$15 FLAT RATE SHIPPING ON ANY ORDER AT ALL TIMES! // TARIF FORFAITAIRE DE LIVRAISON DE $15 SUR TOUTES LES COMMANDES EN TOUT TEMPS !

The Never-Told Story Behind the Song "The Hunter"! / L'histoire inédite derrière la chanson "The Hunter" !

Voir plus bas pour la version francophone

I hope you are doing well!!! I’m very happy to announce that these are the lucky ones who have seen their names be picked by Alex earlier today during a Facebook Live session, amongst all the people who wanted a chance to get one of the last copies of the limited and collector edition of the lathe cut vinyl “The Hunter”. Congratulations to you all!

That being said, I know that for every single happy person on that list, there are many more disappointed people. I want to thank you not only for your participation in that unique way to determine who’s gonna get a copy but more importantly for making the whole process such a very special moment to be a part of. For Alex and me, it’s always about finding ways to simply gather, share, and create memorable and meaningful moments around us all and music! That’s why we didn’t want to go for a first-come, first-served basis nor to do some sorts of a bidding war.

And don’t forget, no matter if you were able to put your hands on “The Hunter” lathe cut vinyl edition or not, you’ll have another opportunity real soon! The next limited and collector lathe cut vinyl edition will be for “Lavender Sky”, available starting November 30, at 10am (ET).

BY THE SEASIDE WINDOW

I’m presently at our label's HQ in Drummondville, where I’m looking by my office windows as the sun slowly sets down before it hits 5pm. It’s strangely peaceful at the office for what is usually very enthusiastically noisy and alive.

I’m having a hard time putting into words what I would like to share with you. The song “The Hunter” represents for me and us all something way more meaningful than the song itself. The thing that comes to my mind is the very special feeling that goes through my whole body and spirit every time I start the song… Whether it is a rehearsal or a live concert, the song vibrates and transforms, encapsulating our whole story as a band, our constant struggles and battles to feel alive, the perpetual doubts I used to have about being “qualified” enough to play with the band (I used to play guitar in Your Favorite Enemies and hated every second of it until Alex made me switch to bass for The Long Shadows) and Alex’s heartbreaking journey to find himself again.

As I’m looking outside, I can’t but remember the night of July 5, 2019, when Alex headlined the Montreal International Jazz Festival to a sold-out venue. Besides the fact that it was the most hyped and talked-about concert of the 40th anniversary of what is regarded for many as one of the most prestigious festivals in the world, the most important element of it all for us was that it would be Alex’s last homage to his father who had passed away 5 years ago, almost the very same day as the event. It would be a very poignant moment he wanted to share with his family, his father's loved ones, our long-time friends, some of who came all the way from Japan, Germany, UK, France, the US, and all over the province of Quebec to support him and to see what has become a highly upgraded version of what used to be Your Favorite Enemies live for the first time in 3 years… no need to say that the emotions were amazingly deep.

All those emotions were made of so many things and so many layers of reality for each and every one of us. At the heart of it was the soulful meaning of the concert, but the undertone was nothing short of intense as well, as it was made clear by Alex that this would potentially be a one-off event and that he hadn't made a decision about coming back into the light just yet. He had been very honest from the initial stage of the project, so it wasn’t a matter of “let’s make the concert great, so he will stay” type of thing. It wasn’t even nostalgia. It was indescribably “real”… it’s hard to explain other than I seriously felt we were about to experience something so unique that it would be a foundation on which we could build the rest of our lives, nothing less… But I didn’t want to spoil a miracle in the making with any of my wishful thinking, because that's usually the moment when it becomes about yourself and everything around you collapses in grand pathetic style. So I was more focused on being in the now than anything else. We then heard "Ok, 5 minutes and you're on, guys!"

Everything was absolutely stunning... The emotions, the performance, the vibe, the ambiance. I was in the zone, totally connected with Alex conducting rhythm and perfectly locked with the rest of the band, playing to Alex’s dynamics and uplifts. Then comes the song “The Hunter”, a song that I start on my own, but on Alex’s cue. It's at that moment that I had a little panic. There is no place to hide when you start a song, and you don’t have a second chance… It’s just how it is! Do or die! You might have played that part thousands of times, but if you have a split second of hesitation, the whole house of cards collapses on your sorry and shameful self. Yes, there’s a lot of things that can spin in your head in a single second when you are on stage, probably even more so with Alex!

