while supporting collaborators of my label and releasing all sorts of new projects. No matter what hit me, it was all about going forward. I was pridefully determined to outrun the crisis and fiercely committed to doing so no matter how long it would last. I had to be the first in line, all systems ready to go, when everything would open again - or so I believed.

I’m from a very tight community, and we’ve been through a lot over the years: heartbreaks, betrayals, divorces, parents’ death… Life being life. But what I wasn’t ready to face was the proliferation of friends taking their lives during the initial COVID phase, followed by old-time business partners deciding to reinvent themselves in a different work area. Tensions arose as preoccupations grew amongst our usually close relationships. Old acquaintances radicalized themselves and suddenly turned their back on what was now seen as working for the “worldwide brainwashing machine” in regard to my positions to rebuke any form of violence. And if everything I have built over the years seemed utterly fragile, I kept on going and pressed on. I didn’t care about all the red lights, about the warning signs. A drink became two. The Friday gatherings became a daily affair. And every time someone took upon themselves to reflect on the dangerous path I was fully engaged on or to say just how out of character I was acting, my answer was always the same: “No worries, I’m alright. I’m just a little tired, that’s all.”

I kept feeding the facade, especially as I had all the right reasons to maintain the fast pace roll I was on and all the pre-fabricated excuses I needed to explain why I was so frantically speeding up. “My loved ones trust me to lead them all through that perfect storm” was one of them. “I need to go forward, further and faster. That’s who I am and how I managed to get where I am at this point in my life” was another. Everybody knew I wouldn’t stop. I didn’t even know what “slowing down” meant. I had the vision. I had the determination. I had a purpose. For me, it has always been full throttle or nothing.

Then, a very close friend of mine told me that I had all the symptoms of burnout, of mental exhaustion, and that I was about to hit a major breakdown. I laughed about it until it freaked me out for an instant. Wait a minute… What about all the ventures I am involved in? I don’t have time for any burnout or mental exhaustion. I have a new record to finish. I’m halfway through writing a book. I have a movie score on the way. I have a label to look after, a studio to operate, a merchandising company, a vinyl plant I want to open next spring. That’s why I’m tired and stressed. I mean, ain’t this the reality of every artist-entrepreneur? Nobody else will come and save the day, it’s on you and nobody else. I’m not burnt out, it’s normal exhaustion based on normal worries associated with my job - or at least with the way I decided to work and operate. I mean, my closest friends understand that. Well, they do, right…? And to top it all, I can’t miss potentially crucial opportunities. If I say “no” now, I might not have that call a second time around. If I’m not ready, someone else will take my place or benefit from my groundwork. And that’s why I can’t slow down, let alone stop. It would be ridiculous. I mean… These are only plain facts based on the rules and the nature of the entertainment business. Or are they? 

While it all made sense intellectually, I would soon have to face a much more concerning reality. My health began to greatly deteriorate to add to the vitamin D deficiency I have been dealing with for years already. Back issues, neck pain, teeth and jaw problems, severe headaches, a loud buzz in my ears - all on the right side of my body. I didn’t care. I made it through sinus cancer and went on tour all over China right after surgery, so it can’t be worse. Came dizziness, imbalance, blurred vision, sleeplessness, lack of energy, anxiety… I carried on, released more projects, made more business acquisitions. I even had the incredible opportunity to be one of the first Canadian artists to tour all over the UK and Europe last October. I was indeed the first in line when the world slightly re-opened for a second. I thought I was right to have pressed on. Whatever the cost, tiredness is only temporary anyway. I had won that crazy rat race and outgrew the waiting game. 

