$15 FLAT RATE SHIPPING ON ANY ORDER AT ALL TIMES! // TARIF FORFAITAIRE DE LIVRAISON DE $15 SUR TOUTES LES COMMANDES EN TOUT TEMPS !

The untold story behind the song Lavender Sky - Part 1 / L'histoire inédite derrière la chanson "Lavender Sky" - Première partie

Voir plus bas pour la version francophone

 Can you believe we’re now getting ready for the 4th out of 5 lathe cut vinyl vault edition lottery draw already? What an incredible and soulful journey it has been so far for everyone who had the blessing to be a part of it. It’s such an amazing privilege for me to invite you all to discover the insights that gave life to some of Alex’s most poignant songs, but also to guide you through his immersive and one-of-a-kind creative world, like I have been doing for the last 2 months or so.

In fact, every weekend, when it gets a little quieter around the label’s facilities, I take the time to close my office door and think about my own experiences and perspectives regarding the song featured on the vinyl to be drawn next, may it be about the song itself or about the circumstances it may have been written in, so I can have a better idea of what I want to share with you, of what I believe could be an inspiring piece of life for you to look at, and maybe a little something particular to uncover for yourself alone. Therefore, I truly hope you enjoy reading those words as much as I like writing them.

That’s why I always keep the details regarding the new vinyl draw at the very end of my messages, because for Alex and me, it’s imperative that we keep the human aspect and intimate essence of our projects at the very heart of everything we do - interviews, personal letters, or even a live lottery session! It’s probably even more true for that unique song that is Lavender Sky.

I say unique, since I’ve always thought of Lavender Sky as a very distinctive song on “Windows in The Sky”. It feels like it has its own profound voyage within the already deep journey the album is. The difference isn’t only on a musical level, but also resides in the context in which this song came to life.

Again, if you are new to Alex’s creative universe, you need to know that whatever he may be up to, everything always starts with a title. Every album, EP, or special project he has ever released - may it be through our Your Favorite Enemies moniker or his recent solo adventure... There never is anything random about a single thing. He sees something in words that we have never been able to really comprehend, to be very honest. But once he’s got the title, then the song titles follow, the lyrics soon after, and eventually the music will bloom, becoming a soundtrack to what he had in his heart and soul to share with the world through his words and poems. It’s basically as if we were working on a movie, with only the name and a vague idea of the storyline, trusting that Alex will then uses the music to connect it all together… I guess the best way to describe the whole process would be like walking on a wire, blindfolded by the very same person who tells you to follow your instinct to keep going, while he is himself walking not far ahead of you… Trust me, some falls are better than others!

It’s sometimes much harder for us to create the soundtrack of a movie that doesn’t exist in our minds just yet - at least not as it does so clearly for Alex, who has his own way to totally immerse himself into some emotional disposition to feel, to touch, to see, to hear and to taste it all way before we are even able to distinguish where we are at some point. He has the ability to discover “things” that don't require a rational map. He keeps telling us that "it’s only about your willingness to totally abnegate yourself." And as simple as it may seem for him to guide us through it all, we know that it's a very challenging pilgrimage to show us the way without defining or shaping the upcoming experiences he believes we are invited to let go in. It’s not an easy task on his end for sure. We bear the numerous stigmata of a nearby past of relational dysfunctions, and we know better than anyone that we can’t travel together — nor go anywhere at all for that matter — if we’re not willing to even consider the invitation to completely surrender ourselves to whatever awaits us individually. It’s always the key to what could be subsequently shared collectively afterward.

Part of the real challenge is always to keep connected somehow with every new step we take in the necessary faith we need to have in each other rather than follow the very same partners we so easily like to find comfort in, the very same places Alex keeps warning us about, for us to avoid capitulating to our self-preservative illusions like we used to do over and over again during the whole existence of Your Favorite Enemies. This is basically what incited Alex to ask himself if he wanted to keep trying to give life to the invisible after he came back from Tangier and had new sounds and words on his heart to commune with the world. And we all understood why… How can you write about grief, about being damaged, profoundly wounded in your heart, when you constantly have to fight with the very same people who are supposed to be aligned with you? It’s impossible. And this time, we knew that Alex wouldn’t let it slide. He wouldn’t compromise like he used to no more… And it was healthy for me to remain faithful to his vision, to trust his instinct.

