$15 FLAT RATE SHIPPING ON ANY ORDER AT ALL TIMES! // TARIF FORFAITAIRE DE LIVRAISON DE $15 SUR TOUTES LES COMMANDES EN TOUT TEMPS !

The Never-Told Story Behind the Song "Summertime Departures"! / L'histoire jamais racontée derrière la chanson "Summertime Departures" !

Voir plus bas pour la version francophone

I hope you are doing well!!! I’m very happy to announce that these are the lucky ones who have seen their names be picked by Alex earlier today during a Facebook live session, amongst all the people who wanted a chance to get themselves one of the last copies of the limited and collector edition of the lathe cut vinyl “Summertime Departures”. Congratulations to you all!

That being said, I know that for every single happy person on that list, there's about 5 greatly disappointed people right now. So I want to thank you not only for your participation in that unique project but for making the whole process such a very special moment to be a part of.

And don’t forget, no matter if you were able to put your hands on the “Summertime Departures” lathe cut vinyl edition or not, you’ll have another opportunity real soon! The next limited and collector lathe cut vinyl edition will be for “The Hunter”, which will be available starting November 17, at 10am (ET).

SOMETIMES I DREAM

Since I know just how much you like insights, may they be about how songs were crafted or about our communal journey, I think you will be very happy to know how the live version of “Summertime Departures” came to life, especially that’s it’s been one of the favorite moments of our live concerts for many of you!

So here the story:

I will always remember the rehearsal we had that day. It was one of those moments where everything can collapse in grand style, or become one of the best rehearsals of our lives. Trust me, I have experienced both situations; it’s high-energy, very emotionally involving, and intense for many reasons, but the main one is about the authenticity of those moments, as there’s no compromise for Alex. Tragic or epiphanic, it needs to be all-in, all the time.

So that day, I think we all knew that it would be one or the other... There were absolutely no other possible outcome, which is what made this moment so particular. It was the evening of July 3rd 2019, forty-eight hours before the very first concert of Alex's personal project, which was nothing short of an epic headlining premiere for him, especially as it wasn’t only one of the most highly anticipated concert of the whole Montreal International Jazz Festival, but it was also the only sold-out event of the whole two-week festival, adding to the whole buzz associated to that night.

To give a little bit of context, it was going to be the first time that we'd all be on a stage together since March 2016, when Your Favorite Enemies played their last concert in New York City. So there we were, 3 years later, coming back from what had been a very long journey for everyone, now working on the show’s last rehearsal. The pressure was slowly starting to be more tangible, even more so that the night before went terribly wrong, to the point where Alex stopped everything to remind us that it wasn’t some karaoke bullshit we were engaged in and that he didn't care if he had to cancel the show if he didn’t feel like we were totally focussed and committed to the nature of the songs and the spirit of the moment in which they were taking place. We all thought at the time that it probably was the nervosity taking over, but in retrospect, he was right… We were more about playing the parts than embodying the music when he intervened. So for what would be our last rehearsal, we all wanted to make sure everything would be emotionally soulful, musically flawless.

Again, you need to understand the fact that, for Alex, it was supposed to be the only concert he would play - ever. “Windows in the Sky” live was to be an homage to his late father. The concert date was almost, to the day, the very same date his father passed. He was to play in front of his family, old friends, and for every artist, a home gig is always the most difficult one to play. It was very personal for him, and we all wanted to support Alex and to honor his father, who had been a fatherly figure for almost all of us, too. So it was important to make sure that every possible detail would be close to perfection.

To do so, an incredible stage and light concept was designed with our longtime friend Pascal, months before hitting what we call the “it” factor. Alex assembled an 11-musician band that was to play on an elaborate stage on 2 different levels, including 2 drums, a percussions station, a cellist, a trumpeter, an additional keyboard player, and the 5 musicians from Your Favorite Enemies. It was a real structural and organizational challenge for the light engineer who had to figure the proper space on stage, for the stage manager who would have to coordinate all the different instruments changes and proper tunings, up to front of the house sound and monitors engineers who would have to balance an orchestra designed by Alex a neo-classical noise band based on experimentations and live improvisation. You get the point? All that while dealing with the original concept of lights and projections we had developed especially for that concert, a whole video crew, and a live recording audio station... No need to say that last general “rehearsal” was incredibly important.