So, as I was about to get started, I just closed my eyes, took a very very very deep breath — which felt like it lasted forever — and I remembered the day I dropped Alex at the airport on his way to Tangier, alone, for the first time since we both met back in 2001… I remembered how things were between us within the band, how there was nothing in front of us but a very thick fog in the middle of the night, how we all felt uncertain, even frightened that maybe this was the end of the road. It was a place we had all promised ourselves we would never stand in. Blood brothers, we were… But I wasn’t so sure anymore. I then slowly started to open my eyes and Alex was looking at me, with this gentle and very confident smile, winking at me, as if he was saying “Let’s do this, brother! We’re right there! And this is happening!”

As I started to play the very first notes of the song, everyone in the crowd started to scream knowing we were starting “The Hunter”. I looked around the stage and beside Alex, I was able to see Ben, Sef, Miss Isabel and Moose through the smoke, the lights and all the other musicians. I had that image of the moment we all landed in Tangier, more than a year after Alex had left on his own for a few weeks but became something else. Nobody knew what to expect. We were all conflicted inside, some feeling more guilty than others of what we had made Alex endure all those years before he finally felt like he had to leave what he had built in order to survive. That was the hardest part for me to take as his best friend… So we hoped for the best, as we all personally wanted to believe that such a trip could potentially lead to reconciliation if not forgiveness… But we also all knew how a year apart could be long enough for someone who had been emotionally bullied like Alex had to realize life is a whole lot better without your usual tormentors. And since he had invited us all to talk, it gave a more solemn tone to that one week trip… So much reparation needed to be done, and we were all arriving into Alex’s North African universe, with his new friends, his new life and renewed reality, about to find out what was truly left of us… I was so fearful not to recognize him at all. But there we were, on stage with him 3 years later.

“I’m breathing in. I’m breathing out. The hunter is coming. The hunter is coming” Alex just screamed at the top of his lungs at a fired-up crowd that was flipping out. It’s crazy to think that it was the very first time we were playing in so many years, let alone that we had never played those songs live at all before. Hearing the crowd so enthusiastic was so humbling for me… I was able to see so many images... From our broken friendship being miraculous rekindled in that traditional Moroccan riad where Alex shared with us how he felt in the last couple of years of Your Favorite Enemies, to him inviting us to stay in Tangier for 6 months to heal what had to be healed, him coming back to the Upper Room Studio in Drummondville and inviting us to be part of his album, all the way to all those new significant sharings at his house in the highlands of Virginia… Alex’s lyrics were resonating in a different way.

I don’t want to tell you all the details, as Alex is presently working on a book about that period of his life… Even though I feel like I’m saying a lot already!

I would later see on some of the concert pictures that I had a peaceful smile during that whole part of the concert. I often cried on stage as well, Alex’s music being so emotional and the degree of self-implication being so deep, that I can't always manage all those intense emotions at the same time… I must admit that it is puzzling for me sometimes. There's such a large spectrum of sensations that if you’re not able to let go within it, you’ll be rejected from it all, like a storm would wave you back to the shore knowing you don’t belong anywhere close to invisible element floating around. But there are other types of intensity, like when Ben, the Long Shadows' guitar player, puts his guitar asides and slowly walks toward the second drum kit, which for that show was on the second story riser behind me. Yes, when you are 11 musicians on stage, you need a second floor on stage!

One of my favorite parts of the concert was about to be lived and shared...! And as the place was about to reach an even higher level of decibels and screams, I winked at Ben as we both knew how that two drums crazy idea came up and how symbolic it became for our new creative nature going forward… “Everything impossible is a new possibility waiting to take form when we decide to free ourselves from our limitations.” That is Alex conducting a rehearsal session...! You either resist or are invited to go for a walk, just like that moment when the 2 drums idea happened. After days of very hard labor working on The Hunter, as we were about to get something solid that was around 20 minutes, Alex went to talk with Ben as he told us to keep going. We then saw Ben take his guitar off and sit behind a second drum kit Alex had just assembled for the occasion. Ben was looking at Alex who now had his guitar on and was starting to do some controlled feedbacks and swelling drones of noise AND singing lyrics we had never heard before… What?!