I remembered what Alex told us, only a few days after we all arrived in Tangier to visit him:

“I know it’s not easy to face yourself when you are no longer a mystery to the people you have been trying to lie to for so long, but we all have to decide the measure of love we are willing to offer each other. And that measure is the exact same part of honesty we offer ourselves at this very defining moment of our relationship. No one is entitled to do what he doesn’t want to do, but I’m no longer playing a game… So let’s see where that first week together in 2 years will lead us now that you know where I stand... I won’t communicate with you through cans on a string as we did for 10 years.”

As I started sharing with you in my previous missive about “The Hunter”, that statement from Alex marked a real fracture in our collective timeline. That trip to Tangier wouldn’t be some artificial summer fling that would lead us back to where we used to be. The Alex we knew was gone and therefore the ensemble wasn’t anywhere but in our resistance to keep the illusion alive a little longer. And Alex wouldn’t have any part in it. That was disturbing for us. We all suddenly realized that the distance there was between Montreal and Tangier wasn’t only physical. We all wanted to act surprised and confused, but the reality was so much simpler. Except for the usual business call we had to have every month to discuss touring offers and new album release dates, which Alex always pushed back, no one besides Alex and I were really talking together. Trust me, time doesn’t heal. No distance is far enough for anyone to forget, especially when it’s forgiveness that’s needed more than anything else.

I know I’ve been sharing a lot recently about that time in Tangier, about how pivotal it has been for us, and I’m sorry if you feel like you’ve already heard it all before, but I don’t think any of us can fully understand Alex’s songs if I’m not going back to North Africa, where we arrived emotionally empty-handed before being rejuvenated.

So here I am, fast forwarding to the end of our time in Tangier, in March 2018.

Back then, I had always thought of Africa as a very warm place, especially those countries where huge are part of their landscapes, such as Morocco, home to most of the Sahara Desert. Many people in Tangier would tell us to take good care as it gets very cold and deeply humid during the winter season, but being Canadians, we can tell you a whole lot about the winter! There are no palm trees in Canada, and they're everywhere in Tangier, so, what could possibly go wrong?!

The recording studio was also where we lived and shared rooms. We were eight people living in this place, without proper isolation, and it literally felt as we were living outside, in what is now known as the most humid and rainy winter of the last 20 years or so in Tangier! We were freezing, much more than we ever have in Canada, even when it hits -40°C outside...! Just to contextualize, we were then a few months into this very intense collective healing process, which also became one of the hardest and deepest musical journeys we didn’t even know we were embarked on. Everything was intense and felt uneasy, from the terrible weather to the rudimentary gear Alex insisted on working with, up to the challenges that come with being a collective of 8 people constantly together in a freezing place without much intimacy. Add to this the deep worries we had for the partner of one of Alex’s dear friends who was dealing with a ravaging illness for most of our time in Tangier. So let's say that the chances we would leave that place with anything worth sharing with anyone but ourselves were pretty slim, but it was somehow different from anything we had ever experienced together before… as friends.

We were emotionally exhausted… We talked about so many things… Revisited so many situations, the many hurts we inflected others or were inflected with… It was a toxic relationship detox, and we were all discovering what Alex had gone through from one song to another, one piece of lyrics at the time, a fraction of melody and sonic display here and there. It was like being freed from time itself. But when you do, you need to be ready to face the implication of what "being in the now" means. It comes with tension, with potential disruption. We all knew that. You just can’t stand in the furnace pretending no one will get burnt, let alone be incommoded by the smokes or covered with ashes at some point. The contrary would mean you weren’t there at all, not with everyone else. So it was heavy at times, uncomfortable at best on several other occasions, but it was real and necessary.

I remember we were starting to work on a new song, and it was still pouring rain outside, like it had for the last ten days in a row. When it rains in Tangier, the entire city kinda shuts down, everything slows down or literally stops operating. There’s nowhere to go, nothing that could potentially help ease that emotional pressure, if only just a little. And we needed a breather. I needed it. But when it rains, there’s not a taxi to take you anywhere close to a café or a movie theater. You’re kind of stuck where you are. So with that terrible stretch of ongoing rain happening, our relational challenge was even more difficult...

