$15 FLAT RATE SHIPPING ON ANY ORDER AT ALL TIMES! // TARIF FORFAITAIRE DE LIVRAISON DE $15 SUR TOUTES LES COMMANDES EN TOUT TEMPS !

The untold story behind the song Lavender Sky - Part II / L'histoire inédite derrière la chanson "Lavender Sky" - Deuxième partie

Voir plus bas pour la version francophone

I hope you are doing well! I’m very happy to announce that these are the lucky ones who have seen their names be picked by Alex yesterday during a Facebook live session, amongst all the people who wanted a chance to get one of the last copies of the limited and collector edition of the lathe cut vinyl “Lavender Sky”. Congratulations to you all!

We’re all very happy to see so many amazing pictures of The Club membership packages so generously shared with the world! We were so eagerly impatient for you to receive your packages! It’s been quite a long and hazardous labor of love to give it life and have it all crafted. Just to receive the proper paper for the silkscreen poster, the good blanks for the t-shirts, and the good embroidery threads colors took months for our local partners to have, but they went above and beyond to make sure we'd be able to offer you those stunning handcrafted elements. We have never been as proud as now to work sooooo hard for something!

In my opinion — Alex might tamper with my perspective as he is the one behind all those projects, yearly themes, and designs — but for me, it's by far my favorite design since we created The Club about 9 years ago! And this year's theme, “As Long as the Heart”, couldn't be more appropriate to this absolutely strange and confusing year that is 2020. So I wanted to thank you not only for your participation in that unique vinyl lottery draw but for making The Club a very special communion to be a part of. It means a lot to us all.

So, since the packages have been shipped around November 12 already, it should arrive very shortly if you haven’t received it just yet. Make sure to look for the HTR Store email to find out about your package tracking number and if for whatever reasons you can’t find said email, just let me know and I’ll look into it for you!

And don’t forget, no matter if you were able to put your hands on the “Lavender Sky” lathe cut vinyl edition or not, you’ll have another opportunity real soon since the next limited and collector lathe cut vinyl edition for “Snowflakes in July” will be available on December 16, at 10am (ET).

BEHIND THE MAKING OF THE SONG
LAVENDER SKY PART II

When Alex’s father died, everyone was devastated. From the band members to almost everyone who had ever spent a minute in our community, that big giant of a sweet man had been a father figure to us all at some point. It was even more distressing and complex knowing that a profound fracture had happened between him and Alex, whose decision to dedicate pretty much all of his adult life to our community and the people who joined us along the way had always been a source of great tension in their relationship. At that point, the 2 probably hadn't had any sort of direct communication for the last 3 to 4 years, at least. And since it was becoming clear to me that Alex’s total dedication to our people was overly heavy for him, it was obvious that his father’s death would trigger something within him. I didn’t know what, but I was deeply worried for him.

It will be up to him to share about it one day if he wants to, but after that moment, Alex has never been the same. He became distant, even with me, somehow detached from everything surrounding him. And our collective toxicity didn’t help that disconnection. We kept going as a band, even though it meant looking at Alex slowly dying inside. He then got seriously ill, spent much of his time in his room, except for the live moments we were having on a regular basis on our YouTube channel at the time, touring was total agony for him, much like everything else associated with being exposed to the world. He played the part. I don’t know how he did it, but he did for years after his father’s death… And then one day he told me he needed some time on his own. That was a real heartbreak for me to see him that broken, but I figured it was probably best to let him go, even if no one understood why, of all places, he had decided to go to Tangier… Again, it will be for him to explain it one day, but I was deeply troubled with the possibility that he may take his own life.

So here we are, years later, the whole band in Tangier, in Alex's new life. I’m on the rooftop terrace admiring the most incredible sky spectacle I have ever witnessed, minutes away from what I feared would be our last conversation as a band, or ever for some of us. I wasn’t able to predict any outcome at that point. I could barely recognize my best friend and bandleader, but I knew by heart the broken nature of the rest of us. I would have given so much to stay on that rooftop, looking at the sky, but I knew that what was about to happen was by design one of the reasons Alex had us all go to Tangier.

