$15 FLAT RATE SHIPPING ON ANY ORDER AT ALL TIMES! // TARIF FORFAITAIRE DE LIVRAISON DE $15 SUR TOUTES LES COMMANDES EN TOUT TEMPS !

How the song The Hunter came to life! / Comment la chanson The Hunter est née !

Voir plus bas pour la version francophone

I hope you are doing great, my dear friend! I can’t believe we are already mid-November... Time went by so fast, even if it feels like we were all in a long and never-ending year sometimes, but here we are, Christmas songs playing over the radio, and news of a potential COVID-19 vaccine is offering a little bit of hope... Resolution is not for tomorrow, but any tiny piece of hope feels good nonetheless.

As I like to believe that good news never comes alone, I’m really happy to share a little more about the song “The Hunter” with you, as this is the third vinyl of the five vinyls collection that's about to be drawn in the coming days.

Sharing about The Hunter is quite a challenge for me. I have so much to say and share about this song, as it is one of the cornerstones of Alex’s album “Windows in the Sky”, at least in my opinion. This 14-minute song on the album, which often means 30 minutes live, has been part of almost every concert we played since the very first one we did at the Montreal International Jazz Festival, and I’m always joyfully delighted to notice people’s eyes as Ben, the guitar player in The Long Shadows, leaves his usual place on stage to get on the second drums set beside Moose. That part of the concert is one of my favorites, especially as its musical form is pretty different every night and we never actually know when Alex will signal us that it’s time to transition to that part of the song.

I have the chance to be on the side of the stage which allows me to have a clear view of every musician and Alex, who always dives into that song as if it was the last one he’d ever sing. It pretty much always ends up in pure improvisation, as we all look to Alex guiding us through that eclectic jamming session where the connection with you all in the crowd reaches new heights of letting go and raw emotions… It's a moment where we all truly feel alive, to the point where we now need to have a second Moog available in case Alex, as it happened in London, would be so intense that the Moog won't take any of his pounding strokes no more… Epic!

We also had the great privilege to film an amazing David Lynch-inspired 14-minute video with our amazing friend and video director Jessie Nottola, who came to Quebec to produce the short movie in the Canadian snow. That was nothing short of an incredible experience!

We even had the real pleasure of inviting friends to The Hunter short-movie premiere event we held in Paris on March 13, where Jessie and Alex shared about the song and the video to an intimate packed house of 100 people… That moment was right on the edge of COVID-19 and the new reality, and we barely made it back to Montreal. The day after that joyfully vibrant event, we had to rush home before all the flights got canceled. After being part of the WOW airline bankruptcy fiasco when we got stuck in Iceland at the end of the Lavender Sky music video production, trust me, we didn’t want to stay grounded another time…!

We did our very first pandemic live broadcast performing The Hunter on March 22, around the release of what was our second EP following Summertime Departures, leading to Alex’s album release on May 1st. Only writing it all down feels unreal to me… It's as if we had lived too many emotional sensations to even believe it was only yesterday that everything happened… so where should I start?! From the beginning, I guess…

THE HUNTER
(BY THE SEASIDE WINDOW) 

Alright, so let me bring you back to the spring of 2018, when we were all at Alex’s house in Virginia, just coming back from a week vacation at Alex’s place in Tangier to talk things through - which ultimately became a six-month trip during which we would also have the wonderful opportunity to share recording sessions together, the first times in about 2 years we would be in the same room together, let alone playing music… So that previous communal period in Morocco became a foundation for what we believed could become special going forward. And it was about to be.

So we were all seated in the studio we had just finished setting up, getting ready for what was to become the first final step leading to “Windows in the Sky”. Alex was looking for something more instinctive, with a more human feel than the usual technically-driven way we crafted pretty much every album from Your Favorite Enemies, and it was a challenge for us on many levels. First, it was clear that we couldn’t rely on our past studio experiences, not even on our musicianship, as Alex made it clear from the very beginning that we had to unlearn what we used to rely on, and that he was looking for something real and honest, not some sterile performances. It was obvious for everyone involved at that precise moment that the Alex we knew before he left for Tangier had nothing to do with the Alex standing in the room with us. Well, he still had the same crazy level of passion and a very focused enthusiasm towards breaking cycles and going beyond the invisible, but there was a new peace within him that we had never felt before… and that could be scary!