I obviously didn’t see the Omicron variant coming up nor did I believe it would turn the world upside down once again. Amazing opportunities got canceled. I had to push releases back. I had to deal with the horror of having more friends take their lives. And just like that, I sort of collapsed. The signs of an upcoming physical crash were already there, but the mental disruption that came thereafter was even more detrimental to me as I now had to face an emotional breakdown. It was serious, but I nonetheless kept on going for a while… Until I wasn’t able to look much further than my health condition would allow me to. Burnout, momentary depression, or mental exhaustion… Whatever it was, it sounded like someone else’s problem, not mine. How could it be? I lived my life on a New York minute. There was no time to waste, I was too busy for that nonsense. My content schedule wouldn’t wait for some headaches and dizziness - or so I wanted to convince myself. Until I wasn’t able to get out of bed. And that was it. It wasn’t about me willingly deciding to take a break anymore. It was me being broken and having to deal with the reality of being too damaged to stand… Beyond repair.

It was incredibly difficult for me to accept that I had reached that point, that I had pushed too hard and for too long. I was in complete denial, frustrated, angry, bitter. I had to let it go. The future wasn’t a concern anymore, as every day became a battle against sorrows, sadness, and a profound sensation of failure. Days became weeks. And if I refused to see the reality of my condition at first, I made the best of it when I did. I slowly transitioned from “doing” to “being”. What was to me a way-too-long physical and mental resting period led me to reconnect with the fundamental passion I had for music and arts, allowed me to get back in touch with people I never took the time to even send a text message to once in a while before. I joined online support groups and ultimately decided to write handwritten letters, to send postcards. I wrote a few blogs about mental exhaustion, about being damaged. And if it looks like it took an eternity for me to accomplish it all, every tiny step was an immense victory towards recovery, if there is ever one for such affective issues. My health became the most important project of all. It was slow but steady. The most challenging elements remained being truly at peace with declining offers that wouldn’t be beneficial for my inner reconstruction and emotional restoration. It wasn’t about the fear of missing out, it was about being happy to choose me over anything else. And that is still a work in progress… 

I wanted to share my story not because I think that I’m the only one who had it tough over the last 2 years - I’m too Irish proud for that - but to offer a perspective to those who, just like me, are so deep into their own process that they might lose perspective about their health or what should matter the most in their lives. Some friends told me that it takes courage to admit your own limits, and I guess it requires even more blind pride to keep going when all the lights on your engine dashboard are flashing. This is also very difficult to accept when you are used to constantly bet on yourself, always. At least, I found it difficult to accept limits. Maybe it’s because we operate in a very competitive sector, that we are often seen as having the most fun of all jobs (which is sometimes an accurate presumption), that we can’t be exhausted from playing guitar and writing lyrics… This ostracizes us as much as it provides the perfect excuses to keep going no matter what. And even if we all have our reasons, our own paradigms to deal with, professional obligations, loved ones to care for and look after, there’s no weakness in putting a knee down, nor is it shameful to fully kneel. On the contrary, this is synonymous with taking care of what matters the most to your friends, fans, business partners, family members, or whoever’s precious to us: ourselves. So please, don’t hesitate to ask for help if you need to. Take a break if you need one. Listen to all the voices imploring you to slow down. It’s never too late to make the right call, even if, just like me, you don’t have time for any of that burnout and mental exhaustion stuff…

If you ever need help: 
Suicide Action Montréal
https://suicideactionmontreal.org/en/
Phone: 1 866 277-3553
SMS: 1 855 957-5353
-------------------------------------

VERSION FRANCOPHONE

Salut,

J'espère que tu vas bien ! Je suis actuellement assis dans un avion en route pour New York ! Alex et Miss Isabel m'ont conduit à l'aéroport vers 4h30 du matin, et me voilà en train d'écouter la bande originale de The Revenants de Mogwai, seul dans ma rangée de trois places, en direction d'une de mes villes préférées au monde ; La ville de New York ! Il est 11 heures maintenant.

Ce que j'aime à New York, c'est son ambiance unique et son esprit fort, qui m'inspirent beaucoup ! Je ne suis pas du tout attiré par ses attractions touristiques, ou son ambiance axée sur l'argent parfois, mais vraiment plus par ses habitants ! Il n'y a pas d'autres villes au monde où vous aurez l'impression de parcourir le monde autant qu'à New York ! Chaque personne que vous rencontrez a une histoire, un arrière-plan culturel et social, des rêves et des opinions uniques sur tout, et a quelque chose d'intéressant et d'unique à vous dire. Je suis vraiment motivé par cette ambiance et cet état d'esprit incroyables. Est-ce parce que je n'y habite pas ? Peut-être !