Everyone was sitting in the living room on the first floor when I joined them. It was a funeral without flowers. It was still chilling cold, even if the fireplace was blazing. I strategically sat where I could see every single person in the room. It was hard not to despise who we had collectively become and not to personally hate some individuals. The silence was loud, until Alex broke the usual pattern we were all so eager to maintain up to this point. To see that once again we would cowardly let Alex take that so-called leader position made me sick to my soul. That’s why I had so much anger towards the others killing me inside.

Alex started by thanking everyone for coming to Tangier, for the chance they took to join him in what must have been very stressful for them, that he knew we were broken and that living on top of each other in such inclement weather was a recipe for disaster. But he appreciated that everyone gave it a try. I was steaming on my chair, looking at him be so nice and understanding. Until he said: “But hey, if it’s to be the end, why don't we talk about all the things we never had the courage to open up about? There are no more reasons to worry about saving something that cannot be saved. Do we still have enough love or appreciation for each other to do that, we don’t have any regrets or hold hidden grudges any longer?” That's when I jumped in, and I was ready. The specifics aren’t really important here, but I went biblical on Sef and Moose. It isn't how I would address those things now, but I couldn’t be more honest than I was that night. Everyone was screaming at each other. Only Alex was looking at it without being too worried about us going physical and looking for emotional blood. It must have lasted for a good hour, until we were probably too exhausted to keep going at such a high level of passion… It was a total mess. We were a total mess.

Alex then asked why we had ended so broken. No one was talking. Ben was crying, so was Miss Isabel. Sef was trying to save any dignity he had left. Moose wasn’t saying a word, as per usual. I was still looking to throw punches. Alex followed saying that we all started at the very same start line, but it was clear that we weren’t on the same pace now. Then Ben opened up. We shared about selfishness, abuse, bullying, self-preservation, taking things for granted, building empires in the dark. We all met in a Protestant church, of all places, and what we were confessing to each other, even if it had been well-known to everyone for a long time, was more in the likes of a broken band cliché than any kumbaya-happy-happy-joy-joy hymn. We were looking at our own emotional carnage. And it was horrible.

Alex kept pressing on the issue of forgiveness. There was still a lot of resistance at that point. Everyone was holding their defensive position. Until Alex opened up just enough about the reasons he had left for Tangier, which I will let him talk about if he wants. That little light of a sharing from him slowly allowed the darkness of the room to become less heavy. He didn’t say much, but he knew what to say for us to understand. That's when the real conversation began, away from the usual bullshit and convenient excuses we all had heard a thousand times before. We talked, cried, screamed some more, even prayed all together for the first time in about 10 years. We spent all night fighting against that ravaging cancer that had taken the best part of our friendship. I could say we needed to hit the bottom, but it wouldn’t be enough of a picture for you to understand. We had to remove every single part of gangrene our communal body was plagued with and completely burn those rotten elements for good. We were exhausted.

There is so much beauty and strength in unity when we all decide to be there for one another, to leave our demons and fears at the door of our selfishness... When we simply turn on the light, this light quickly lights us up. You can suddenly see the people around you. You can feel beyond yourself, and wonderful things suddenly start happening. Truth is what sets free, and forgiveness is the most wonderful gift there is to offer and receive.

And here I was, in Africa, where I had the privilege to witness in action, in front of my very eyes, what Alex had become and how transformative his time in Tangier had been. It all made sense to me. He had to get away, to run away. It was more than needed for him to find what he had lost and to decide what he wanted to be from that moment on. As much as I understood why he wanted us all to join him, what a significant offering of love and compassion towards the very same people who almost destroyed him inside out for the last 10 years or so that was... He knew it wouldn’t be magical, wouldn’t be easy, but it would be real. And I realized that if I wasn’t able to recognize my best friend no more, it was because I wasn’t able to see what I had become, what I had lost in all those years working like crazy without feeding what truly matters: the heart.

But where do you go from there?

Alex went back to his room on the second floor. Everyone kept looking at the floor. Dead silence. Then Alex reemerged and said: "It’s morning, guys. We fought our nature all night just so we could see the light of that new day filled with all sorts of possibilities if we are willing to truly give it a try. We don’t even have to believe that we are now different; we are. So let’s make that night a foundational marker for everyone who was there to live it, but even more so, who wants to embody that freedom for good. Let’s make it eternal.” He then opened a bottle of Johnnie Walker Double Black. We all drank a shot to immortalize that moment. He invited us to the rooftop terrace, and we witnessed the sunrise. We took another shot, but this time it was to us, to this unit, to its fulfillment by being honest, by offering others the best of who we are. And this simple but powerful gesture is now part of our family tradition, sealing everything we feel is eternal and of the highest importance with a significant toast, all that in order for us to always remember what truly matters the most!