Now that you know Alex a little more and his unique characteristic of all-or-nothing and nothing-is-ever-over-until-potentially-over, we knew the only thing to expect was the unexpected… and even then...! But since we had experienced something very intense and special all together in Tanger, we knew that whatever may come our way, it would be pure and priceless in the end. It was about preparing ourselves for “it” rather than trying to find what could potentially “fit”, even brilliantly. That was a completely different mindset for us and it wasn’t easy for everyone to find their place in that new environment of “instinct” and musical improvisation conducted through signs given at any moment. But we were all willing to dive in rather than comply. That open and welcoming attitude made the whole difference.

Working on another song with Ben, Alex had found the recording of a super long jam of over 30 minutes around a hypnotic bass riff we had previously played during one of our let go musical moment, weeks prior, at our church studio. There wasn’t any name associated with it. It was live and we could hear Alex call section changes and conduct the band, until he just said: “OK, let’s move on, I can already hear the melodic patterns coming back and our musicianship ambitions trying to force themselves on the song. It makes it boring, safe and it sounds like the name of a prog band we all know he doesn’t like…! So we moved on, until Alex found the recording weeks later and deleted the last part of the song he didn’t like. He deleted it to make sure no safe temptation would come back, I guess!

So it was the very first time we were listening to it. It was obvious that we had also changed in Tangier… It sounded pretty different from anything we would ever do before. I was seriously hoping Alex would give it a try, as it was for me the musical evidence of how significantly creative we could be when the 6 of us are alined together, when we simply are ourselves and enjoy the moment, not trying to act as if our ideas were better than others' or pretending that we are all on the same page when we all have our own “creative” agenda. But most of all, it was fun, and the song was very very good. We all knew it was “it”. So everyone was VERY happy to hear Alex’s voice, in the back of the room...

“I might have an idea. I wrote a poem recently about longing for freedom while being haunted by our past… It’s called The Hunter (By The Seaside Window)…"

And just like that, I knew that song would come alive.

Alex would track his vocal on “Hunter” on another occasion, and I had the amazing privilege to be at his home when he did it. There was Alex, his mother, Stephanie who was there to take some photos, Momoka who tagged along in order to set the upcoming listening sessions of the album in Tokyo, Ben who was engineering the whole recording process, and me. Oh, and Alex’s dogs Leonard and MacKaye. It was relaxed, even though I was a little worried about the schedule. The album wasn’t even completed and we had listening parties in 3 weeks… Welcome to my world...!

The whole recording process for “Windows in The Sky” had been very simple but in an incredibly complicated way! It would have been so easier to record Alex’s vocal at our professional church studio, but he wanted to do it in Virginia, with the less possible gear possible. Alex didn’t want gear and technicals to get in the way of the emotions and he wasn’t looking to create some corporate and safe and generic music. So the way he used to make sure of it was to technically make it impossible. That’s why I believe that Ben did a tremendous job, not only in terms of being able to capture Alex’s sonic vision for his album but also by making sure he supported his uncompromising approach towards it. In retrospect, they both achieved it beyond measure.

So here they were, Ben and Alex standing in the smallest room of his house, with a minimal - if not ridiculously rudimental - amount of gear, getting ready to do what’s the most critical element of any recording; the vocals. All that with Alex's 2 dogs, Leonard and MacKaye, sleeping at his feet… it was a little surreal to say the last, but Ben didn’t seem too worried about it and Alex was totally at peace with it all when he appeared with his lyric sheets informing everyone he was ready to go. I was out of the room 2 minutes after and Alex started doing his thing. Less than an hour after, I saw Ben in the kitchen, having a glass of water...

Me: “Are you good with the soundcheck and everything?”

Ben: “Yes, it’s done.”

Me: “Great! What time are you guys getting back to it?”

Ben: “It’s done, Alex is collecting his things. I just wanted to take some notes…”

Me: “Done? You mean that he already recorded the song?”

Ben: “Yes, he just let go from top to bottom… And that was it.”

Me: “But I heard the dogs bark at some point...”

Ben: “Ah, yeah. Alex was a bit more intense and MacKaye probably thought he wasn’t well, so he jumped on him. And since Alex kept going, he then jumped on me. And since I look at the computer screen, I didn’t see him coming. So he also barked to make sure to get my attention. I’ll fix it later. It’s no big deal, you can even hear me say “AYE AYE” in stupor when MacKaye jumped on me..."

Me: “Wait… MacKaye, jumped on Alex. Barked. Jumped on you. And Alex kept going? What does that even mean?”