So… There we were… In a room which carpet we know every detail, where the furniture didn't hold any secrets, and where we knew the walls by heart after having spent countless hours trapped in them. The tension was rising by the second… And it suddenly happened. The song we were working on, the one that would later be known as Lavender Sky was slowly blooming without us even realizing it, lightly emerging from all the other platitudes we had been juggling with for hours at that point. We were not even close to realizing that it was there, somewhere… But when you feel stuck, you can’t make the difference between good and bad, heartfelt and generic. You only look at any potential spark to set the place on fire… And what I earlier called the tension between us was now becoming darker than any of the clouds we had learned to curse for the last 10 days of rain.

When this kind of situation used to happen before - and it did a lot in the past, trust me - we sadly all tended to go back in our own personal and selfish grounds, which was exactly what brought a pause button on Your Favorite Enemies, just two years prior that moment. There’s nothing magical and you can’t fake for that long. Alex was looking at me from the corner of the room. He didn’t look preoccupied. I would say he looked more intrigued by how this whole thing would turn. We had been there so many times, but that time wasn’t like any other times, and I knew that if Alex was to say “Ok guys, I told you, I’m tired of that nonsense, let's pack up, you’re going back to Montreal, it’s over”, it would definitely be over that time…

I was stressed, I have to admit it. I thought that moment would be the last he would invite us to Tangier, that he should come back for a week or two instead so we wouldn't bring our toxicity in his new life. But he had insisted, which made me even more nervous at the time because I knew it would be serious. And it was. It was more than I can presently explain. And there we were, Alex looking at me, while the others were involved in a full cold-war operation, our history telling us that it was about to blow up for good at that very exact moment. And we kept on pressing on, exhausted, still digging to reach something we couldn’t even hear at that point. I felt like I was hearing the music that probably played when the titanic sunk, without any of the potential comforting elements it might have brought to any of them...

The rain must have stopped at some point during the storm that was going between us. The sky was incredibly pretty, one of the most beautiful I have ever seen in my entire life. Alex looked somehow peaceful, his eyes closed, slowly breathing in the fresh air of the sea carried by the winds. He turned to me and said: “Ain’t this, right now, the most beautiful sky you could see in the entire world?” I must have blabbed something similar. After about 10 minutes standing there, peaceful and silent, Alex turned to me and said: “You know, brother, that’s why I wanted you all to come here, so we could talk for real. So we could see such a wonderful sky and feel the light touch of the sea winds being blown on your face. We can’t repair what’s broken. And I’m not looking for reparation, Jeff. I just hope we’ll be able to see what we have never wanted to admit before, because if we sincerely do, it will lead us to a renaissance, not some second-hand type of "let’s keep it together for the kids". And if it’s the end, then be it. That band is not what should define us, it should be how willing we are to receive each other tonight.” He smiled. And he went back inside. I have stayed a little longer to look at that lavender sky a little longer…

To be continued…

OFFICIAL VIDEO

I will share what happened next on Saturday, November 21, right after Alex’s Facebook live where he will draw the lucky new vinyl owners of Lavender Sky! 

IMPORTANT: The Lavender Sky LP will be available next Monday, November 30, starting at 10am ET for 48 hours! 

In the meantime, I’m inviting you to download the entire EP if you haven’t already done it! 

Thanks for being part of this incredible journey with us! 

Your Host and Friend,
Jeff

-------------------------------------

VERSION FRANCOPHONE

Peux-tu croire que nous préparons déjà la sortie spéciale Vinyl Vault du 4ème des 5 vinyles lathe cut collector, qui se terminera par le fameux tirage au sort, et ce fut un voyage incroyable et significatif jusqu’à maintenant pour tous ceux qui ont eu la bénédiction d’y prendre part. C'est un privilège incroyable pour moi de vous inviter tous à découvrir les idées qui ont donné vie à certaines des chansons les plus poignantes d'Alex, mais aussi de vous guider à travers son monde créatif immersif unique en son genre, comme je le fais maintenant depuis les 2 derniers mois environ.