Therefore, a little more than 20 people involved in the show - yes, it was an enormous production crew - gathered at our church-studio that evening to put everything in motion one last time before showtime. Everything ran as planned and very smoothly for the first five songs… until we hit “Summertime Departures”. Knowing Alex, I immediately knew something was bugging him. We nonetheless reached the end of the song and as we were slowly getting into the following one, which was Lavender Sky, Alex asked everyone to stop playing, that he’d love to play Summertime Departures again, as he "just wanted to validate something", he said… Nine times out of ten, when Alex says "Let’s do this again, I just want to validate or try something", that means, “I feel this part isn’t right at this point in the song”, and also, that he wants to bring it further, to try something different. We usually end up creating something completely new, right there, right now, on the spot, even less than 48 hours before a show. I’ll have more stories like that in the future...!

Having been a part of Your Favorite Enemies for 12 years, the 5 of us knew what it meant. When the rest of the musicians and crew started to realize that we were starting to freak out a little, the smooth and nice ride made of feel good and security suddenly changed to a few whispers here and there, while people pretended to take some notes on their sheets. EVERYONE had a "48 hours before the show" shivering sweat for a split second. Even the technical team was like “have I heard there might be some last-minute changes?”, knowing the whole show was perfectly aligned and everything felt at the right place… The balance of that crazy puzzling “thing” we’ve all been working on and implementing since December 2018 that we had recently figured out? Everyone looked at Alex, who didn't budge one bit, and then said: “Let's do “Summertime Departures” again from the top please… 1, 2, 3, 4". And here we go again…! Everyone plays their charts and we’re all looking at Alex nonstop, trying to figure out what’s on his mind, what he heard that we hadn't. We could almost hear everyone thinking out loud “What’s the point of it all? The song is super cool!”

We played the whole song, and it was seriously great, even better than the first time, I thought, and we all felt it. It was great! But as the song finished, and we moved on to Lavender Sky again, Alex, for the second time, asked us all to stop, saying that we needed to do Summertime Departures again. It was now absolutely obvious and clear that something wasn’t right but no one could guess what that was. We had played the song twice, and it was perfect...! I could feel some anxiety slowly growing in the air, which is understandable having so many people involved who had worked hard to give life to Alex’s vision and to get the concert to the high level it was at that point.

I started to look around toward the musicians, the crew, and everyone was looking at Alex, waiting to hear some direction, a little something, a guideline, just a few words before hitting the song for the third time in a row. But there was Alex, writing something in his lyric sheets, aware that people were freaking out, but absolutely focused on whatever he was into at the very tense moment. Then I could hear him kind of singing while writing words, daubing and writing and scratching and writing again. I clearly remembered him telling me he was scared of not knowing what his reaction would be if he lost control of his emotions as we’d be playing in front of our families, friends, media people who had been following us since 2006, I mean, hometown concerts and all and all… I started to get really worried, as was Ben, the guitar player right beside me. “What’s on your mind, brother?”, I asked. But he kept writing things down and figuring something out.

After a few minutes which felt like an eternity for everyone that had gone from wondering what was going on to being completely frightened by what was about to unfold next, Alex said, in a very soft and comforting voice: “The end of the song could be much more intense and powerful rather than more melodic with some kind of a let-go feeling that bugs me a little at this point. I feel that the end of the song is a little too musically safe in its ongoing motion, which kind of tames the emotional charge of the song. I think I have an idea, and I would love to try it with you all! Let’s bring some more danger and depth to it. I’ll guide you all as we go. No more convention. Let’s go deeper and let go in the abandonment zone. Trust me… It will be fun!” Well, at that very precise moment in time, I almost heard everyone’s jaw drop to the floor! Safe?! We’d been playing it for months! It appeared to me that a vast majority of the people present at that very moment weren’t really enthused at the simple idea of 1, letting go, 2, discovering whatever that so-called zone might be about, and 3, playing until Alex tells them somehow what to do at some point… it didn’t seem fun at all at that point!