Ben: “Alex was in his zone, so it didn’t matter to him. His mother also opened the door after she heard MacKaye to make sure everything was alright!”

Me: “Wow… ok…”

Ben: “Don’t worry bro, it was amazing. Relax a little. I need to record Momoka now, Alex had an idea while recording his vocals… I'll see you later!”

Me: “He had an idea while recording… Ok…”

Then I saw Alex talking to Momoka with what appeared to be some notes on pieces of paper…

I later saw Alex take some more notes while talking with Momoka regarding another song in which he wanted to integrate some of her voice, but as some backward fragments to lay down in the background in some noise effects that would give the impression of sounds artifacts to go along a more mellow, emotional, and saturated sensation to the whole song…

I must have been very tired, because everything felt beautifully strange to me all day long that day!

I saw Alex the next morning, with some more sheets of paper, and he explained to Ben, Stephanie, and me a little more about the meaning of the song:

“Living alone in the mountains for a few weeks now offered me a different perspective on the cycle of life, its appreciation, and its needs for respect. I had to learn what it meant for real hunters to honor the spirit of their prey and was able to imagine the relationship established and maintained with their environment, the soul of the animals feeding and covering their own. There’s nothing noble in taking a life, but “forgiveness is a gift much like love carries you away”, and this song could be a real hymn, even a eulogy, toward the greatest gift there is to offer; forgiveness. As we are both prey and hunter, we need to let go, as much as we have to keep pressing on.”

Everything started to make a little more sense to me at that point, but the whole picture had yet to be revealed… Alex’s way!

OFFICIAL VIDEO

I will share more about The Hunter following Alex’s live vinyl lottery broadcast on Facebook, since there’s a lot more to be shared about this moment that gave birth to the song! 

IMPORTANT: The Hunter LP will be available next Tuesday, November 17, starting at 10am ET for 48 hours! 

In the meantime, I’m inviting you to download the entire EP if you haven’t already done it! 

Thanks for being part of this incredible journey with us! 

Your Host and Friend,
Jeff

-------------------------------------

VERSION FRANCOPHONE

J'espère que tu vas bien ! Je ne peux pas croire que nous sommes déjà à la mi-novembre, le temps a passé si vite, même si nous avions tous l'impression d'être dans une année longue et sans fin à un certain point, mais nous y sommes, les chansons de Noël jouent partout à la radio et les nouvelles à propos d'un potentiel vaccin COVID-19 offrent un peu d'espoir... La résolution n'est pas pour demain, mais un tout petit espoir fait néanmoins beaucoup de bien.

Comme j'aime croire que les bonnes nouvelles n'arrivent jamais seules, je suis très heureux de te parler un peu plus de la chanson “The Hunter”, alors que le troisième des cinq vinyles de collection est sur le point d'être tiré au sort dans les jours à venir.

Parler de “The Hunter” est un bon défi pour moi, car j'ai tellement à dire et partager sur cette chanson, étant la pierre angulaire de l'album d'Alex, “Windows in the Sky”, du moins à mon avis. Cette chanson de 14 minutes sur l'album, ce qui veut dire 30 minutes en concert la plupart du temps, a fait partie de presque chaque concert que nous avons fait depuis le tout premier au Festival International de Jazz de Montréal, et je me régale toujours en voyant le regard du public alors que Ben, le guitariste, quitte sa place habituelle sur scène pour aller sur la deuxième batterie juste à côté de celle de Moose. Cette partie du concert est l’une de mes préférées, d’autant plus que sa forme musicale est différente chaque soir et que nous ne savons jamais vraiment quand Alex vous nous donner le signal de transition sur cette partie de la chanson.

J'ai la chance d'être du côté de la scène qui me permet d'avoir une vision claire de chaque musicien et d'Alex, qui plonge toujours dans cette chanson comme si c'était la dernière qu'il chante. Cela finit presque toujours par de la pure improvisation, car nous attendons tous qu'Alex nous guide à travers ce genre de session de jam éclectique où la connexion avec vous tous dans le public atteint de nouveaux sommets de lâcher prise et d'émotions brutes... C'est un moment où nous nous sentons tous vraiment en vie, au point où nous devons maintenant avoir un deuxième Moog disponible au cas où Alex, comme cela s'est produit à Londres, serait si intense que le Moog ne pourrait plus supporter aucune de ses attaques répétées… Épique !