En fait, chaque week-end, quand ça devient un peu plus calme dans les locaux du label, j'ai maintenant l'habitude de prendre le temps de fermer la porte de mon bureau pour réfléchir à mes propres expériences et perspectives concernant la chanson présentée sur le vinyle qui sera tiré au sort, que ce soit à propos de la chanson elle-même ou des circonstances dans lesquelles elle est née, afin que je puisse avoir une meilleure idée de ce que j'aimerais partager avec toi, de ce qui, selon moi, pourrait être une tranche de vie inspirante pour toi, et peut-être un petit quelque chose de particulier à te dévoiler. Par conséquent, j'espère vraiment que tu apprécies la lecture de ces mots autant que j'aime les écrire.

C'est pourquoi je garde toujours les détails concernant le nouveau tirage au sort du vinyle à la toute fin de mes messages, car pour Alex et moi, il est impératif pour nous de garder l'aspect humain et l'essence intime de notre projet au centre même de tout ce que nous faisons, que ce soit une interview, une lettre personnelle ou même une session de loterie en direct. C'est probablement encore plus vrai pour cette chanson très unique qu'est "Lavender Sky".

Je dis unique, car j’ai toujours pensé à "Lavender Sky" comme une chanson très distincte sur "Windows in The Sky", car on a l'impression qu'elle a son propre voyage en profondeur dans le voyage déjà profond qu'est l'album en lui-même. La différence n'est pas seulement musicale, mais réside également dans le contexte dans lequel cette chanson a pris vie.

Encore une fois, si tu es nouveau dans l'univers créatif d'Alex, il faut savoir que peu importe ce sur quoi il travaille, tout commence toujours par le titre... Depuis tous les albums, EPs, projets spéciaux qu'il ait jamais publiés, que ce soit sous le nom de Your Favorite Enemies ou sa récente aventure solo, rien n'est laissé au hasard... Il voit quelque chose dans les mots que nous n'avons jamais pu vraiment comprendre pour être très honnête. Mais une fois qu'il a trouvé le titre, alors les titres des chansons suivent, les paroles peu après et finalement la musique en fleurira, devenant la bande originale de ce qu'il avait dans son cœur et son âme à partager avec le monde à travers ses paroles et ses poèmes. C'est fondamentalement comme si nous travaillions sur un film, avec seulement le nom et une vague idée de l'histoire en premier, croyant qu'Alex utilisera ensuite la musique pour relier le tout ensemble... Je crois que la meilleure façon de décrire l'ensemble du processus serait comme de marcher sur un fil de fer les yeux bandés par la même personne qui te dit de suivre ton instinct pour continuer pendant qu'il marche lui-même pas si loin devant toi. Crois-moi, certaines chutes sont meilleures que d'autres !

Il est parfois beaucoup plus difficile pour nous de créer la bande originale d'un film qui n'existe pas encore dans nos esprits, du moins pas comme cela le fait clairement pour Alex, qui a sa propre façon de se plonger totalement dans une certaine disposition émotionnelle pour ressentir, toucher, voir, entendre et goûter avant même que nous soyons capables de distinguer où nous en sommes à un certain point... Il a la capacité de découvrir des "choses" qui ne nécessitent pas une carte rationnelle pour s'y retrouver... Il n'arrête pas de nous dire : "Il s'agit juste de votre volonté à une abnégation totale de soi." Et aussi simple que cela puisse paraître pour lui de nous guider, nous savons que c'est un pèlerinage très difficile pour lui de nous montrer le chemin sans définir ni façonner l'expérience personnelle à venir dans laquelle il croit que nous sommes tous invités à nous abandonner. Ce n'est pas une tâche facile de son côté, c'est sûr, nous déterrons les nombreux stigmates d'un passé pas si lointain fait de relation dysfonctionnelle, et nous savons mieux que quiconque que nous ne pouvons pas voyager ensemble, ni aller nulle part, si nous ne voulons même pas considérer une telle invitation à nous abandonner complètement à tout ce qui nous attend individuellement... C'est toujours la clé de ce qui pourrait être ensuite partagé collectivement après.