Even the light engineer asked Alex to repeat, just to make sure he had heard correctly, knowing he’d have to figure something out on the spot, while everything was going smooth and was set up. Everyone was like, "The show is in two days! Maybe we should keep it exactly as it is!" But nobody said anything, knowing it wouldn't change anything with Alex.

I personally love that side of Alex, where he always allows himself to discover what’s beyond what others may consider as the perfect “absolute”. No wonders the very first conversation I had with him when we first met was about “What’s beyond the horizon of our own self-serving limitations”...! This is who he is, even more so now, I would say. No matter the context, the time, the day, he’s kind of free from all those paradigms… It can be freaky when you’re not used to it, as felt pretty much every additional musician with us on stage and most of the crew!

“Let’s start from the bridge section, and let’s roll this until the end, and let’s try something else to end the song”, said Alex…

1, 2, 3, 4, and here we were, all starting at the bridge section! Everyone looked at each other, as if we were walking on a wire, thinking about what we could do at the end of an already amazing song that would change anything. You know, the sensation of “do or die”? Nobody knows Alex as we do, but at that point, we all knew that we would spend the entire night working on this new part until he'd find it right! Trust me… this happened too many times to even freak me out anymore. Well, I should say freaks me out less…!

So as the end of the song approached, I could feel everyone trying to figure out who would take the lead, and in what direction we should go. We all depended on each other, we all wanted that concert to be the greatest thing we’d had ever done in our lives at that point, but that precise moment in time was absolutely stressful and uncomfortable, at best! The final note was finally hit… Everyone looked around, then at their instrument, then around again, then back at their instrument, as we were kept punching the last note and punching it again before it completely faded away…! Alex turned around as quick as lightning towards Moose, the drummer, and shouted “Keep the pulse and much faster… Not a beat, just the pulse!”

Sometimes I dream I can sail through the past
And let my teardrops fall in the ocean, in the ocean
Sometimes I dream I can sail through the past
And let my teardrops fall at your feet
I’ll see you one day
Coming back for me
I’ll see you one day

...Alex started to sing those words with a lot of intensity, as Moose was giving him the pulse on his kick and floor tom and the rest of us were still hitting that last note once in a while. But the way Alex came out with these words and how he was rhyming them, I had never heard him do that before - with so much passion and dedication, as if it was the last time he would be singing! I started to play that note with a pulse as well, following Moose’s lead. Alex kept singing and singing the same lyrics until everyone joined in and the end of the song became a thing in itself...! The intensity was so powerful! The pulse of the drum, the bass, the crazy sounds coming from the guitars, the keyboards, the trumpet and the cello... We were so elevated it was crazy…! Then Alex turned to us, moving his arms around meaning "keep going, don’t stop, we’re on something" and he went looking for something on stage. So we kept playing the same thing for a while, again, and again, and again, Alex telling us to keep playing the same thing… !

He came back with three different guitars in his hands, and started to try them all while asking us to keep pounding the very same note over. His look transcended the moment itself. I know he wanted us all to let go, to be free from our discomfort. He wanted us to reach another level of “intensity”, or “madness” - or both - at that point in the song. He plugged his guitars one after the other. Not finding what he wanted at first, he went back looking for something else, still moving his arms around making sure we would not stop. Until he came back with what seemed like the tiniest guitar I’ve ever seen in my life, and red of all colors…! I think I cracked a smile, thinking, that’s going to be funky! Until I heard the high gain noise nicely coming out of this gentle but powerful music engine! We were all so stunned, and it gave us so much energy, we ended playing that part for at least 30 minutes!

So here we were, 44 hours before the show, everyone working to make sure everything we had been developing and building over the past few months would be perfectly aligned together, only to integrate a completely new part to the show all of a sudden. This part, to make sure you understanding, doesn’t have a proper form, a tempo, nor a time structure, and only ends when Alex says so…

All that to say, to be honest, that this moment was so magical and embodied the album's spirit so well that we all knew it was the last little piece for the concert to be what it needed to be rather than what we wanted it to be. Nobody could believe what had just happened..!