Nous avons également eu le privilège de filmer un incroyable vidéoclip de 14 minutes, inspiré de David Lynch, avec notre talentueux ami et réalisateur de renom Jessie Nottola, qui est venu au Québec pour tourner le court métrage dans la neige canadienne. Ce n'était rien de moins qu'une expérience incroyable.

Nous avons même eu le plaisir d'inviter des amis à l'avant-première du court métrage “The Hunter”, que nous avons organisée à Paris le 13 mars dernier, où Jessie et Alex ont parlé de la chanson et de la vidéo lors d'une soirée intime dans une salle bondée d'une centaine de personnes… Ce moment a eu lieu alors que la nouvelle réalité de la COVID-19 commençait, et nous sommes rentrés tant bien que mal à Montréal. Le jour suivant cet événement joyeusement vibrant, nous avons dû nous précipiter chez nous avant que tous les vols ne soient annulés. Après avoir vécu le fiasco de la faillite de la compagnie aérienne WOW quand nous nous sommes retrouvés coincés en Islande à la fin du tournage du vidéoclip de la chanson "Lavender Sky", croyez-moi, nous ne voulions pas revivre ça une autre fois…!

Nous avons fait notre toute première émission en direct au début de la pandémie en interprétant "The Hunter" le 22 mars, autour de la sortie de ce qui était notre deuxième EP après Summertime Departures, menant à la sortie de l'album d'Alex le 1er mai. Juste d'écrire tout cela me semble irréel… C'est comme si nous avions vécu trop de sensations émotionnelles pour même croire que c'était hier seulement que tout s'est passé… Alors par où devrais-je commencer ?! Par le début je suppose...

THE HUNTER
(BY THE SEASIDE WINDOW) 

Très bien, laissez-moi vous ramener au printemps 2018, lorsque nous étions tous chez Alex en Virginie, revenant tout juste d'une semaine de vacances chez Alex à Tanger pour parler de nos projets - qui s'est finalement transformée en un voyage de six mois où nous allions avoir également la merveilleuse opportunité de faire des sessions d'enregistrement tous ensemble, pour la première fois depuis environ 2 ans à être ensemble dans la même pièce, à jouer de la musique... De sorte que cette période ensemble au Maroc est devenue le fondement de ce que nous croyions pouvoir devenir à l'avenir. Et c'était sur le point de l'être.

Nous étions donc tous assis dans le studio que nous venions d'installer, et nous nous préparions pour ce qui était sur le point de devenir la toute première des dernières étapes menant à "Windows in the Sky". Comme Alex cherchait quelque chose de plus instinctif et plus humain que la manière technique habituelle avec laquelle nous avons créé à peu près tous les albums de Your Favorite Enemies, c'était un défi pour nous à plusieurs niveaux. Tout d'abord, il était clair que nous ne pouvions pas nous fier à nos expériences passées en studio, pas même à nos connaissances musicales, car Alex avait clairement indiqué dès le début que nous devions désapprendre ce sur quoi nous nous appuyions avant et qu'il cherchait quelque chose d'authentique et d'honnête, pas des performances stériles. Il était évident pour toutes les personnes impliquées à ce moment précis que l'Alex que nous connaissions avant de partir pour Tanger n'avait rien à voir avec l'Alex debout dans la pièce avec nous. En fait, il avait toujours le même niveau surélevé de passion et son enthousiasme très centré sur le fait de briser les cycles et aller au-delà de l'invisible, mais il y avait une nouvelle paix en lui que nous n'avions jamais ressentie auparavant... et cela pouvait être effrayant !

Maintenant que vous commencez à connaître un peu plus Alex, et sa caractéristique unique de tout ou rien, et de rien n'est jamais terminé jusqu'à ce que ce soit potentiellement fini, nous savions que la seule chose à laquelle nous attendre était l'inattendu... et même là...! Mais comme nous avions vécu quelque chose de très intense et spécial tous ensemble à Tanger, nous savions que quoi qu'il arrive, ce serait pur et inestimable à la fin. Il s'agissait de nous disposer pour « ça » plutôt que d'essayer de trouver ce qui pourrait potentiellement « convenir », quand bien même ce serait brillant. C'était un état d'esprit complètement différent pour nous et si ce n'était pas facile pour tout le monde de trouver sa place dans ce nouvel environnement « d'instinct » et d'improvisation musicale mené par des signes pouvant être faits à tout moment. Mais nous étions tous prêts à plonger plutôt qu'à nous conformer. Cet état d'esprit ouvert et accueillant a fait toute la différence.