Not too long after we finished hugging each other, a process that can sometimes last at least another hour, exhausted but feeling way lighter than how arrived in Tangier, as we were converging towards our rooms, Alex asked Ben if he could play this piano part he had played before everything started to explode between each other. So we all suddenly stopped, we sat down on the floor of that rudimentary “studio”, the sun showering the whole room. Alex reached out to one of his notebooks, wrote a few words, and we heard him sing: “The trigger’s pulled… long-distance goodbye… the trigger’s pulled… the word’s confessed… the trigger’s pulled… one last embrace… the trigger’s pulled.” I guess those words have a different perspective for you now that you know part of the story behind it.

And that early morning we all knew there was no better place to be than being 1/6th of this fragile driven force, where love, compassion, forgiveness, brotherhood are the epicenter, the heartbeat of every note, rhythm, word we decide to be, way before we could even have the privilege to give birth to what "being" could inspire us to share with you…

That was the beginning of everything that would eventually follow, and I’m not talking about music or creative projects here, but about our relational renaissance.

LAVENDER SKY LIVE FROM THE
UPPER ROOM STUDIO 

The very last vinyl of this collector edition is already at our door...! I just can’t believe it! What an amazing journey this has been so far! Stay tuned for the very last chapter of this crazy journey! 

Snowflakes in July is the most intimate song that Alex wrote for the album Windows in the Sky! Looking forward to bringing you where this song all began! 

Your Host and Friend,
Jeff

-------------------------------------

VERSION FRANCOPHONE

J'espère que tu vas bien ! Je suis très heureux de t'annoncer que les noms sur le tableau ci-dessous sont les chanceux qui ont été tirés au sort par Alex hier, lors d'un Facebook Live, parmi tous ceux qui ont tenté leur chance d'avoir un des derniers exemplaires de l'édition collector limitée du vinyle lathe cut de “Lavender Sky”. Félicitations à tous !

Nous sommes tous très heureux de voir autant de photos incroyables des packages d'adhésion au Club si généreusement partagées avec le monde ! Nous étions tellement impatients que tout le monde reçoive le sien ! Cela a été un travail d'amour assez long et complexe pour y donner vie et le concevoir. Simplement pour recevoir le type de papier approprié pour le poster en sérigraphie, les bons modèles pour les t-shirts et les bonnes couleurs de fils à broder, cela a pris des mois à nos partenaires locaux, mais ils ont tout fait pour s'assurer que nous serions en mesure de vous offrir à tous ces superbes éléments fabriqués à la main. Nous n'avons jamais été aussi fiers que maintenant de travailler si dur pour quelque chose !

Selon moi - Alex pourrait tempérer ma perspective car c'est lui qui est derrière tous ces projets, thèmes annuels et designs - mais je trouve que c'est de loin mon design préféré depuis que nous avons créé Le Club il y a environ 9 ans ! Et le thème de cette année, “As Long as the Heart” (Tant que le coeur), ne pourrait pas être plus approprié pour cette année absolument étrange et déroutante qu'est 2020. Je voulais donc te remercier non seulement pour ta participation à ce tirage unique de la loterie spéciale Vinyl Vault, mais aussi pour faire du Club une communion très spéciale à laquelle prendre part. Cela signifie beaucoup pour nous tous.

Ainsi, comme les packages ont déjà été expédiés vers le 12 novembre, le tien devrait arriver très prochainement si tu ne l'as pas encore reçu. Assure-toi d'aller lire le courriel du HTR Store pour connaître le numéro de suivi de ton colis et si, pour une raison quelconque, tu ne trouves pas ledit courriel, fais-le moi savoir et je ferai une recherche pour toi !

Et n'oublie pas, peu importe si tu as pu avoir le vinyle lathe cut de "Lavender Sky" ou pas, tu auras une autre opportunité très bientôt comme le prochain vinyle lathe cut collector de “Snowflakes in July” en édition limitée sera disponible le 16 décembre à 10h, heure du Québec (16h, heure de France).