And that moment gave birth to the second part of “Summertime Departures”, called “Sometimes I Dream”! This song has been a part of every concert we gave so far, and every time I see this little red wonder machine being moved around as Alex does, it reminds me of that specific evening, where we all had to let go and trust our instinct rather than the safe and comforting structure in place…

And that by doing so, it gave birth to something above and beyond ourselves. I believe that it’s a moment that personally and musically transformed everyone who actually lived it… Well, our light engineer might have lost a few hairs, but he ended up all good!

“What’s beyond the horizon of our own self-serving limitations?”, a transformative and powerful question I still ask myself every day!

THE OLD SCHOOL PACKAGE IS ALMOST READY!

Make sure to keep an eye on your emails! There is much to share about what drives this Secret Family Cult Club!

Looks like we're getting very very close to the shipping date! Stay tuned!

Your host and friend,
Jeff

-------------------------------------

VERSION FRANCOPHONE

J'espère que tu vas bien !!! Je suis très heureux de t'annoncer que les noms ci-dessous sont ceux des chanceux qui ont été tirés au sort par Alex un peu plus tôt aujourd'hui pendant un Facebook Live, parmi tous les gens qui voulaient une chance de se procurer un des derniers exemplaires du vinyle lathe cut collector de "Summertime Departures" en édition limitée. Félicitations à tous !

Ceci étant dit, je sais que pour chaque personne heureuse sur cette liste, il y en a 5 fois plus qui sont déçues en ce moment. Alors je tiens non seulement à remercier tout le monde pour leur participation à ce projet unique, mais aussi d'avoir fait de tout le processus un moment si spécial auquel prendre part.

Et n'oublie pas, peu importe si tu as réussi ou non à mettre la main sur le vinyle lathe cut collector de "Summertime Departures", tu auras une nouvelle opportunité très bientôt ! Le prochain vinyle lathe cut collector en édition limitée sera celui de "The Hunter (By the Seaside Window)", qui sera disponible à partir du 17 novembre à 10h, heure du Québec // 16h, heure de France.

SOMETIMES I DREAM

Puisque je sais à quel point tu aimes avoir une perspective plus personnelle, que ce soit sur la façon dont les chansons ont été créées ou sur notre voyage collectif, je pense que tu vas aimer apprendre comment la version live de "Summertime Departures" est née, surtout que ça a été l'un des moments préférés de nos concerts pour la plupart des gens !

Alors voici l'histoire :

Je me souviendrai toujours de la répétition que nous avons eue ce jour-là. C'était l'un de ces moments où tout peut s'effondrer de façon grandiose, ou alors devenir l'une des meilleures répétitions de notre vie. Crois-moi, j'ai vécu les deux situations; c'est très énergique, très émotionnel et intense pour de nombreuses raisons, mais l'essentiel se trouve dans l'authenticité de ces moments, car il n'y a pas de compromis pour Alex. Tragique ou épiphanique, il faut être pleinement actif, tout le temps.

Alors ce jour-là, je pense que nous savions tous que ce serait l'un ou l'autre... Il n'y avait absolument pas d'autre issue possible, c'est ce qui a rendu ce moment si particulier. C'était le soir du 3 juillet 2019, quarante-huit heures avant le tout premier concert du projet solo d'Alex, qui n'était rien de moins qu'une grande première en tête d'affiche pour lui, d'autant plus que ce n'était pas seulement l'un des concerts les plus attendus de tout le Festival International de Jazz de Montréal, mais c'était aussi le seul concert à guichets fermés de l'ensemble du festival qui se déroulait sur deux semaines, ajoutant à tout le buzz déjà associé à cette soirée.