Ben, the guitar player and Alex’s songwriting partner for more than a decade, is an outstanding musician who would be able to have a table sing if he believed there could be any possible melody to be made out of. He is as excellent at playing guitar as he is at playing bass, drums, piano, singing, recording, mixing, and so on… He eats sounds for breakfast, and he is the best at being able to musically decode what Alex has in mind or what he explains in colors sometimes (true story!). They are not only complementary to each other artistically, but they know how to make the other even better than when they are alone. And even if Ben was tremendously supportive of the “new” Alex post-Tangier, let's simply say that he had never been challenged creatively as he has been ever since music came back in our lives.

Alex doesn’t have any problem with going to talk to you in the middle of a rehearsal or even live, just to explain an idea, to the extent of literally putting his fingers on the neck of your instrument and hitting the drums. It’s always very organic and instinctive. So when Alex realized that Ben was completely stuck on guitar at a certain section - Ben kept making signs of “no” with his head to tell Alex he just didn't know what to do, that he was still digging to find something… And there we were! All playing, keeping the noise and the vibe alive, while Alex and Ben were kinda trying to communicate/argue about parts, until we all saw Alex jump off our rehearsing stage, run across the church, bring back a drum kit piece by piece on stage while telling us to keep playing. We were all like… "What is he up to now?" He then quickly built back the drum kit and invited Ben to jump on it and play some drum solo or whatever he told him to trigger the whole thing.

So after Alex signaled Ben to start playing while the musical atmosphere was suddenly transforming itself into something... new, for lack of better words, we all tagged along, collectively giving life to something we had never done before, all inspired by the spirit of the moment, and letting go of everything that gets in the way of our creative channeling disposition… And we kept on playing way beyond the already generous mark of 20 minutes the song already had before Alex started calling section after section, part after part. He looked so into it that we didn't have time to hesitate or overthink. Alex kept pointing the drum kit non-stop calling out ideas, doing all sorts of signs - a lot of new ones! - hoping this would be enough of a reason for Ben to let go but he just stood there, moving his head from left to right and right to left, as if trying to say “I’M LOST! HELP!” or something maybe a little less polite… That’s the good thing about playing loud; we don't necessarily hear all the whispers! So guess what happened?

I’m sure you guessed it! Alex went behind the drums himself! And the guy never played drums before! He just looked at Moose and screamed 1-2-3-4! And started to hit the floor tom super loud, telling Moose to complement his pulse, and for us all to keep playing what we were playing before we got confused...! It was amazing to watch Alex just hitting the tom with so much passion! We all laughed at the beauty and the purity of this child-at-heart moment, which brought Ben to drop the act and the pride and just let go into the vibe so we could embrace it all… So Ben started playing, and what followed was just magical! We played that part for hours again non-stop. Alex wasn't too worried about our other musician friends who were set to join us later that night to keep rehearsing. They didn't know they were about to find out a new 20-minute section of an already pretty long song! It must have been ok, as here we were all that night of July 5, the 11 of us playing as one, all being the vectors of pure emotions designed to invite others to dwell on. And what a moment The Hunter has been…! Magical!

And just like that, as I’m looking through my office windows thinking about what I can share with you… I hadn't even realized that it was now late at night… remembering.

See you all again soon...! I’m sure!

Your Host and Friend,
Jeff 

 

-------------------------------------

VERSION FRANCOPHONE

J'espère que tu vas bien !!! Je suis très heureux de t'annoncer qui sont les heureux élus qui ont vu leurs noms tirés au sort par Alex un peu plus tôt aujourd'hui pendant une vidéo en direct sur Facebook, parmi tous les gens qui voulaient une chance d'avoir un des derniers exemplaires du vinyle lathe cut collector de “The Hunter” en édition limitée. Félicitations à vous tous !