En travaillant sur une autre chanson avec Ben, Alex avait trouvé l'enregistrement d'un super long jam de plus de 30 minutes autour d'un riff de basse hypnotique que nous avions précédemment joué lors de l'un de nos moments musicaux de lâcher prise des semaines auparavant dans notre église-studio. Il n'y avait aucun nom associé à ce dernier. C'était live et nous pouvions entendre Alex annoncer les changements de section et diriger le groupe jusqu'à ce qu'il dise : « OK, passons à autre chose, j'entends déjà les sections mélodiques revenir et nos ambitions musicales essayer de prendre toute la place sur la chanson. Ça la rend ennuyeuse, sécuritaire », et elle sonnait comme le nom d'un groupe de prog que nous savons tous qu'il n'aime pas...! Alors nous avons continué jusqu'à ce qu'Alex trouve l'enregistrement des semaines plus tard et supprime la dernière partie de la chanson qu'il n'aimait pas. Il l'a supprimée pour s'assurer qu'aucune tentation de sécurité ne reviendrait je suppose !

C'était donc la toute première fois que nous l'écoutions. C'était évident que nous avions aussi changé à Tanger... Le son était très différent de tout ce que nous faisions auparavant. J'espérais sérieusement qu'Alex l'essayerait, car c'était pour moi la preuve musicale que nous pouvons être créatifs lorsque nous sommes tous les six ensemble, lorsque nous sommes simplement nous-mêmes et profitons du moment, n'essayant pas d'agir comme si nos idées étaient meilleures que les autres ou de prétendre que nous étions tous sur la même page quand nous avons tous notre propre agenda « créatif ». Et surtout, c'était plaisant, et la chanson était très très bonne. Nous savions tous que c'était « ça ». Donc tout le monde était TRÈS heureux d'entendre la voix d'Alex disant du fond de la pièce :

« J'ai peut-être une idée, j'ai écrit un poème dernièrement sur la recherche de la liberté en étant hanté par son passé... Je l'ai appelé "The Hunter (By The Seaside Window)"... ».

Et c'est ainsi que j'ai su que cette chanson allait prendre vie.

Alex allait enregistrer sa voix sur "Hunter" à une autre occasion et j'ai eu le privilège incroyable d'être chez lui quand il l'a fait. Il y avait Alex, sa mère, Stéphanie qui était là pour prendre des photos, Momoka qui était là pour organiser les sessions d'écoute à venir en avant-première à Tokyo, Ben qui était l'ingénieur son lors de l'enregistrement et moi. Oh et les chiens d'Alex, Leonard et MacKaye. L'ambiance était détendue, même si j'étais un peu inquiet pour le calendrier. L'album n'était pas terminé et nous avions des sessions d'écoute dans 3 semaines... Bienvenue dans mon monde...!

L'ensemble de l'enregistrement pour "Windows in The Sky" avait été très simple, mais d'une manière incroyablement compliquée ! Il aurait été tellement plus facile d'enregistrer la voix d'Alex dans notre église-studio professionnel, mais au lieu de cela, il voulait le faire en Virginie, avec le moins d'équipement possible. Alex ne voulait pas que celui-ci et les aspects techniques interfèrent dans les émotions et il ne voulait pas créer de la musique commerciale, sans risque et générique. Donc sa façon de s'en assurer était techniquement de rendre cela impossible. C'est pourquoi je pense que Ben a fait un travail formidable, non seulement dans le fait d'avoir si bien capturé la vision sonore de l'album d'Alex, mais aussi de s'être assuré qu'il irait dans le même sens que son approche sans compromis. Et rétrospectivement, ils ont tous deux réussi au-delà de toutes mesures possibles.

Alors ils étaient là, Ben et Alex se tenant dans la plus petite pièce de sa maison, avec un équipement minimal - pour ne pas dire ridiculement rudimentaire - se préparant à faire ce qui est l'élément le plus critique de tout type d'enregistrement, les parties vocales. Tout cela avec Alex et ses 2 chiens, Leonard et MacKaye, dormant à ses pieds. C'était un peu surréaliste à vrai dire, mais Ben ne semblait pas trop inquiet et Alex était totalement en paix quand il est apparu avec ses feuilles de paroles informant tout le monde qu'il était prêt à commencer. J'étais hors de la pièce 2 minutes après et Alex a commencé. Et environ moins d'une heure après, j'ai vu Ben prendre un verre d'eau dans la cuisine...