DERRIÈRE LA CRÉATION DE LA CHANSON
LAVENDER SKY - DEUXIÈME PARTIE

Lorsque le père d’Alex est mort, tout le monde a été dévasté. Des membres du groupe à presque tous ceux qui avaient passé ne serait-ce qu'une minute dans notre communauté, cet homme incroyablement géant et doux à la fois avait été une figure paternelle pour nous tous à un moment donné. C'était encore plus douloureux et complexe de savoir qu'une profonde fracture s'était produite entre lui et Alex, dont la décision de consacrer à peu près toute sa vie d'adulte à notre communauté et aux personnes qui nous ont rejoints en cours de route avait toujours été une source de grandes tensions dans leur relation. À ce moment-là, les 2 n'avaient probablement eu aucune sorte de communication directe au cours des 3 à 4 dernières années, au moins. Et comme il devenait clair pour moi que le dévouement total d'Alex envers les gens qui nous entouraient était trop lourd pour lui, il était évident que la mort de son père déclencherait quelque chose en lui. Je ne savais pas quoi, mais j'étais profondément inquiet pour lui.

Ce sera à lui d'en parler un jour s'il le souhaite, mais après ce moment, Alex n'a plus jamais été le même. Il est devenu distant, même avec moi, détaché en quelque sorte de tout ce qui l'entourait. Et notre toxicité collective n’a pas aidé à cette déconnexion. Nous avons continué en tant que groupe, même si cela signifiait regarder Alex mourir lentement intérieurement. Il est ensuite tombé gravement malade, a passé une grande partie de son temps dans sa chambre, à l'exception des moments en direct que nous avions régulièrement sur notre chaîne YouTube à l'époque, les tournées étaient une agonie totale pour lui, un peu comme tout ce qui était lié au fait de s'exposer aux yeux du monde. Il a joué son rôle. Je ne sais pas comment il a fait, mais ça a duré pendant des années après la mort de son père… Et puis un jour, il m'a dit qu’il avait besoin d’un peu de temps seul. J'avais vraiment de la peine de le voir aussi brisé, mais je me suis dit qu'il valait probablement mieux le laisser partir, même si personne ne comprenait pourquoi, de tous les endroits, il avait décidé d'aller à Tanger… Encore une fois, il lui appartiendra de l'expliquer un jour, mais j'étais profondément troublé par la possibilité qu'il pourrait en venir à mettre fin à ses jours.

Nous voici donc, des années plus tard, tout le groupe à Tanger, dans la nouvelle vie d'Alex. Je suis sur le toit-terrasse à admirer le spectacle du ciel le plus incroyable que j'aie jamais vu, à quelques minutes de ce que je craignais devenir notre dernière conversation en tant que groupe, ou la dernière à jamais pour certains d'entre nous. Je n’étais pas en mesure de savoir ce qui allait se passer à ce moment précis. Je pouvais à peine reconnaître mon meilleur ami et leader du groupe, mais je connaissais par cœur la nature brisée du reste d'entre nous. J'aurais tant donné pour rester sur ce toit, à regarder le ciel, mais je savais que ce qui allait se passer était à dessein l'une des raisons pour lesquelles Alex nous avait tous fait venir à Tanger.

Tout le monde était assis dans le salon du premier étage lorsque je les ai rejoints. C'était un enterrement sans fleurs. Il faisait toujours froid, même si la cheminée brûlait. Je me suis stratégiquement assis de manière à pouvoir voir chaque personne dans la pièce. Il était difficile de ne pas mépriser qui nous étions devenus collectivement et de ne pas haïr personnellement certaines personnes. Le silence était fort, jusqu'à ce qu'Alex brise le schéma habituel que nous étions tous si désireux de maintenir jusqu'à ce moment. Voir cela une fois de plus, que nous laissions lâchement Alex prendre cette soi-disant position de leader m'a rendu malade jusqu'à l'âme. C’est pourquoi j’avais tant de colère contre les autres qui me tuaient intérieurement.