Ceci étant dit, je sais que pour chaque personne heureuse sur cette liste, il y a beaucoup plus de personnes déçues. Je tiens à vous remercier non seulement pour votre participation à cette manière unique de déterminer qui recevra un exemplaire, mais surtout pour avoir fait de l’ensemble du processus un moment si spécial auquel participer. Pour Alex et moi, il s'agit toujours de trouver des moyens de simplement rassembler, partager et créer des moments mémorables et significatifs tous ensemble autour de la musique ! C’est pourquoi nous ne voulions pas opter pour le principe du premier arrivé, premier servi, ni faire une sorte de guerre des enchères.

Et n'oublie pas, peu importe si tu as pu mettre la main sur le vinyle lathe cut de “The Hunter” ou non, tu auras d'autres opportunités bientôt ! Le prochain vinyle lathe cut collector en édition limitée sera celui de “Lavender Sky”, disponible à partir du 30 novembre à 10h, heure du Québec (16h, heure de France).

BY THE SEASIDE WINDOW

Je suis actuellement à notre QG de Drummondville, où je regarde par la fenêtre de mon bureau alors que le soleil se couche doucement avant même 17h. C'est étrangement paisible dans mon bureau pour ce qui est habituellement et de façon enthousiasmante très noisy et vivant.

J’ai du mal à mettre des mots sur ce que j’aimerais partager avec vous. La chanson "The Hunter" représente pour moi et pour nous tous quelque chose de tellement significatif. Ce qui me vient à l'esprit, c'est le sentiment très spécial qui traverse tout mon corps et mon esprit chaque fois que je commence la chanson... Que ce soit une répétition ou un concert live, la chanson vibre et se transforme, résumant toute notre histoire en tant que groupe, nos luttes et batailles constantes pour se sentir en vie, les doutes perpétuels que j'avais toujours d'être suffisamment "qualifiés" pour jouer avec le groupe (Je jouais de la guitare dans Your Favorite Enemies et j'en détestais chaque seconde jusqu'à ce qu'Alex me fasse passer à la basse pour The Long Shadows) et le voyage déchirant d'Alex pour se retrouver.

Alors que je regarde dehors, je ne peux que me souvenir de la soirée du 5 juillet 2019, quand Alex était en tête d'affiche au Festival International de Jazz de Montréal dans une salle à guichets fermés. Outre le fait qu'il s'agissait du concert le plus médiatisé du 40ème anniversaire de ce qui est considéré pour beaucoup comme l'un des festivals les plus prestigieux au monde, l'élément le plus important de tout cela pour nous était que ce serait le dernier hommage d'Alex à son père décédé il y a 5 ans, à quelques jours près. Ça promettait d'être un moment très émouvant qu'il voulait partager avec sa famille, les proches de son père, nos amis de longue date, dont certains venaient du Japon, d'Allemagne, du Royaume-Uni, de France, des États-Unis et de toute la province de Québec pour le soutenir et voir ce qui était devenu une version hautement améliorée de ce qui était autrefois Your Favorite Enemies en concert pour la première fois en 3 ans... Inutile de dire que les émotions étaient incroyablement profondes.

Ces dernières étaient composées de tant de choses et de tant de couches de réalité pour chacun de nous. Au cœur de cela se trouvait la signification profonde du concert, et ce qu'il y avait en arrière de tout ça était tout aussi intense, car Alex avait clairement indiqué que ce serait probablement un événement unique et qu'il n'avait pas pris de décision concernant le fait de revenir sous les projecteurs pour le moment. Il avait été très honnête dès la phase initiale du projet, donc ce n’était pas une question du genre : "Faisons un concert génial pour qu'il soit inoubliable". Ce n’était même pas de la nostalgie. C'était "réel"... C'est difficile à expliquer à part le fait que je sentais sérieusement que nous allions vivre quelque chose de si unique que ce serait une base sur laquelle nous pourrions construire le reste de nos vies, rien de moins... Mais je ne voulais pas gâcher un miracle sur le point de se produire avec l'un de mes pieux souhaits, car c'est généralement le moment où ça commence à devenir par rapport à toi que tout autour de toi s'effondre de façon pathétique et grandiose. J'étais donc plus concentré sur le présent que sur toute autre chose. Nous avons alors entendu : "Ok, dans 5 minutes vous entrez en scène, les gars !"