Cette semaine sera consacrée à un festival de musique auquel j'ai été invité, appelé "The New Colossus". Je n'ai pas mis les pieds dans cette ville depuis mai de l'année dernière alors qu'Alex était interviewé par Lee Ranaldo de Sonic Youth. J'attends vraiment ce voyage avec impatience, car j'ai le sentiment que cela va changer les choses pour toujours pour nous ! Comme je te l'ai partagé dans mon dernier message, j'ai passé toute la semaine avec Alex, Ben et Miss Isabel à travailler très dur sur notre prochain projet musical autour de la chanson de Lou Reed, "The Power of the Heart" ! Je serai en mesure de fournir plus de détails dans les semaines à venir concernant ce projet incroyable et très émouvant, surtout dans les circonstances actuelles !

Pour l'instant, comme promis il y a quelques semaines, je voulais t'envoyer l'article complet qu'Alex a écrit pour sa colonne dans le magazine Canadian Musician qui sortira la semaine prochaine. Fais défiler vers le bas pour le lire ! Il était important pour moi de le partager avec toi avant tout le monde. Ça a été une année difficile jusqu'à présent, surtout pour Alex, ce qui explique aussi pourquoi je suis venu en Virginie la semaine dernière !

Mais cette dernière semaine a été très bénissante et rafraîchissante pour nos cœurs et nos esprits… Nous avons fait de très longues promenades en forêt, écouté des vinyles incroyables, parlé beaucoup de l'importance de profiter de chaque étape de chaque projet auquel nous donnons vie, et ce, du début à la fin — sinon, à quoi bon ?! Nous avons décidé qu'il valait mieux en faire un peu moins mais plonger dans ces projets aussi profondément que possible ! Mais tu sais comme moi que nous ne respecterons pas vraiment cette règle non écrite que nous nous imposons ! Ha ! J'ai écrit ceci avec le sourire, car j'aime ce côté paradoxal de nous…!

Voici un bon indice pour toi : Alex et moi avons travaillé sur un calendrier, et les sessions live et les vinyles lathe cut reviennent en avril ! Tu as bien lu ! :)

Merci à vous tous pour votre incroyable réponse et votre soutien ! Bonne lecture de l'article d'Alex et on se revoit très bientôt !

Ton hôte et ami,
Jeff

Mentalement épuisé ?!
Impossible. Je suis trop occupé pour être fatigué.


J'étais sur le point d'écrire sur le fait de reprendre la route du point de vue d'un artiste-entrepreneur quand j'ai lu l’article émouvant et touchant que Catherine Harrison d'Over the Bridge a écrit dans la dernière édition de Canadian Musician. Cela, ainsi que les interviews du chanteur des Strumbellas, Simon Ward, et d'Isaac Wood, qui a quitté un de mes nouveaux groupes préférés, Black Country, New Road, suite à des problèmes de santé mentale, m'ont inspiré à utiliser ma colonne dans le magazine pour partager ma propre agitation émotionnelle récente. C'est une vue de l'intérieur...