Pour te mettre un peu en contexte, ce serait la première fois que nous serions tous sur une scène ensemble depuis mars 2016, lorsque Your Favorite Enemies a joué leur dernier concert à New York. Nous étions donc, 3 ans plus tard, de retour de ce qui avait été un très long voyage pour tout le monde, travaillant maintenant sur la dernière répétition du concert. La pression commençait lentement à être plus tangible, d'autant plus que la soirée précédente s'était terriblement mal passée, au point où Alex a tout arrêté pour nous rappeler que ce n'était pas des conneries de karaoké dans lesquelles nous étions engagés et qu'il était prêt annuler le concert s'il n'avait pas l'impression que nous étions totalement concentrés et engagés sur la nature des chansons et l'esprit du moment dans lequel elles se déroulaient. Nous avons tous pensé à l'époque que c'était probablement la nervosité qui prenait le dessus, mais rétrospectivement, il avait raison... Nous étions plus en train de jouer des rôles plutôt que d'incarner la musique quand il est intervenu. Donc, pour ce qui allait être notre dernière répétition, nous voulions tous nous assurer que tout serait émotionnellement authentique, musicalement impeccable.

Encore une fois, tu dois comprendre le fait que, pour Alex, c'était censé être le seul concert qu'il jouerait - à vie. "Windows in the Sky" en concert devait être un hommage à son défunt père. La date du concert était presque, jour pour jour, la même date que celle du décès de son père quelques années plus tôt. Il allait jouer devant sa famille, ses vieux amis et pour chaque artiste, un concert à domicile est toujours le plus difficile à jouer. C'était très personnel pour lui, et nous voulions tous soutenir Alex et honorer son père, qui avait également été une figure paternelle pour presque nous tous. Il était donc important de s'assurer que chaque détail possible serait proche de la perfection.

Pour ce faire, un incroyable concept de scène et d'éclairage a été conçu avec notre ami de longue date Pascal, des mois avant de toucher ce que nous appelons le facteur « It ». Alex a réuni un groupe de 11 musiciens qui devaient jouer sur une scène élaborée à 2 niveaux différents, dont 2 batteries, une station de percussions, une violoncelliste, un trompettiste, une claviériste supplémentaire et les 5 musiciens de Your Favorite Enemies. C'était un véritable défi structurel et organisationnel pour l'ingénieur lumière qui devait trouver le bon espace sur scène, pour le régisseur qui devait coordonner tous les changements d'instruments et les réglages appropriés, sans oublier les ingénieurs du son et des moniteurs, qui allaient devoir équilibrer un orchestre conçu par Alex, un groupe de noise néoclassique basé sur des expérimentations et de l'improvisation. Tu imagines ? Tout cela en plus du concept original de lumières et de projections que nous avions développé spécialement pour ce concert, toute une équipe vidéo, et une station audio d'enregistrement live... Inutile de dire que la dernière « répétition » générale était incroyablement importante.

Ce qui veut dire qu'un peu plus de 20 personnes impliquées dans le concert - oui, c'était une énorme équipe de production - se sont réunies dans notre église-studio ce soir-là pour tout mettre en oeuvre une dernière fois avant le concert. Tout s'est déroulé comme prévu et très bien pour les cinq premières chansons... jusqu'à ce que nous arrivions à "Summertime Departures". Connaissant Alex, j'ai immédiatement su que quelque chose le dérangeait. Nous avons néanmoins joué jusqu'à la fin de la chanson et alors que nous abordions la suivante, qui était "Lavender Sky", Alex a demandé à tout le monde d'arrêter de jouer, qu'il aimerait jouer à nouveau "Summertime Departures", car il « voulait juste valider quelque chose », a-t-il dit... Neuf fois sur dix, quand Alex dit : « Faisons ça encore, je veux juste valider ou essayer quelque chose », ça veut dire : « Je trouve que ça ne marche pas à ce moment de la chanson », et aussi qu'il veut aller plus loin, essayer quelque chose de différent. Nous finissons généralement par créer quelque chose de complètement nouveau, là, tout de suite, maintenant, même moins de 48 heures avant un concert. J'aurai plus d'histoires comme ça dans le futur...!