Tout était absolument magnifique... Les émotions, la prestation, l'ambiance. J'étais tellement dedans, totalement connecté avec Alex qui donnait le rythme et parfaitement aligné avec le reste du groupe, jouant sur la dynamique et les élévations d'Alex. Puis la chanson "The Hunter" a commencé, une chanson que je commence seul avec la basse, après qu'Alex m'ait fait le signe. C'est à ce moment-là que j'ai eu un peu de panique. Il n’y a nulle part où se cacher lorsque tu commences une chanson, et tu n'as pas de seconde chance… C’est comme ça ! Ça passe ou ça casse ! Tu as peut-être joué cette section des milliers de fois, mais si tu as une fraction de seconde d'hésitation, tout le château de cartes s'effondre devant toi, qui te retrouve piteux et honteux. Oui, il y a beaucoup de choses qui peuvent te passer par la tête en une seule seconde lorsque tu es sur scène, probablement encore plus avec Alex !

Alors que j'étais sur le point de commencer, j'ai juste fermé les yeux, pris une inspiration très très très profonde - ce qui a semblé durer une éternité - et je me suis souvenu du jour où j'ai déposé Alex à l'aéroport en route pour Tanger, seul, pour la première fois depuis que nous nous étions rencontrés tous les deux en 2001... Je me suis rappelé comment les choses se passaient entre nous au sein du groupe, comment il n'y avait rien devant nous mais un brouillard très épais au milieu de la nuit, comment nous nous sentions tous incertains, jusqu'à la peur que ce soit peut-être la fin du voyage. C’était un endroit où nous nous étions tous promis de ne jamais nous tenir. Frères de sang, nous étions… Mais je n’étais plus si sûr. J'ai alors lentement commencé à ouvrir les yeux et Alex me regardait, avec ce sourire doux et très confiant, me faisant un clin d'œil, comme s'il disait : "Faisons-le, frère ! Nous y sommes ! C'est parti !

Alors que je commençais à jouer les toutes premières notes de la chanson, tout le monde dans la foule a commencé à crier sachant que nous commencions "The Hunter". J'ai regardé autour de la scène et à côté d'Alex, j'ai pu voir Ben, Sef, Miss Isabel et Moose à travers la fumée, les lumières, et tous les autres musiciens. J'avais cette image du moment où nous avons tous atterri à Tanger, plus d'un an après qu'Alex soit parti seul pour quelques semaines qui sont devenues bien plus. Personne ne savait à quoi s'attendre. Nous étions tous en conflit intérieur, certains se sentant plus coupables que d'autres de ce que nous avions fait endurer à Alex toutes ces années avant qu'il ne se sente finalement obligé de quitter ce qu'il avait construit pour survivre. C'était la partie la plus difficile à accepter pour moi en tant que meilleur ami... Nous espérions donc le meilleur, car nous voulions tous personnellement croire qu'un tel voyage pourrait potentiellement conduire à la réconciliation sinon au pardon... Mais nous savions aussi à quel point un an d'intervalle pourrait être assez long pour quelqu'un qui avait été victime d'intimidation émotionnelle comme Alex pour se rendre compte que la vie est bien meilleure sans vos bourreaux habituels. Et comme il nous avait tous invités pour discuter, cela donnait un ton plus solennel à ce voyage d'une semaine... Tant de réparations restaient à faire, et nous arrivions tous dans l'univers nord-africain d'Alex, avec ses nouveaux amis, sa nouvelle vie et sa réalité renouvelée, sur le point de découvrir ce qu'il restait vraiment de nous... J'avais tellement peur de ne pas le reconnaître du tout. Mais nous y étions, sur scène avec lui 3 ans plus tard.