Une partie du vrai défi est donc toujours de rester connecté d'une manière ou d'une autre, ensuite, et à chaque nouvelle étape que nous passons dans la foi nécessaire que nous devons avoir les uns dans les autres, plutôt que de suivre les mêmes choses dans lesquelles nous aimons trouver du confort... Les mêmes endroits contre lesquels Alex ne cesse de nous mettre en garde... pour que nous évitions de capituler devant nos illusions d'auto-préservation comme nous le faisions encore et encore pendant toute l'existence de Your Favorite Enemies, ce qui a incité Alex à se demander s'il voulait continuer à essayer de donner vie à l'invisible après son retour de Tanger, alors qu'il avait de nouveaux sons et mots sur son cœur à communier avec le monde. Et nous avons tous compris pourquoi. Comment peut-on parler d'affliction, d'être brisé, de blessures profondes dans le cœur, quand il faut constamment se battre avec les mêmes personnes qui sont censées ne faire qu'un avec toi ? C'est impossible, et cette fois nous savions qu'Alex ne laisserait pas les choses aller, il ne ferait plus de compromis comme il le faisait avant... et c'était sain pour moi de rester fidèle à sa vision, de me fier à son instinct.

Je me souviens quand Alex nous a dit quelques jours seulement après notre arrivée à Tanger pour lui rendre visite :

"Je sais que ce n'est pas facile de se faire face quand on n'est plus un mystère pour les gens à qui on essaie de mentir depuis si longtemps maintenant, mais nous devons tous décider de la mesure d'amour que nous sommes prêts à nous offrir mutuellement, et que cette mesure soit la même que l'honnêteté que nous nous offrons à ce moment très déterminant de notre relation... Personne n'est obligé de faire ce qu'il ne veut pas faire, mais je ne joue plus à ce jeu-là, alors voyons voir où cette première semaine ensemble depuis 2 ans nous mènera maintenant que vous savez où j'en suis... Et je ne communiquerai pas avec vous à travers des canettes sur une corde comme nous l'avons fait pendant 10 ans."

Comme j'ai commencé à en parler dans ma précédente Cult Missive à propos de "The Hunter", cette déclaration d'Alex a marqué une véritable fracture dans notre histoire collective. Ce voyage à Tanger ne serait pas une aventure estivale artificielle qui nous conduirait à revenir à ce que c'était avant... Cet Alex était parti et donc cet ensemble n'existait nulle part mais dans la résistance de quiconque à maintenir un peu plus l'illusion en vie et qu'il n'y participerait pas. C'était perturbant pour nous. Nous nous sommes soudainement rendus compte que la distance qu'il y avait entre Montréal et Tanger n'était pas seulement physique... Nous voulions tous agir de manière surprise et confuse, mais la réalité était tellement plus simple que ce que nous voulions en faire... Parce qu'à l'exception de l'appel pour les choses professionnelles que nous devions avoir tous les mois pour discuter des offres de tournée et de la date de sortie du nouvel album, qu'Alex ne cessait de repousser, personne à part Alex et moi ne parlions vraiment entre nous... Crois-moi, le temps ne guérit pas... Aucune distance n'est assez loin pour que quiconque puisse oublier, en particulier quand c'est le pardon qui est plus nécessaire que toute autre chose.

Je sais que j'ai beaucoup partagé récemment sur cette période à Tanger, à quel point cela a été crucial pour nous, et je suis désolé si tu as l'impression d'avoir déjà entendu tout cela auparavant, mais je ne pense pas qu'aucun d'entre nous puissions pleinement comprendre n'importe laquelle des chansons d'Alex si je ne vais pas en Afrique du Nord, où nous sommes arrivés les mains vides d'émotion… avant d'être régénérés.

Alors me voici, faisant une avance rapide autour de la fin de notre séjour à Tanger, en mars 2018.

À l'époque, j'avais toujours pensé que l'Afrique était un endroit très chaleureux, en particulier les pays où d'immenses déserts font partie du paysage comme le Maroc, qui abrite la majeure partie du Sahara. Beaucoup de gens à Tanger nous disaient de faire attention car il fait très froid et surtout très humide pendant la saison hivernale, mais étant Canadiens, nous pouvons en dire beaucoup sur l'hiver ! Il n'y a pas de palmiers au Canada, comme il y en a à Tanger, alors qu'est-ce qui pourrait mal tourner ?!