Après avoir fait partie de Your Favorite Enemies pendant 12 ans, nous savions tous les 5 ce que cela voulait dire. Lorsque le reste des musiciens et de l'équipe ont commencé à se rendre compte que nous commencions à paniquer un peu, le chemin doux et agréable composé de bien-être et de sécurité s'est soudainement changé en quelques chuchotements ici et là, tandis que les gens faisaient semblant de prendre des notes sur leurs feuilles. TOUT LE MONDE a eu une sueur « 48 heures avant le concert » de frayeur pendant une fraction de seconde. Même l'équipe technique était du genre : « Ai-je entendu dire qu'il pourrait y avoir des changements de dernière minute ? », sachant que tout le concert était parfaitement aligné et que tout semblait parfait... L'équilibre de cette « chose » follement déroutante sur laquelle nous avions tous travaillé et mis en oeuvre depuis décembre 2018 que nous venions de comprendre et d'appréhender ? Tout le monde a regardé Alex, qui n'a pas bougé d'un pouce, puis il a dit : « Faisons "Summertime Departures" à nouveau du début s'il vous plaît... 1, 2, 3, 4 ». Et nous y revoilà...! Tout le monde joue ses partitions et nous regardons tous Alex sans arrêt, essayant de comprendre ce qu'il pense, ce qu'il a entendu que nous n'avions pas entendu. Nous pouvions presque entendre tout le monde penser à voix haute : « À quoi ça sert ? La chanson est super cool ! »

Nous avons joué toute la chanson, et c'était vraiment super, même mieux que la première fois, pensais-je, et nous l'avons tous ressenti. C'était super ! Mais alors que la chanson se terminait et que nous passions à nouveau à "Lavender Sky", Alex, pour la deuxième fois, nous a demandé à tous d'arrêter, en disant que nous devions refaire "Summertime Departures". Il était maintenant absolument évident et clair que quelque chose n'allait pas mais personne ne pouvait deviner ce que c'était. Nous avions joué la chanson deux fois, et c'était parfait...! Je pouvais ressentir une certaine anxiété grandir lentement dans l’air, ce qui est compréhensible avec tant de personnes impliquées qui ont travaillé dur pour donner vie à la vision d’Alex et pour amener le concert au plus haut niveau qu’il était à ce moment-là.

J'ai commencé à regarder les musiciens, l'équipe, et tout le monde regardait Alex, attendant d'entendre une direction, un petit quelque chose, une ligne directrice, juste quelques mots avant de reprendre la chanson pour la troisième fois consécutive. Mais Alex, lui, écrivait quelque chose dans ses feuilles de paroles, conscient que les gens paniquaient, mais absolument concentré sur ce qu'il faisait en ce moment très tendu. Ensuite, je pouvais l'entendre chanter en écrivant des mots, esquissant et écrivant et raturant et écrivant à nouveau. Je me suis clairement rappelé qu'il m'avait dit qu'il avait peur de ne pas savoir quelle serait sa réaction s'il perdait le contrôle de ses émotions alors que nous jouions devant nos familles, nos amis, les médias qui nous suivaient depuis 2006, je veux dire, un concert à domicile et tout et tout... J'ai commencé à m'inquiéter, tout comme Ben, le guitariste juste à côté de moi. « À quoi tu penses, frère ? », lui ai-je demandé. Mais il a continué à écrire des choses et à approfondir ce qui se passait.

Après quelques minutes qui semblèrent interminables pour tous ceux qui étaient passés de se demander ce qui se passait à être complètement effrayés par ce qui allait se dérouler ensuite, Alex a dit, d'une voix très douce et réconfortante : « La fin de la chanson pourrait être beaucoup plus intense et puissante plutôt que plus mélodique avec une sorte de sentiment de lâcher prise qui me dérange un peu à ce stade. Je pense que la fin de la chanson est un peu trop sage musicalement dans son mouvement, ce qui tamise en quelque sorte la charge émotionnelle de la chanson. Je pense que j'ai une idée, et j'aimerais bien l'essayer avec vous tous ! Apportons plus de danger et de profondeur. Je vous guiderai tous au fur et à mesure. Plus de convention. Allons plus loin et laissons-nous aller dans la zone d'abandon. Croyez-moi... ça va être cool ! » À ce moment précis dans le temps, j’ai presque entendu la mâchoire de tout le monde tomber au sol ! Sage ?! Nous la jouons depuis des mois ! Il m'a semblé qu'une grande majorité des personnes présentes à ce moment précis n'étaient pas vraiment enthousiasmées par la simple idée de 1, lâcher prise, 2, découvrir ce que pouvait être cette soi-disant zone, et 3, jouer jusqu'à ce qu'Alex leur dise quoi faire à un moment donné... Ça ne semblait pas du tout cool là !