“I’m breathing in. I’m breathing out. The hunter is coming. The hunter is coming” (J'inspire. J'expire. Le traqueur arrive, Le traqueur arrive). Alex a crié à pleins poumons devant un public enflammé qui n'en revenait tout simplement pas. C'est fou de penser que c'était la toute première fois que nous jouions depuis tant d'années, et encore plus que nous n'avions jamais joué ces chansons en live auparavant. J'étais tellement reconnaissant d'entendre le public si enthousiaste... Je pouvais voir tellement d'images dans ma tête... De notre amitié brisée qui a été miraculeusement ravivée dans ce riad marocain traditionnel où Alex a partagé avec nous ce qu'il ressentait au cours des dernières années de Your Favorite Enemies, à lui qui nous invite à rester à Tanger pendant 6 mois pour soigner ce qui devait être guéri, lui revenant au Upper Room Studio de Drummondville et nous invitant à participer à son album, jusqu'à tous ces nouveaux partages significatifs chez lui dans les montagnes de la Virginie... Les paroles d'Alex résonnaient d'une manière différente.

Je ne veux pas te dire tous les détails, car Alex travaille actuellement sur un livre sur cette période de sa vie... Même si j'ai l'impression de dire déjà beaucoup de choses !

Je verrais plus tard sur certaines des photos du concert que j'avais un sourire paisible pendant toute cette partie du concert. J'ai souvent pleuré sur scène aussi, la musique d'Alex étant si émouvante et le degré d'implication personnelle étant si profond, que je ne peux pas toujours gérer toutes ces émotions intenses en même temps... Je dois admettre que c'est parfois déroutant pour moi. Il y a un si large spectre de sensations que si tu ne peux pas lâcher prise, tu seras en marge de tout, comme une tempête qui te ramènerait sur le rivage en sachant que tu n'appartiens d'aucune façon à tout ce qui flotte autour. Mais il y a d'autres types d'intensité, comme lorsque Ben, le guitariste des Long Shadows, met sa guitare de côté et se dirige lentement vers la deuxième batterie qui, pour ce concert, était sur le deuxième étage derrière moi. Oui, quand on est 11 musiciens à jouer, il faut un deuxième étage sur la scène !

Un de mes moments préférés du concert était sur le point d'être vécu et partagé...! Et comme la salle était sur le point d'atteindre un niveau encore plus élevé de décibels et de cris, j'ai fait un clin d'œil à Ben car nous savions tous les deux comment cette idée folle de deux batteries était née et à quel point elle était devenue symbolique pour notre nouvelle nature créative... "Tout ce qui est impossible est une nouvelle possibilité qui attend de prendre forme lorsque nous décidons de nous libérer de nos limites." C'est Alex lors d'une session de répétition...! Soit tu résistes, soit tu es invité à aller marcher, tout comme ce moment où l'idée des 2 batteries est arrivée. Après des jours de travail acharné sur "The Hunter", alors que nous étions sur le point d'obtenir quelque chose de solide qui durait environ 20 minutes, Alex est allé parler avec Ben en nous disant de continuer. Nous avons ensuite vu Ben enlever sa guitare et s'asseoir derrière une deuxième batterie qu'Alex venait de monter pour l'occasion. Ben regardait Alex qui avait maintenant sa guitare et commençait à faire des feedbacks contrôlés et des bourdonnements bruyants ET chantait des paroles que nous n'avions jamais entendues auparavant... Quoi ?!

Ben, le guitariste et partenaire d’Alex depuis plus d’une décennie, est un musicien exceptionnel qui pourrait faire chanter une table s’il croit qu’il pourrait y avoir une mélodie possible. Il est aussi excellent à jouer de la guitare qu'à jouer de la basse, de la batterie, du piano, chanter, enregistrer, mixer, etc. Il mange des sons pour le petit-déjeuner et il est le meilleur pour décoder musicalement ce qu'Alex a en tête ou ce qu'il explique parfois en couleurs (Fait vécu !). Ils ne sont pas seulement complémentaires artistiquement, mais ils savent comment rendre l'autre encore meilleur que lorsqu'ils sont seuls. Et même si Ben soutenait énormément le "nouveau" Alex après Tanger, disons simplement qu'il n'avait jamais été mis au défi de manière créative comme il l'était depuis que la musique était revenue dans nos vies.