Alex a commencé par remercier tout le monde d'être venu à Tanger, pour la chance qu'ils avaient prise de le rejoindre dans ce qui a dû être très stressant pour eux, qu'il savait que nous étions brisés et que vivre les uns sur les autres dans des conditions météorologiques aussi défavorables était une recette parfaite pour mener à la catastrophe. Mais il avait apprécié que tout le monde ait essayé. Je bouillais en dedans sur ma chaise, en le regardant être si gentil et compréhensif. Jusqu'à ce qu'il dise : "Mais bon, si c'est la fin, pourquoi ne parlons-nous pas de toutes les choses sur lesquelles nous n'avons jamais eu le courage de nous ouvrir ? Il n'y a plus de raisons de s'inquiéter de préserver quelque chose qui ne peut pas être sauvé. Avons-nous encore assez d'amour ou d'appréciation les uns pour les autres pour faire cela, nous n'avons plus aucun regret ni aucune rancune cachée ?" C'est à ce moment-là que je me suis lancé, et j'étais prêt. Les détails ne sont pas vraiment importants ici, mais j'ai même sacré envers Sef et Moose. Ce n’est pas ainsi que je ferais les choses maintenant, mais je ne pouvais pas être plus honnête ce soir-là. Tout le monde se criait dessus. Seul Alex regardait tout ceci sans trop s'inquiéter que nous en venions à nous battre et que le sang coule. Cela a dû durer une bonne heure, jusqu'à ce que nous soyons probablement trop épuisés pour continuer à un tel niveau de passion… C'était un désastre total. Nous étions un désastre total.

Alex a alors demandé pourquoi nous avions fini par être aussi brisés. Personne ne parlait. Ben pleurait, tout comme Miss Isabel. Sef essayait de sauver le peu de dignité qu'il lui restait. Moose ne disait pas un mot, comme d’habitude. Je cherchais toujours à en venir aux mains. Alex a poursuivi en disant que nous étions tous partis du même endroit, mais il était clair que nous n’avancions plus au même rythme maintenant. Puis Ben s'est ouvert. Nous avons partagé sur l'égoïsme, les abus, l'intimidation, l'auto-préservation, prendre les choses pour acquis, construire des empires en secret. Nous nous sommes tous rencontrés dans une église protestante, et ce que nous confessions, même si cela était bien connu de tout le monde depuis longtemps, relevait davantage d'un cliché de groupe brisé que d'un quelconque hymne "kumbaya-happy-happy-joy-joy". Nous regardions notre propre carnage émotionnel. Et c'était horrible.

Alex a continué à insister sur la question du pardon. Il y avait encore beaucoup de résistance à ce stade. Tout le monde restait sur la défensive. Jusqu'à ce qu'Alex aborde les raisons de son départ pour Tanger, que je le laisserai partager s'il le souhaite. Cette petite lueur d'un partage de sa part permit lentement à l'obscurité de la pièce de devenir moins lourde. Il n’a pas dit grand-chose, mais il savait quoi dire pour que nous comprenions. C'est alors que la vraie conversation a commencé, loin des conneries habituelles et des excuses commodes que nous avions tous entendues mille fois auparavant. Nous avons parlé, pleuré, crié encore, prié tous ensemble pour la première fois en 10 ans environ. Nous avons passé toute la nuit à lutter contre ce cancer ravageur qui avait pris la meilleure partie de notre amitié. Je pourrais te dire que nous devions toucher le fond, mais ce ne serait pas une image suffisante pour que tu comprennes. Nous avons dû enlever chaque partie de la gangrène dont notre corps commun était en proie et brûler complètement ces éléments pourris pour de bon. Nous étions épuisés.

Il y a tellement de beauté et de force dans l'unité quand nous décidons tous d'être là les uns pour les autres, de laisser nos démons et nos peurs à la porte de notre égoïsme... Quand tu allumes simplement la lumière, cette lumière t'éclaire rapidement. Tu peux soudainement voir les gens autour de toi. Tu peux sentir au-delà de toi-même et des choses merveilleuses commencent soudainement à se produire. La vérité est ce qui libère, et le pardon est le cadeau le plus merveilleux à offrir et à recevoir.