C’est assez incroyable de se rendre compte que cela fait déjà 2 ans que la vie de chacun est profondément touchée par la pandémie toujours en cours. C'est irréel à bien des niveaux. Je revenais d'une tournée européenne quand tout a commencé… Je pensais que ça serait l'histoire de deux semaines. Je n'y ai pas prêté trop d'attention au début, et je n'étais pas trop enclin à investir une partie de ma nouvelle énergie dans quelque chose qui semblait si évasif vu de loin. Je commençais mon voyage en solo après ce que je réaliserais plus tard était le résultat d'une dépression non diagnostiquée suite au décès de mon père, ce qui m'a amené à faire une pause dans mon mandat de 10 ans en tant que leader de Your Favorite Enemies. Mon album "Windows in the Sky" recueillait des critiques positives partout dans le monde, j'avais 2 ans de tournées alignées, je devais jouer aux Jeux olympiques de Tokyo… J'étais enfin en train d'avancer après ce qui semblait être un cercle sans fin dans ma vie. Ça faisait beaucoup de bien pour tellement de raisons. Puis 2 semaines se sont transformées en mois, des mois qui ont mené à un premier report de tournée, puis un second, et ainsi de suite… mais j'ai continué. À la façon DIY. J'ai fait une série de concerts live avant même que ça ne devienne un phénomème partout et j'ai réussi à maintenir le cirque en marche. J'ai profité non seulement du fait d'être enfermé avec mon groupe et mon équipe pendant des semaines à notre retour de tournée, mais aussi du fait que tout le monde restait à mon studio, ce qui m'a permis de garder le rythme à grande vitesse sur lequel j'étais. Tout cela en soutenant des collaborateurs de mon label et en sortant toutes sortes de nouveaux projets. Peu importe ce qui me frappait, il s'agissait avant tout d'aller de l'avant. J'étais fièrement déterminé à dépasser la crise et farouchement engagé à le faire, peu importe combien de temps cela durerait. Je devais être le premier en ligne, tous les systèmes prêts à fonctionner, quand tout rouvrirait - du moins le croyais-je.

Je viens d'une communauté très soudée et nous avons traversé beaucoup de choses au fil des ans : chagrins d'amour, trahisons, divorces, décès de parents… La vie étant ce qu'elle est. Mais ce que je n'étais pas prêt à affronter, c'est la prolifération d'amis qui se sont suicidés pendant la phase initiale de la COVID, puis des partenaires d'affaires de longue date qui ont décidé de se réinventer dans un domaine de travail différent. Des tensions sont apparues à mesure que les préoccupations grandissaient parmi nos relations habituellement étroites. De vieilles connaissances se sont radicalisées et ont soudainement tourné le dos à ce qui était désormais considéré comme travailler pour la "machine internationale à laver le cerveau" en ce qui concerne mes positions pour refuser toute forme de violence. Et si tout ce que j'ai construit au fil des ans m'a semblé d'une fragilité totale, j'ai continué et j'ai persévéré. Je me fichais de tous les signaux alarmants, les panneaux d'avertissement. Un verre est devenu deux. Les rassemblements du vendredi sont devenus quelque chose de quotidien. Et chaque fois que quelqu'un prenait sur lui de réfléchir à la voie dangereuse dans laquelle j'étais pleinement engagé ou de dire à quel point j'agissais hors de mon personnage habituel, ma réponse était toujours la même : "Pas de soucis, je vais bien. Je suis juste un peu fatigué, c'est tout."

J'ai continué à alimenter la façade, d'autant plus que j'avais toutes les bonnes raisons de maintenir le rythme sur lequel j'étais et toutes les excuses préfabriquées dont j'avais besoin pour expliquer pourquoi j'accélérais si frénétiquement. "Mes proches me font confiance pour les guider tous à travers cette tempête" était l'une d'entre elles. "Je dois aller de l'avant, plus loin et plus vite. C'est qui je suis et comment j'ai réussi à en arriver là où j'en suis à ce stade de ma vie" en était une autre. Tout le monde savait que je ne m'arrêterais pas. Je ne savais même pas ce que "ralentir" voulait dire. J'avais la vision. J'avais la détermination. J'avais un but. Pour moi, ça a toujours été plein gaz ou rien.