L'enregistrement avait lieu là où nous vivions et partagions des chambres. Nous étions huit personnes vivant dans cet endroit, sans isolation murale appropriée, ce qui nous donnait littéralement l'impression de vivre à l'extérieur, dans ce qui est maintenant considéré là-bas comme l'hiver le plus humide et pluvieux des 20 dernières années ! Nous étions gelés comme nous ne l'avons jamais été au Canada, même quand il fait -40° dehors ! Juste pour te mettre en contexte, nous en sommes à quelques mois de ce processus de guérison collective très intense, qui devenait également l'un des voyages musicaux les plus difficiles et les plus profonds dans lesquels nous ne savions même pas que nous étions engagés... Tout était intense et complexe... de la terrible météo, à l'équipement rudimentaire avec lequel Alex avait insisté pour travailler, jusqu'aux défis communautaires qui découlaient du fait d'être 8 personnes constamment ensemble dans un endroit glacial sans trop d'intimité, ainsi que de l'inquiétude profonde que nous avions pour le compagnon de l'un des amis proches d'Alex qui étaient aux prises avec une maladie foudroyante pendant presque toute la durée de notre séjour à Tanger. Disons que les chances que nous quittions cet endroit avec quelque chose qui valait la peine d'être partagé avec n'importe qui sauf nous étaient assez minces, mais c'était en quelque sorte différent de tout ce que nous avions jamais vécu ensemble avant, en tant qu'amis.

Nous étions aussi épuisés émotionnellement. Nous avons parlé de tellement de choses, revisité tellement de situations, tellement de douleurs que nous avons infligées aux autres ou qui nous ont été infligées... C'était une sorte de désintoxication relationnelle, et nous découvrions tous ce qu'Alex avait vécu d'une chanson à l'autre, une parole à la fois, à travers une fraction de mélodie et de son ici et là... C'était comme être libre du temps lui-même... Mais quand tu fais ça, tu dois être prêt à faire face à l'implication de ce que signifie être dans le "maintenant"... Avec cela vient la tension et le trouble potentiel. Nous le savions tous. C'est impossible de rester dans la fournaise en prétendant que personne ne se brûlerait, ne se retrouverait seul et incommodé par la fumée ou couvert de cendres à un moment donné. Le contraire signifierait que tu n'es pas du tout là avec tout le monde... Donc c'était parfois lourd, inconfortable au mieux à plusieurs autres occasions, mais c'était réel et nécessaire.

Je me souviens qu'on commençait à travailler sur une nouvelle chanson alors qu'il pleuvait encore dehors, comme depuis les dix derniers jours. Et quand il pleut à Tanger, toute la ville s'assombrit en quelque sorte, tout ralentit, voire cesse complètement de fonctionner, donc il n'y avait pas d'endroit où aller ou quoi que ce soit qui pourrait potentiellement aider à atténuer un peu cette pression émotionnelle. Et nous avions besoin d'un peu de répit... J'en avais besoin... Mais quand il pleut, il n'y a pas de taxi pour t'emmener à proximité d'un café ou d'un cinéma. Tu es coincé… Alors avec cette longue période de pluie, notre défi relationnel était encore plus difficile...

Alors... nous étions là... dans une pièce dont nous connaissions maintenant tous les détails possibles sur les tapis, les meubles et les murs, après avoir passé d'innombrables heures à être coincés là. La tension montait au rythme des secondes. Et soudain, la chanson sur laquelle nous étions en train de travailler, celle qui serait plus tard connu sous le nom de "Lavender Sky", fleurissait lentement sans même que nous nous en rendions compte, émergeant légèrement de toutes les autres platitudes avec lesquelles nous jonglions depuis des heures. Nous n'étions même pas près de réaliser qu'elle était là quelque part. Mais quand tu te sens pris au piège, tu ne peux faire aucune différence entre le bien et le mal, le sincère ou le générique. Tu ne vois que les étincelles potentielles pour enflammer l'endroit, et ce que j'appelais plus tôt la tension entre nous était maintenant devenu plus sombre que n'importe lequel des nuages que nous avions appris à maudire pendant les 10 derniers jours de pluie.