Même l'ingénieur lumière a demandé à Alex de répéter, juste pour s'assurer qu'il avait bien entendu, sachant qu'il devrait trouver quelque chose sur le coup, alors que tout se passait bien et était prêt. Tout le monde se disait : « Le concert est dans deux jours ! Peut-être que nous devrions le garder exactement tel quel ! » Mais personne n'a rien dit, sachant que cela ne changerait rien avec Alex.

J’aime ce côté d’Alex, où il se permet toujours de découvrir ce qui est au-delà de ce que les autres peuvent considérer comme le parfait « absolu ». Rien d'étonnant à ce que la toute première conversation que j'ai eue avec lui lors de notre première rencontre portait sur « Qu'est-ce qui dépasse l'horizon de nos propres limites égoïstes ? » C'est qui il est, encore plus maintenant, je dirais. Peu importe le contexte, l'heure, le jour, il est en quelque sorte libéré de tous ces paradigmes... Cela peut être bizarre et apeurant quand vous n'y êtes pas habitué, comme cela a été le sentiment d'à peu près tous les musiciens additionnels avec nous sur scène et la plupart de l'équipe !

« Commençons par la section du bridge, continuons ceci jusqu'à la fin, et essayons autre chose pour terminer la chanson », a dit Alex...

1, 2, 3, 4, et nous y voilà, tous commençant la section du bridge ! Tout le monde s'est regardé, comme si nous marchions sur un fil, en pensant à ce que nous pourrions faire à la fin d'une chanson déjà incroyable qui changerait quoi que ce soit. Tu sais, la sensation de « Ça passe ou ça casse » ? Personne ne connaît Alex comme nous, mais à ce moment-là, nous savions tous que nous passerions toute la nuit à travailler sur cette nouvelle section jusqu'à ce qu'il la trouve correcte ! Crois-moi... C'est arrivé trop souvent pour me faire peur. Enfin, je devrais dire ça me fait moins peur...!

Alors que la fin de la chanson approchait, je pouvais sentir que tout le monde essayait de comprendre qui prendrait les devants et dans quelle direction nous devrions aller. Nous dépendions tous les uns des autres, nous voulions tous que ce concert soit la plus grande chose que nous ayons jamais faite de notre vie à ce moment-là, mais ce moment précis dans le temps était absolument stressant et inconfortable, au mieux ! La note finale fut enfin frappée... Tout le monde regarda autour de lui, puis leur instrument, puis à nouveau autour, puis de nouveau vers leur instrument, alors que nous continuions à frapper la dernière note et à la frapper encore avant qu'elle ne disparaisse complètement...! Alex s'est retourné aussi vite que l'éclair vers Moose, le batteur, et a crié : « Garde l'impulsion et beaucoup plus vite... Pas un battement, juste l'impulsion ! »

Sometimes I dream I can sail through the past
And let my teardrops fall in the ocean, in the ocean
Sometimes I dream I can sail through the past
And let my teardrops fall at your feet
I’ll see you one day
Coming back for me
I’ll see you one day
---------------
Parfois, je rêve que je navigue à travers le passé
Et je laisse mes larmes rejoindre l’océan, l'océan
Parfois, je rêve que je navigue à travers le passé
Et je laisse mes larmes tomber à tes pieds
Je te verrai un jour donné
Revenir pour moi
Je te verrai un jour donné