Et j'étais ici, en Afrique, où j'ai eu le privilège de voir en action, sous mes yeux, ce qu'Alex était devenu et à quel point son séjour à Tanger avait été transformateur. Tout cela avait du sens pour moi. Il a dû partir, s'enfuir. Il était plus que nécessaire pour lui de trouver ce qu'il avait perdu et de décider ce qu'il voulait être à partir de ce moment. J'ai compris pourquoi il voulait que nous le rejoignions tous, quelle offrande significative d'amour et de compassion c'était envers les mêmes personnes qui l'avaient presque détruit pendant environ 10 ans... Il savait que ce ne serait pas magique, ce ne serait pas facile, mais ce serait vrai. Et j'ai réalisé que si je n'étais plus capable de reconnaître mon meilleur ami, c'était parce que je ne pouvais plus voir ce que j'étais devenu, ce que j'avais perdu pendant toutes ces années à travailler comme un fou sans nourrir ce qui compte vraiment : le cœur.

Mais où vas-tu à partir de là ?

Alex est retourné dans sa chambre au deuxième étage. Tout le monde regardait le sol. Un silence de mort. Puis Alex est réapparu et a déclaré : "C'est le matin, les gars. Nous avons combattu notre nature toute la nuit juste pour que nous puissions voir la lumière de ce nouveau jour rempli de toutes sortes de possibilités si nous sommes prêts à vraiment essayer. Nous n'avons même pas à croire que nous sommes différents maintenant; nous le sommes. Faisons donc de cette nuit une pierre angulaire pour tous ceux qui étaient là pour la vivre, mais plus encore, qui veulent incarner cette liberté pour de bon. Rendons-la éternelle. Il a ensuite ouvert une bouteille de Johnnie Walker Double Black. Nous avons tous fait un toast pour immortaliser ce moment. Il nous a invités sur le toit-terrasse, et nous avons assisté au lever du soleil. Nous avons fait un autre toast, mais cette fois c'était à nous, à cette unité, à sa réalisation en étant honnête, en offrant aux autres le meilleur de qui nous sommes. Et ce geste simple mais puissant fait maintenant partie de notre tradition familiale, scellant tout ce que nous ressentons être éternel et de la plus haute importance avec un toast significatif, tout cela pour que nous nous souvenions toujours de ce qui compte vraiment le plus !

Peu de temps après que nous ayons fini de nous serrer dans nos bras, un processus qui peut parfois durer au moins une heure, épuisés mais se sentant beaucoup plus légers que comment nous étions arrivés à Tanger, alors que nous convergions vers nos chambres, Alex a demandé à Ben s'il pouvait jouer cette partie de piano qu'il jouait avant que tout ne commence à exploser entre eux. Nous nous sommes tous soudainement arrêtés, nous nous sommes assis sur le sol de ce "studio" rudimentaire, le soleil inondant toute la pièce. Alex a pris l'un de ses cahiers, a écrit quelques mots, et nous l'avons entendu chanter : "The trigger’s pulled… long-distance goodbye… the trigger’s pulled… the word’s confessed… the trigger’s pulled… one last embrace… the trigger’s pulled." (La gâchette est tirée… au revoir à distance… la gâchette est tirée… le mot est confessé… la gâchette est tirée… une dernière étreinte… la gâchette est tirée.) Je suppose que ces mots ont une signification différente pour toi maintenant que tu connais une partie de l'histoire qui se cache derrière.

Et ce matin-là, nous savions tous qu'il n'y avait pas de meilleure place où se trouver que d'être le 1/6 de cette force fragile, où l'amour, la compassion, le pardon, la fraternité sont l'épicentre, le battement de cœur de chaque note, rythme, mot que nous décidons d'être, bien avant que nous puissions même avoir le privilège de donner naissance à ce que "être" pourrait nous inspirer à partager avec vous tous…

Ce fut le début de tout ce qui allait suivre, et je ne parle pas ici de musique ou de projets créatifs, mais de notre renaissance relationnelle.

LAVENDER SKY EN DIRECT
DU UPPER ROOM STUDIO

Le tout dernier vinyle de nos éditions collector s'apprête à sortir...! Je n'arrive pas à le croire ! Quel voyage incroyable cela a été jusqu'à présent ! Reste proche pour le tout dernier chapitre de ce voyage incroyable !

"Snowflakes in July" est la chanson la plus intime qu'Alex ait écrite pour l'album "Windows in the Sky" ! Au plaisir de t'amener là où cette chanson a commencé !

Ton hôte et ami,
Jeff

Older Post / Blog plus ancien
Newer Post / Blog plus récent
Close (esc) Fermer

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Search / Recherchez

Shopping Cart / Vos Achats

Your cart is currently empty. / Votre panier est vide.
Shop now / Magasinez