Puis, un ami très proche m'a dit que j'avais tous les symptômes du burn out, de l'épuisement mental, et que j'étais sur le point de faire une dépression majeure. J'en ai ri jusqu'à ce que ça me fasse flipper un instant. Attends une minute… Qu'en est-il de tous les projets dans lesquels je suis impliqué ? Je n'ai pas le temps pour le burn out ou l'épuisement mental. J'ai un nouvel album à terminer. Je suis à mi-chemin de l'écriture d'un livre. J'ai une musique de film en route. J'ai un label à gérer, un studio à diriger, une compagnie de merchandising, une usine de pressage vinyle que je veux ouvrir au printemps prochain. C'est pour ça que je suis fatigué et stressé. Je veux dire, n'est-ce pas la réalité de chaque artiste-entrepreneur ? Personne d'autre ne viendra sauver la situation, c'est à vous et à personne d'autre de le faire. Je ne suis pas en burn out, c'est un épuisement normal basé sur des soucis normaux associés à mon travail - ou du moins à la façon dont j'ai décidé de travailler et d'opérer. Je veux dire, mes amis les plus proches le comprennent. Enfin, je crois…? Et pour couronner le tout, je ne peux pas manquer des opportunités potentiellement cruciales. Si je dis "non" maintenant, je n'aurai peut-être pas cette chance une deuxième fois. Si je ne suis pas prêt, quelqu'un d'autre prendra ma place ou bénéficiera de mon travail acharné. Et c'est pourquoi je ne peux pas ralentir, encore moins m'arrêter. Ce serait ridicule. Je veux dire… Ce ne sont que des faits simples basés sur les règles et la nature du secteur du divertissement. N'est-ce pas ?

Bien que tout cela ait un sens intellectuellement, je devrais bientôt faire face à une réalité beaucoup plus préoccupante. Ma santé a commencé à se détériorer considérablement pour ajouter à la carence en vitamine D à laquelle je faisais déjà face depuis des années. Problèmes de dos, douleurs au cou, problèmes de dents et de mâchoire, maux de tête sévères, un fort bourdonnement dans mes oreilles - tout cela sur le côté droit de mon corps. Je m'en foutais. J'ai survécu au cancer des sinus et j'ai fait une tournée dans toute la Chine juste après l'opération, donc ça ne peut pas être pire. Des étourdissements, un déséquilibre, une vision floue, des insomnies, un manque d'énergie, de l'anxiété… J'ai continué, lancé plus de projets, fait plus d'acquisitions de compagnies. J'ai même eu l'incroyable opportunité d'être l'un des premiers artistes canadiens à faire une tournée partout au Royaume-Uni et en Europe en octobre dernier. J'étais en effet le premier de la file lorsque le monde s'est légèrement rouvert pour une fraction de seconde. J'ai pensé que j'avais raison d'avoir persévéré. Quoi qu'il en soit, la fatigue n'est de toute façon que temporaire. J'avais gagné cette folle course effrénée et j'avais dépassé le stade de l'attente.

Je n'ai évidemment pas vu la variante Omicron venir et je ne pensais pas non plus que cela bouleverserait le monde une fois de plus. Des opportunités incroyables ont été annulées. J'ai dû repousser les sorties. J'ai dû faire face à l'horreur d'avoir plus d'amis qui se suicident. Et juste comme ça, je me suis en quelque sorte effondré. Les signes d'un crash physique à venir étaient déjà là, mais le désordre mental qui est survenu par la suite m'a été encore plus préjudiciable car je devais maintenant faire face à une dépression émotionnelle. C'était sérieux, mais j'ai quand même continué pendant un certain temps… Jusqu'à ce que je ne puisse plus regarder beaucoup plus loin que mon état de santé ne me le permettait. Burn out, dépression momentanée ou épuisement mental… Quoi qu'il en soit, cela ressemblait au problème de quelqu'un d'autre, pas au mien. Comment serait-ce possible ? Je vivais ma vie au rythme de New York. Il n'y avait pas de temps à perdre, j'étais trop occupé pour ce non-sens. Tout ce que j'avais prévu de partager n'attendrait pas des maux de tête et des étourdissements - ou alors je voulais m'en convaincre. Jusqu'à ce que je ne puisse plus sortir du lit. Et c'était terminé. Il ne s'agissait plus de décider volontairement de faire une pause. J'étais juste brisé et je devais faire face à la réalité d'être trop abattu pour tenir debout… Sans réparation possible.