... Alex a commencé à chanter ces paroles avec beaucoup d'intensité, alors que Moose lui donnait l'impulsion avec son coup de pied et son tom au sol et le reste d'entre nous frappions encore cette dernière note de temps en temps. Mais la façon dont Alex est arrivé avec ces paroles et comment il les chantait, je ne l'avais jamais entendu faire ça auparavant - avec autant de passion et de dévouement, comme si c'était la dernière fois qu'il chantait ! J'ai commencé à jouer cette note avec une impulsion aussi, en suivant l'exemple de Moose. Alex a continué à chanter et à chanter les mêmes paroles jusqu'à ce que tout le monde se joigne et que la fin de la chanson devienne un phénomène en soi...! L'intensité était si puissante ! L'impulsion de la batterie, la basse, les sons hallucinants venant des guitares, des claviers, de la trompette et du violoncelle... Nous étions tellement transportés par tout ça que c'était fou...! Puis Alex s'est tourné vers nous, bougeant ses bras pour dire : « Continuez, ne vous arrêtez pas, nous sommes sur quelque chose », et il est allé chercher quelque chose sur la scène. Nous avons donc continué à jouer la même chose pendant un moment, encore et encore, et encore, Alex nous disant de continuer à jouer la même chose...!

Il est revenu avec trois guitares différentes dans ses mains, et a commencé à les essayer tout en nous demandant de continuer à jouer la même note. Son regard transcendait le moment lui-même. Je sais qu'il voulait que nous lâchions tous prise, que nous soyons libres de notre inconfort. Il voulait que nous atteignions un autre niveau « d'intensité », ou de « folie » - ou les deux - à ce stade de la chanson. Il a branché ses guitares les unes après les autres. Ne trouvant pas ce qu'il voulait au début, il retourna chercher autre chose, bougeant toujours ses bras pour s'assurer que nous ne nous arrêterions pas. Jusqu'à ce qu'il revienne avec ce qui semblait être la plus petite guitare que j'aie jamais vue de ma vie, et d'un rouge flamboyant...! Je pense que j’ai fait un sourire, pensant en moi-même, ça va être génial ! Jusqu'à ce que j'entende la note élevée sortant de cet instrument de musique, douce mais puissante à la fois ! Nous étions tous tellement stupéfaits et cela nous a donné tellement d'énergie que nous avons joué cette section pendant au moins 30 minutes !

Nous étions donc là, 44 heures avant le concert, tout le monde ayant travaillé rigoureusement pour s'assurer que tout ce que nous avions développé et construit au cours des derniers mois serait parfaitement aligné, en train d'intégrer tout d'un coup une nouvelle section au concert. Cette section, pour être sûr que tu comprennes bien, n’a pas de forme en tant que telle, pas de tempo, ni de structure temporelle, et ne se termine que lorsque Alex le dit... Tout ça pour dire, pour être honnête, que ce moment était si magique et incarnait si bien l'esprit de l'album que nous savions tous que c'était la dernière petite pièce manquante pour que le concert soit ce qu'il devait être plutôt que ce que nous voulions qu'il soit. Personne ne pouvait croire ce qui venait de se passer...!

Et ce moment a donné naissance à la deuxième partie de "Summertime Departures", intitulée "Sometimes I Dream" (Parfois je rêve) ! Cette chanson a fait partie de chaque concert que nous avons donné jusqu'à présent, et chaque fois que je vois cette petite merveille rouge se déplacer avec Alex, cela me rappelle cette soirée spécifique, où nous avons tous dû lâcher prise et faire confiance à notre instinct, plutôt que la structure sage et réconfortante établie...

Et en agissant ainsi, cela a donné naissance à quelque chose au-dessus et au-delà de nous-mêmes. Je crois que c’est un moment qui a personnellement et musicalement transformé tous ceux qui l’ont vécu... Enfin, notre ingénieur lumière a peut-être perdu quelques cheveux, mais il a bel et bien réussi !

« Qu'y a-t-il au-delà de l'horizon de nos propres limites égoïstes ? », une question transformatrice et puissante que je me pose encore tous les jours !

LE PACKAGE OLD SCHOOL EST PRESQUE PRÊT !

Surveille bien tes courriels à venir ! Il y a beaucoup à dire sur ce qui donne vie au Secret Family Cult Club...!

Il semble que nous nous rapprochons de plus en plus de la date d'expédition ! Reste proche !

Ton hôte et ami,
Jeff

Older Post / Blog plus ancien
Newer Post / Blog plus récent
Close (esc) Fermer

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Search / Recherchez

Shopping Cart / Vos Achats

Your cart is currently empty. / Votre panier est vide.
Shop now / Magasinez