Quand ce genre de situation se produisait auparavant - et c'est arrivé souvent dans le passé, crois-moi - nous avions malheureusement tous tendance à retourner dans nos propres raisons personnelles et égoïstes, ce qui a exactement conduit à mettre Your Favorite Enemies sur pause juste deux ans avant ce moment précis. Il n'y a rien de magique et tu ne peux pas faire semblant pendant si longtemps. Alex me regardait depuis le coin de la pièce. Il n'avait pas l'air préoccupé. Je dirais qu'il avait l'air plus intrigué de voir comment tout cela allait se terminer. Nous sommes allés dans cette zone tellement de fois, mais cette fois-ci, c'était différent, et je savais que si Alex disait : "Ok les gars, je vous l'ai dit, j'en ai marre de ce non-sens, allez faire vos valises, vous retournez à Montréal, c'est fini", cette fois ce serait définitivement terminé...

J'étais stressé, je dois l'admettre. Je pensais que ce moment serait le dernier où Alex nous inviterait à Tanger, qu'il devrait revenir une semaine ou deux à la place pour que nous n'amenions pas notre toxicité dans sa nouvelle vie. Mais il avait insisté, ce qui m'avait rendu encore plus nerveux à l'époque, parce que je savais que ce serait sérieux, et ça l'était. Ça l'était plus que ce que je peux expliquer pour l'instant. Et nous étions là, Alex me regardait alors que les autres s'étaient lancés dans une guerre froide, notre histoire nous disant que c'était sur le point d'exploser pour de bon à ce moment précis. Et nous avons continué à avancer, épuisés, à creuser encore plus profondément pour atteindre quelque chose que nous ne pouvions même pas entendre à ce moment-là. J'avais l'impression d'entendre la musique qui jouait probablement lorsque le titanic a coulé, sans aucun des éléments potentiellement réconfortants...

La pluie avait dû cesser à un moment donné pendant l'orage qui se déroulait entre nous. Le ciel était incroyablement beau, l'un des plus beaux que j'aie jamais vu de toute ma vie. Alex semblait paisible, les yeux fermés et respirant lentement l'air frais de la mer porté par le vent. Il s'est tourné vers moi et a dit : "N'est-ce pas le plus beau ciel qu'on puisse voir dans le monde entier en ce moment ?" J'ai dû bafouiller quelque chose de semblable. Après environ 10 minutes à nous tenir là, paisibles et silencieux, Alex se tourna vers moi et dit : "Tu sais mon frère, c'est pour ça que je voulais que vous veniez tous ici, pour que nous puissions parler pour de vrai. Afin que nous puissions voir un ciel si merveilleux et sentir la légère touche de la mer se déposant sur notre visage. On ne peut pas réparer ce qui est cassé. Je ne cherche pas de réparation, Jeff. J'espère juste que nous pourrons voir ce que nous n'avons jamais voulu admettre avant, parce que si nous le faisons sincèrement, cela nous conduira à une renaissance, pas un genre de compromis en décidant de rester ensemble pour les enfants. Et si c'est la fin, alors qu'il en soit ainsi. Ce groupe n'est pas ce qui devrait nous définir, mais plutôt comment nous sommes prêts à nous recevoir ce soir." Il a souri. Et il est rentré à l'intérieur. Je suis resté un peu plus longtemps pour continuer de regarder ce ciel couleur lavande...

À suivre...

VIDÉOCLIP OFFICIEL

Je vais partager ce qui s'est passé ensuite le jeudi 3 décembre, juste après le Facebook Live avec Alex qui va tirer au sort les heureux nouveaux propriétaires du vinyle "Lavender Sky".

IMPORTANT : Le vinyle "Lavender Sky" sera disponible le lundi 30 novembre à partir de 10h, heure du Québec // 16h, heure de France, pendant 48 heures !

Entre temps, je t'invite à télécharger le EP si tu ne l'as pas encore fait !

Merci de prendre part à ce voyage incroyable avec nous !

Ton hôte et ami,
Jeff

Older Post / Blog plus ancien
Newer Post / Blog plus récent
Close (esc) Fermer

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Search / Recherchez

Shopping Cart / Vos Achats

Your cart is currently empty. / Votre panier est vide.
Shop now / Magasinez