C'était incroyablement difficile pour moi d'accepter que j'en étais arrivé là, que j'avais poussé trop fort et pendant trop longtemps. J'étais dans le déni complet, frustré, en colère, amer. J'ai dû laisser tomber. L'avenir n'était plus une préoccupation, car chaque jour devenait une bataille contre l'affliction, la tristesse et une profonde sensation d'échec. Les jours sont devenus des semaines. Et si j'ai d'abord refusé de voir la réalité de ma condition, j'en ai tiré le meilleur quand ce fut le cas. Je suis lentement passé du "faire" au "être". Ce qui était pour moi une bien trop longue période de repos physique et mental m'a amené à renouer avec la passion fondamentale que j'avais pour la musique et les arts, m'a permis de reprendre contact avec des gens à qui je n'avais même jamais pris le temps d'envoyer un SMS de temps en temps avant. J'ai rejoint des groupes de soutien en ligne et j'ai finalement décidé d'écrire des lettres manuscrites, d'envoyer des cartes postales. J'ai écrit quelques blogs sur l'épuisement mental, sur le fait d'être brisé. Et s'il me semble qu'il m'a fallu une éternité pour accomplir tout ça, chaque petit pas était une immense victoire vers la guérison, s'il en est une pour des problèmes aussi affectifs. Ma santé est devenue le projet le plus important de tous. C'était lent mais régulier. Ce qui était le plus difficile était d’être vraiment en paix avec le fait de décliner des offres qui ne seraient pas bénéfiques pour ma reconstruction intérieure et ma restauration émotionnelle. Il ne s'agissait pas de la peur de manquer quelque chose, il s'agissait d'être heureux de me choisir par-dessus tout. Et c'est encore un chantier en cours...

Je voulais partager mon histoire non pas parce que je pense que je suis le seul pour qui ce fut difficile au cours des 2 dernières années - je suis un irlandais trop fier pour ça - mais pour offrir une perspective à ceux qui, tout comme moi, sont si profondément ancrés dans leur propre parcours qu'ils pourraient perdre de vue leur santé ou ce qui devrait le plus compter dans leur vie. Des amis m'ont dit qu'il faut du courage pour admettre ses propres limites, et je suppose qu'il faut encore plus de fierté aveugle pour continuer quand tous les voyants du tableau de bord clignotent. C'est aussi très difficile à accepter quand on a l'habitude de miser constamment sur soi, toujours. Du moins, j'avais du mal à accepter les limites. C'est peut-être parce que nous opérons dans un secteur très concurrentiel, que nous sommes souvent considérés comme ayant le plus cool de tous les métiers (ce qui est parfois une présomption juste), que nous ne pouvons pas être épuisés à jouer de la guitare et à écrire des paroles… Cela nous ostracise autant que cela fournit les excuses parfaites pour continuer quoi qu'il arrive. Et même si nous avons tous nos raisons, nos propres paradigmes à gérer, des obligations professionnelles, des êtres chers dont il faut prendre soin, il n'y a pas de faiblesse à se mettre à genoux, ni de honte à s'agenouiller complètement. Au contraire, c'est synonyme de prendre soin de ce qui compte le plus pour vos amis, fans, partenaires d'affaires, membres de la famille ou toute personne qui nous est chère : nous-mêmes. Alors s'il vous plaît, n'hésitez pas à demander de l'aide si vous en avez besoin. Faites une pause si vous en avez besoin. Écoutez toutes les voix qui vous implorent de ralentir. Il n'est jamais trop tard pour faire le bon choix, même si, tout comme moi, vous n'avez pas le temps pour ces histoires de burn out et d'épuisement mental…

Si vous avez besoin d'aide : 

Suicide Action Montréal
https://suicideactionmontreal.org/
Téléphone : 1 866 277-3553
SMS : 1 855 957-5353
Older Post / Blog plus ancien
Newer Post / Blog plus récent
Close (esc) Fermer

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Search / Recherchez

Shopping Cart / Vos Achats

Your cart is currently empty. / Votre panier est vide.
Shop now / Magasinez