Alex n’a aucun problème à aller vous parler au milieu d’une répétition ou même en concert, juste pour expliquer une idée, au point de mettre littéralement ses doigts sur le manche de votre instrument et de frapper la batterie. C'est toujours très organique et instinctif. Alors, quand Alex s'est rendu compte que Ben était complètement coincé à la guitare dans une certaine section - Ben a continué à faire des signes de "non" avec sa tête pour dire à Alex qu'il ne savait tout simplement pas quoi faire, qu'il était toujours en train de creuser pour trouver quelque chose... Et c'était ça ! Tout en jouant, en gardant le bruit et l'ambiance vivants, pendant qu'Alex et Ben essayaient de communiquer / argumenter sur certaines sections, jusqu'à ce que nous voyions tous Alex quitter la répétition, traverser l'église, ramener un kit de batterie morceau par morceau sur scène tout en nous disant de continuer à jouer. Nous étions tous comme... "Mais qu'est-ce qu'il fait ?" Il a ensuite rapidement reconstitué la batterie et a invité Ben à sauter dessus et à jouer un solo de batterie ou peu importe ce qu'il lui a dit pour déclencher le tout.

Donc, après qu'Alex ait fait signe à Ben de commencer à jouer alors que l'ambiance musicale se transformait soudainement en quelque chose de... nouveau, faute de meilleurs mots, nous avons tous suivi, donnant collectivement vie à quelque chose que nous n'avions jamais fait auparavant, tous inspirés par l'esprit du moment, et abandonnant tout ce qui pourrait entraver notre disposition créative… Et nous avons continué à jouer bien au-delà de la barre déjà généreuse de 20 minutes que la chanson avait avant même qu'Alex ne commence à passer de section en section, partie après partie. Il avait l'air tellement inspiré et enthousiaste que nous n'avons pas eu le temps d'hésiter ou de trop réfléchir. Alex n'arrêtait pas de pointer la batterie en criant des idées, en faisant toutes sortes de signes - beaucoup de nouveaux ! - en espérant que ce serait une raison suffisante pour Ben de lâcher prise, mais il se tenait juste là, bougeant sa tête de gauche à droite et de droite à gauche, comme s'il essayait de dire : "Je suis PERDU ! AIDEZ-MOI!" ou quelque chose de peut-être un peu moins poli... C'est ce qui est cool quand tu joues fort, on n'entend pas forcément tous les chuchotements ! Alors devinez ce qui s'est passé...?

Je suis sûr que vous avez deviné ! Alex est passé lui-même derrière la batterie ! Et il n'a jamais joué de batterie avant ! Il a juste regardé Moose et a crié 1-2-3-4 ! Et a commencé à frapper le tom basse très fort, en disant à Moose de compléter son battement, et à nous tous de continuer à jouer ce que nous jouions avant que nous ne soyons confus...! C'était incroyable de voir Alex frapper le tom basse avec autant de passion ! Nous avons tous ri de la beauté et de la pureté de ce moment qui reflétait un coeur d'enfant, qui a amené Ben à abandonner son rôle et sa fierté et à se laisser aller dans l'ambiance du moment pour que nous puissions tous l'embrasser... Alors Ben a commencé à jouer et ce qui a suivi fut juste magique ! Nous avons joué cette section pendant des heures sans arrêt. Alex n'était pas trop inquiet pour nos autres amis musiciens qui devaient nous rejoindre plus tard dans la soirée pour continuer à répéter. Ils ne savaient pas qu'ils allaient découvrir une nouvelle section de 20 minutes sur une chanson déjà assez longue ! Ça a dû être ok, car nous étions tous là ce soir du 5 juillet, les 11 à jouer ensemble, tous étant les vecteurs d'émotions pures conçues pour inviter les autres à y plonger. Et quel moment "The Hunter" fut...! Magique !

Et c'est ainsi que, alors que je regarde à la fenêtre de mon bureau en pensant à ce que je peux partager avec vous tous... Je n'ai même pas réalisé qu'il était maintenant beaucoup plus tard...

On se revoit très bientôt...! J'en suis certain !

Ton hôte et ami,
Jeff

 

Older Post / Blog plus ancien
Newer Post / Blog plus récent
Close (esc) Fermer

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Search / Recherchez

Shopping Cart / Vos Achats

Your cart is currently empty. / Votre panier est vide.
Shop now / Magasinez