Moi : « Est-ce que tout est ok pour les tests du son et tout ? »

Ben : « Oui, c'est fait. »

Moi : « Super ! À quelle heure vous recommencez ? »

Ben : « C'est fait, Alex ramasse ses affaires. Je voulais prendre quelques notes… »

Moi : « C'est fait ? Tu veux dire qu'il a déjà enregistré la chanson ? »

Ben : « Oui, il s'est laissé aller du début à la fin... Et c'était fini. »

Moi : « Mais j'ai entendu les chiens aboyer à un moment donné... »

Ben : « Ah oui. Alex est devenu un peu plus intense et MacKaye a probablement pensé qu'il n'allait pas bien, alors il a sauté sur lui et comme Alex continuait, il a sauté sur moi ensuite. Et comme je regardais l'écran de l'ordinateur, je ne l'ai pas vu venir. Alors il a aboyé pour attirer mon attention. Je vais travailler le son plus tard. Ce ne sera pas très difficile, tu peux même m'entendre dire « AYE AYE » comme j'ai été surpris quand MacKaye m'a sauté dessus... »

Moi : « Attends… MacKaye a sauté sur Alex. Il a aboyé. Il a sauté sur toi. Et Alex a continué ? Ça ne fait aucun sens. »

Ben : « Alex était dans sa bulle, alors ça lui importait peu. Sa mère a aussi ouvert la porte après avoir entendu MacKaye pour s'assurer que tout était ok ! »

Me : « Wow… Ok… »

Ben : « Ne t'en fais pas frère, c'était incroyable. Détends-toi. Je dois enregistrer Momoka maintenant, Alex a eu une idée en enregistrant ses parties vocales... On se voit plus tard ! »

Moi : « Il a eu une idée en enregistrant... Ok... »

J'ai vu Alex un peu plus tard parler à Momoka avec ce qui semblait être des écrits sur des bouts de papier...

Plus tard, j'ai vu Alex prendre plus de notes tout en discutant avec Momoka d'une autre chanson dans laquelle il voulait intégrer une partie de sa voix, mais comme des fragments inversés à mettre en arrière-plan pour créer des effets sonores qui donneraient l'impression d'artefacts sonores pour accompagner une mélodie plus douce, émotionnelle et saturée pendant toute la chanson.

Je devais être très fatigué, car tout m'a semblé magnifiquement étrange toute la journée.

J'ai vu Alex le matin suivant, avec d'autres feuilles de papier et il a expliqué à Ben, Stéphanie et moi-même un peu plus la signification de la chanson :

« Vivre seul dans la montagne depuis quelques semaines m'a offert une perspective différente sur le cycle de la vie, son appréciation et ses besoins de respect. J'ai dû apprendre ce que cela signifiait pour les vrais chasseurs d'honorer l'esprit de leur proie et j'ai pu imaginer la relation établie et entretenue avec leur environnement, l'âme des animaux nourrissant et couvrant la leur. Il n'y a rien de noble à prendre une vie, mais « le pardon est un cadeau tout comme l'amour vous emporte », et cette chanson pourrait être un véritable hymne voire un éloge, envers le plus grand cadeau de tous que nous pouvons offrir; le pardon. Comme nous sommes à la fois la proie et le chasseur, nous devons lâcher prise, autant que continuer à avancer... »

Tout a commencé à faire un peu plus de sens pour moi à ce moment-là, mais toute l'histoire devait encore être révélée... à la façon d'Alex !

VIDÉOCLIP OFFICIEL

Je vais parler un peu plus de "The Hunter" après la loterie du vinyle qui aura lieu avec Alex en direct sur Facebook, car il y a beaucoup plus encore à partager au sujet de ce moment qui a donné naissance à la chanson !

IMPORTANT : Le vinyle de "The Hunter" sera disponible le mardi 17 novembre prochain à partir de 10h, heure du Québec // 16h, heure de France, pendant 48 heures !

Entre temps, je t'invite à télécharger le EP si tu ne l'as pas encore fait !

Merci de prendre part à cet incroyable voyage avec nous !

Ton hôte et ami,
Jeff

Older Post / Blog plus ancien
Newer Post / Blog plus récent
Close (esc) Fermer

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Search / Recherchez

Shopping Cart / Vos Achats

Your cart is currently empty. / Votre panier est vide.
Shop now / Magasinez